CEPD'OC

Centre d'Etudes de la Parole D'OC

JR FORTOUL : 

Extrait du documentaire d'Eliane Tourtet consacré aux Barcelonnettes et à leur exil vers le Mexique. Remy Fortoul, personnage emblématique de l'Ubaye explique comment il est resté à Lans alors que ses frères sont partis.

Eriam tres fraires mai pi sus un domèni que i aviá pas gròssa terra. Lo gròs de nòstre domèni èra a 2000 m d'altituda. E s'eriam trobat tres a la fin de la guerra de 45 sensa tròp saupre que faire. Alòr un ser se siam ramassats los tres a l'entorn d'aquela taula ente siam e puei avèm decidat cu parte cu ista. Avèm tirat a la palheta per acabar perqué sabiam pas coma faire. Auriáu poscut partir e la chança a vougut que ieu istèsse aicí e mos fraires parten.


(passage en français)


  • Es qu'an fach fortuna ?

  • Ni l'un ni l'autre. Non pas la fortuna coma se pòu dire eira coma fasián los ancians denant la guerra de 14. Ma a n'un nivèu de vita qu'aurián pron pena a s'abituar en França encar. Parlan de lor vita a n'eus mai pas de la manièra dont an començat : an tribulat pron viatges e pron fes. Es malaisat d'arribar a se far una plaça ailai meme ambé l'ajua que...om ditz totjorn que se fasián entre èus. Malaisat !

  • I a vint ans d'aquò i a ben de familhas que parlavan pas d'aqueles qu'avián pas fach fortuna.

  • Es verai, oui !

  • Encuèi me sembla que se n'en parla mielh !

  • Me sembla que se n'en parla mielh perqué vau mielh la veritat que l'ilusion coma s'es tengua tant d'ans.


Auriáu poscut li partir coma d'autres mai siáu ben content d'èstre istat au païs.

  • Perqué ?

  • Bè perqué ... benlèu pas ver d'anar cercar la fortuna tant luenh que l'aviáu quasi sus plaça

Erian tres fraires mai pi sus un doumèni que i'avié pas gròssa tèrra. Lou gros de nostre doumèni èra à 2000 m d'altitùda. E s'erian trouba tres à la fin de la guèrra de 45 sènsa trop saupre que faire. Alor un ser se sian ramassa lous tres a l'entour d'aquéla tàula ente sian e pièi avèn decida cu parte cu ísta. Avèn tira a la paiéta pèr acaba perqué sabian pas cóuma faire. Auriéu pouscu partir e la chànça a vougu que iéu istèsse eici e mous fraires parten.


(passage en français)


  • Es qu'an fach fourtùna ?

  • Ni l'un ni l'autre. Non pas la fourtùna cóuma se pòu dire éira cóuma fasien lous ancians denant la guèrra de 14. Ma a n'un nivèu de víta qu'aurien proun péna à s'abituar en França enca. Parlan de lour víta a n'èus mai pas de la manièra dount an coumença : an tribula proun viages e proun fes. Es malaisa d'arribar a se far una plàça ailai meme amé l'ajua que...om dis toujour que se fasien entre èus. Malaisa !

  • I'a vint ans d'acò i'a ben de famíha que parlavon pas d'aqueles qu'avien pas fach fourtùna.

  • Es verai, oui !

  • Encuèi me sèmbla que se n'en pàrla miei !

  • Me sèmbla que se n'en pàrla miei perqué vau miei la verita que l'ilusien couma s'es tengùa tant d'ans.


Auriéu pouscu li partir cóuma d'autres mai siéu bèn countènt d'èstre ista au païs.

  • Perqué ?

  • Bè perqué ... belèu pas ver d'anar cercar la fourtuna tant luen que l'aviéu quàsi sus plàça

Nous étions trois frères sur une propriété où il n'y avait pas beaucoup de terres. Le gros de notre domaine était à 2000m d'altitude. Nous nous étions retrouvés à 3 à la fin de la guerre de 45 sans trop savoir que faire. Alors un soir nous nous sommes réunis tous les 3 autour de la table où nous sommes pour décider qui partirait et qui resterait. Nous avons fini par tirer à la courte paille car nous ne savions pas comment faire. J'aurais pu partir mais la cha,ce a voulu que je reste ici et que mes frères partent.


(passage en français)


  • est-ce qu'ils ont fait fortune

  • ni l'un ni l'autre. Non pas la fortune comme on dirait maintenant comme faisaient les anciens d'avant la guerre de 14 mais à un niveau de ve auquel nous auriona du mal à nous habituer en France encore aujourd'hui. Ils parlent de leur vie mais pas de la manière dont ils ont commencé. Ils ont changé de très nombreuses fois. C'était difficile de se faire une place là bas même avec l'aide dont on parle souvent qu'il y avait entre eux. Difficile !

  • Il y a 20 ans, de nombreuses familles évitaient de parler de ceux qui n'avaient pas fait fortune.

  • C'est vrai, oui !

  • Aujourd'hui, il me semble qu'on en parle mieux

  • on en parle mieux parce qu'il vaut mieux la vérité que l'illusion qu'on a entretenue pendant des années.


J'aurais pu y partir comme d'autres mais je suis bien content d'être resté au pays.

  • Pourquoi ?

  • Peut être parce qu'il est inutile d'aller chercher la fortune si loin quand je l'avais quasiment sur place.

Exemple type du parler de l'Ubaye (vivaro-alpin) avec les s du pluriel, les articles los et las, les finales en a.  

Prénom Nom : Jean Remy FORTOUL
Année de naissance : 1919
Profession : agriculteur
Parcours :

Jean Remy Fortoul est l'auteur du « dictionnaire de l'Ubaye », ouvrage de référence sur le parler et la culture de la vallée.


Entretien de : Eliane Tourtet
Date de collectage : 2017-03-21
Lieu : Jausiers (Lans)
Centre d'Etudes de la parole d'Oc - 8 bis, avenue Jules FERRY - 13100 AIX EN PROVENCE - Tél : 04.42.93.45.12 - Email : cepdoc@free.fr - mentions légales