CEPD'OC

Centre d'Etudes de la Parole D'OC

Le tilleul de Buis les Baronnies : 

Deux anciens, Francis Truphémus (lunettes) et André Calot, évoquent la récolte du tilleul telle qu'elle était pratiquée en famille et la foire du début juillet à Buis les Baronnies.

Ben lei telhòus aicí dins la region an començat per èstre de telhòus sauvatges... dins la montanha. Lei gènts anavan a la montanha ramassar lo telhòu. Aucòl de Pèrti, a Bèuvesin, a Benivai, de pertot anavan ramassar de telhòu sauvatge.

  • A Bluèia... à Bluèia se donava meme en ajudicacion. Dins la forèia qu'èra de la comuna, se vendiá lo lòt de Bluèia qu'es a pauc pres a 700, 800 m d'altituda. E encore que aqueu telhòu èra madur avans lo grefat que i aviá dedins lei terras ò dedins la rota.

  • N'i aviá gaire de grefats

  • N'i aviá ges.

  • Au debut èra que de sauvatge.


En medecina, aviá de valor per la tisana, per faire de perfum e valián pas mau de... se vendiá ben. Alòr lei gènts an vougut l'amelhorar. E i a de gènts qu'an pres de grefons de la montanha, qu'an grefat sus d'aubres en plaine, e coma aquò la qualitat s'es desvelopat. Notament quauqu'un de Benivai qu'a grefat lo telhòu que pòrta son nom, Monsur Coulet. Es devengut lo tilhòu de Benivay mais es Monsur Coulet de Benivay qu'a trovat lo grefon. Es un bèu telhòu qu'a una bèla brancalha e es partit d'aquí.


Se ramassava surtot en familha 'quò. I aviá lei parents, lei vièlhs ambé lei pichòts, ramassavan au sòu lei branchas que se copavan dessús l'aubre. E aquí i aviá tota la familha, dau plus pichon au plus grand, au plus vièlh.

  • E aquò fasiá un complement ?

  • Ah oui ! Un bòn, bòn complement. La recòlta de telhòu comptava parmi... èra una recòlta que fasiá car même un pauc de sòus a l'epòca !

  • Vos rapelatz quand avètz començat d'anar 'campar lo telhòu ?

  • Crese ! M'es arrivat una dròla d'istoira, es que... quand ramassavan de telhòu, i aviá quauqu'un... pendent que ma maire ramassava d'un costat, ieu aviáu benlèu, sa’ pas, tres ò quatre ans, ai montat a la cima de l'escara e l'autre que m'aviá pas vist començava de levar l'escara, l'escala... e ieu ai començat de cridar a la cima de l'aubre e a lèu repausat l'escala e ai descendut coma ai posgut e me siáu ben fach maronhar...

  • Ieu es parier, ai començat tot pichòt ambé mei sœurs, ambé mei fraires, ramassaviam lei branchas. Ai començat aviáu benlèu pas dètz ans de ramassar per terra. Mai ieu ai una istòria pareil que mon colèga 'quí. Lo jorn dau certificat d'estùdia, lo passaviam a dotze ans, quand avèm agut lo resultat, fasiam lo torn dau Bois ambé lei colègas. E mon paire passava sout lo pònt 'quí e anava ramassar lo telhòu. M'a apelat, m'a dich : « Alòr l'as agut ton certificat ! Li ai dich : Oui. Alòr vène ambé ieu ramassar lo telhòu » Ai pas pu continuar m'amusar ambé lei colègas.


Ieu de ce que me rapèle, eh bien au départ, l'apelavan meme lo telhòu de Carpentras perqué es un erborista de Carpentras qu'es estat lo prumier a esportar lo telhòu dau Bois. E l'an apelat lo telhòu de Carpentras mai èra pas lo telhòu de Carpentras èra lo telhòu dau Bois e de seis environs ben entendut, aussi bien de Molans que de Montauban perqué n'i a que començavan de ramassar de telhòu a Vaison e anavan fenir au còl de Perty. Ramassavan de telhòu pendant plus d'un mes.

Quand l’óm... totei lei soirs lo telhòu se metiá ò sus de parquet en bòsc ò ben sus de canissas, se fasiá sechar e après, una fes qu'èra sec, lo vendián a n'aquelei gènts que l'achaptavan.

  • Partiá après en trossas ?

  • Lo telhòu partava dau Bois. Lei negociants achaptavan lo jorn de la fièira, lo promier dimècre de julhet e partiá dau Bois per se faire condicionar. Es qu’après quand Ducròs a començat son comerça a Sant Trofime qu'an començat a lo travalhar sus plaça. Puis quand a bastit son usina a Bois qu'avura es fermat, se travalhava lo telhòu sus plaça, lei doses, lei saquets, mais au debut partava dau Bois.

Bèn li teiòu eici dins la regioun an coumença pèr èstre de teiòu sauvage... dins la mountagno. Li gènt anavon à la mountagno ramassa lou teiòu. Au col de Pèrti, à Bèuvesin, à Benivai, de pertout anavon ramassa de teiòu sauvage.

  • A Blueio... à Blueio se dounavo meme en ajudicacioun. Dins la fourèio qu'èro de la coumuno, se vendi lou lòt de Blueio qu'es a pau pres à 700, 800 m d'altitudo. E encore que aquéu teiòu èro madur avans lou grefat que i'avi dedins li terro o dedins la routo.

  • N'i’avi gaire de grefat

  • N'i’avi ges.

  • Au debut èro que de sauvage.


En medecino, avi de valour pèr la tisano, pèr faire de parfum e valin pas mau de... se vendi bèn. Alor de gènt an vougu l'ameioura. E i'a de gènt qu'an pres de grefoun de la mountagno, qu'an grefa sus d'aubre en plaine, e coume acò la qualita s'es desveloupa. Notament quauqu'un de Benivai qu'a grefa lou teiòu que porto soun noum, Moussu Coulet. Es devengu lou teiòu de Benivai mais es Moussu Coulet de Benivai qu'a trouba lou grefoun. Es un bèu teiòu qu'a uno bello brancaio e es parti d'aqui.


Se ramassavo surtout en famiho 'cò. I'avi li parènt, li vièi amé li pichot, ramassavon au sòu li brancho que se coupavon dessus l'aubre. E aqui i'avi touto la famiho, dóu plus pichoun au plus grand, au plus vièi.

  • E acò fasié un coumplemen ?

  • Ah oui ! Un bouan, bouan coumplemen. La recolto de teiòu coumtavo parmi... èro uno recolto que fasi car même un pau de sòu à l'epoco !

  • Vous rapelas quand avès coumença d'ana 'campa lou teiòu ?

  • Crese ! M'es arriba uno drolo d'istoiro, es que... quand ramassavon de teiòu, i'avi quauqu'un... pendènt que ma maire ramassavo d'un coustat, iéu aviéu belèu, sa’ pas, tres o quatre an, ai mounta à la cimo de l'escaro e l'autre que m'avi pas vist coumençavo de leva l'escaro, l'escalo... e iéu ai coumença de crida à la cimo de l'aubre e a lèu repausa l'escalo e ai descendu coume ai pousgu e me siéu bèn fa marougna...

  • Iéu ei parié, ai coumença tout pichot amé mi sœurs, amé mi fraire, ramassaviam li brancho. Ai coumença aviéu belèu pas dès ans de ramassa pèr terro. Mai iéu ai uno istòrio pareil que moun coulègo 'qui. Lou jour dóu certificat d'estùdio, lou passavian à douge an, quand avèn agu lou resultat, fasian lou tour dóu Bouèis amé li coulègo. E moun paire passavo sout lou pouant 'qui e anavo ramassa lou teiòu. M'a apela, m'a di : « Alor l'as agu toun certificat ! I'ai di : Oui. Alor vène amé ieu ramassa lou teiòu » Ai pas pu countinua m'amusa amé li coulègo.


Iéu de ce que me rapelle, et bien au départ, l'apelavon meme lou teiòu de Carpentras perqué es un erboristo de Carpentras qu'es esta lou prumié a espourta lo teiòu dóu Bouis. E l'an apela lou teiòu de Carpentras mai èro pas lou teiòu de Carpentras èro lou teiòu dóu Bouis e de sis enviroun bèn entendu, aussi bien de Moulans que de Mountauban perqué n'i’a que coumençavon de ramassa de teiòu a Veisoun e anavon feni au col de Pèrti. Ramassavon de teiòu pendant plus d'un mes.

Quand l’on... tóuti lei soirs lou teiòu se meti o sus de parquet en bouas o bèn sus de canisso, se fasi secha e après, uno fes qu'èro se, lou vendin a n'aquéli gènt que l'achatavon.

  • Partié après en trousso ?

  • Lou teiòu partavo dóu Bouis. Li negouciant achatavon lou jour de la fièiro, lou proumié dimècre de juliet e partié dóu Bouis pèr se faire coundiciouna. Es qu’après, quand Ducros a coumença soun coumerço à Sant Troufieme, qu'an coumença à lou travaia sus plaço. Puis quand a basti soun usino a Bouèis qu'avuro es ferma, se travaiavo lou teiòu sus plaço, li doses, li saquet, mais au debut partavo dóu Bouis.

Le tilleul ici dans la région a commencé par être du tilleul sauvage... dans la montagne. Les gens allaient à la montagne ramasser le tilleul. Au col de Perty, à Beauvoisin, à Benivay, ils allaient partout ramasser le tilleul sauvage.

  • à Bluye... à Bluye, on le mettait même en adjudication. Dans la forêt qui appartenait à la commune, on vendait le lot de Bluye qui est à peu près à 700 ou 800 m d'altitude. Ce tilleul était mûr avant le greffé qu'il y avait dans les terres ou au bord des routes.

  • Il n'y avait pas beaucoup de greffé.

  • Il n'y en avait pas.

  • Au début il n'y avait que du sauvage.


En médecine, il avait de la valeur pour les tisanes, pour faire du parfum et ça valait pas mal... ça se vendait bien. Il y a des gens qui ont voulu l'améliorer. Ils ont pris des greffons de la montagne qu'ils ont greffé sur les arbres de la plaine et comme cela, la qualité s'est développée. Notamment quelqu'un de Bénivay qui a greffé le tilleul qui porte son nom, Monsieur Coulet. C'est devenu le tilleul de Bénivay mais c'est Monsieur Coulet qui a trouvé le greffon. C'est un beau tilleul avec une belle ramure et c'est parti de là.


On ramassait surtout en famille. Il y avait les parents, les vieux avec les enfants qui ramassaient au sol les branches que l'on coupait dans l'arbre. Et là, il y avait toute la famille, du plus petit au plus grand et au plus vieux.

  • Cela constituait un complément ?

  • Ah oui ! Un bon complément. La récolte de tilleul comptait... c'est une récolte qui rapportait pas mal de sous à l'époque.

  • Vous vous rappelez quand vous avez commencé à ramasser le tilleul ?

  • Je crois bien ! Il m'est arrivé une drôle d'histoire : c'est que, quand on ramassait le tilleul, il y avait quelqu'un... pendant que ma mère ramassait d'un côté, j'avais peut être, je ne sais pas, 3 ou 4 ans, je suis monté au sommet de l'échelle et l'autre qui ne m'avait pas vu a commencé à enlever l'échelle. J'ai commencé à crier depuis le sommet de l'arbre et il a aussitôt reposé l'échelle. Je suis descendu comme j'ai pu et je me suis fait crier après.

  • Moi c'est pareil ! J'ai commencé tout petit avec mes sœurs, mes frères, nous ramassions les branches. J'ai commencé je n'avais pas dix ans a ramasser par terre. Mais j'ai une histoire semblable à celle de mon ami : Le jour du certificat d'études – on le passait à 12 ans – quand nous avons eu le résultat, nous avons fait le tour du Buis avec les copains. Mon père passait sous le pont, là, et allait ramasser le tilleul. Il m'a appelé et m'a dit : «  Alors, tu l'as eu ton certificat ? J'ai dit oui. Alors, viens avec moi ramasser le tilleul ». Je n'ai pas pu continuer à m'amuser avec les copains.


Moi, de ce que je me rappelle, au départ, on l'appelait le tilleul de Carpentras parce que c'est un herboriste de Carpentras qui a été le premier à exporter le tilleul de Buis-les-Baronnies. On l'a appelé tilleul de Carpentras mais ce n'était pas du tilleul de Carpentras, c'était du tilleul de Buis-les-Baronnies et des environs bien sûr, que ce soit de Mollans ou de Montauban car certains commençaient à ramasser à Vaison pour finir au col de Perty. Ils ramassaient le tilleul pendant plus d'un mois.

Tous les soirs on mettait le tilleul sur du parquet en bois ou sur des canisses, on le faisait sécher et après, une fois qu'il était sec, on le vendait à des gens qui venaient l'acheter.

  • Cela partait par trousses ?

  • Le tilleul partait du Buis. Les négociants l'achetaient le jour de la foire, le premier mercredi de juillet et il partait du Buis pour être conditionné. Ce n'est qu'après, quand Ducros a commencé son commerce à St Trophime qu'on a commencé à le travailler sur place. Puis il a construit son usine au Buis (qui est maintenant fermée), on travaillait le tilleul sur place, les doses, les sachets mais au début, le tilleul partait du Buis.

La Drome provençale est une zone de contact et nos locuteurs mêlent les différents dialectes. On reconnaît des traits du vivaro-alpin (avura, sechat) parfois auto-corrigés pour du provençal (escara devient escala) avec passage aléatoire du rhôdanien au maritime (lei/li). Les troisième et sixième personnes de l’imparfait des verbes du deuxième et troisième groupe voient leurs désinences réduites (iá/ié = i, ex : partiá/partié = parti, partián/partien = partin)

Prénom Nom : TRUPHEMUS Francis et CALOT André
Année de naissance :
Profession :
Parcours :
Entretien de : JP Belmon
Date de collectage : 2017-03-21
Lieu : Buis les Baronnies
Centre d'Etudes de la parole d'Oc - 8 bis, avenue Jules FERRY - 13100 AIX EN PROVENCE - Tél : 04.42.93.45.12 - Email : cepdoc@free.fr - mentions légales