CEPD'OC

Centre d'Etudes de la Parole D'OC

34 - Jenny Martin : 

À la Roquebrussane, M. et Mme Martin ont ouvert un petit musée de l'outil provençal (visite sur demande). Ici Mme Jenny Martin présente la partie consacrée à la lessive.

Alòr aquí l'a una peça d'un kilò. Per va tenir dins lei mans, fa mau hein alòr si pren lo bacèu e si pica dei quatre costats. Coma aquò lei mans son mièlhs pausadas dessús. Vesètz ! E aquò es de sovenirs de mon enfança pasqué ma maire mi menava au lavador e ère pas grandeta, me metiá una pèira perqué siaguèsse arribada au lavador. D’alhors ma maire mi disiá : « Se trabalhas pas ben a l'escòla faràs la bugadiera ». E aquò m'agradava de faire la bugada, de faire bolhir. Meme qu'un an, un an, quand fasiáu meis estudis, per ganhar un pauc de sòus, l’aviá una cosina qu'aviá un hôtel-restaurant e que metiá de toalhas blancas, lei servietas blancas e totei lei jorns anavi cercar lo linge que mi disiá : « Fas pas bolhir, colas la lessiva ! ». Totei lei jorns colave aquò, lo linge blanc, hein, alòr sabe ce qu'es hein !

Aquò, vesètz, es marcat : Savonnerie Rabateau Marseille. Es una pichòta peça que si donava ai sordats a la guerra de 14 dins lei trencadas. Vesètz, regardatz. L'a encar de tela e de pichòtas gravetas. A totara cent ans aquela peça.

Lei bacèus ! N'a tot un parèu. Aqueu a una estèla escrincelada mais n'a un, a de valor, mai pòde pas l'a... En 1896, Folco de Baroncelli a porgit a Mistral un bacèu de bugadiera ambé l'estèla, ambé la crotz de gardian e se tròba au museon dei Santas Maria de la mar.

Alòr aquí l'a totas sòrtas de ferres. Vesètz, aquéu es rond per... aquí ! Aqueu degun saup ce qu'es. Va sabètz ce qu'es vos ? Se ditz un « fer à lingot ». Se fasiá caufar aquò puèi se metiá aquí dedins...

Aquò li promieras machinas a lavar lo linge son inspiradas d'aquò, vesètz ! L'a de traucs aquí dedins, metètz lo linge aquí dedins 'mbé d'aiga, de sabon e puèi, l'aiga monta. Lo soar, avèm pas besonh d'anar a la sala de gimnastica.

Aquò c’est... colar la bugada. Colar ! Alòr metètz lo linge aquí dedins, metètz aqueu vièlh drap « de foliá » se disiá, metètz de cendre dessús. Fasètz caufar d'aiga a costat. Cauda mais pas brûlante, prenètz l'aiga e doçament, doçament, doçament... tot lo jorn fau faire aquò, hein, qu'aquela aiga traversa lo cendre. L'entendètz raiar. Dabàs, li metètz un pauc de romarin, de lavanda, çò que volètz coma aquò vos parfuma l'aiga e ce que raia se ditz lo leissiu qu'es un pauc dins la bassina. Lo remetètz a caufar e tot lo jorn fasètz aquò. A la color dau leissiu sabètz que vòstra bugada es colada !

Alor aqui l'a uno peço d'un kilò. Per va teni dins lei man, fa mau hein alor si pren lou bacèu e si pico dei quatre coustat. Coumo acò lei man soun miès pausado dessus. Vesès ! E acò es de souveni de moun enfanço pasqué ma maire mi menavo au lavadou e ère pas grandeto, me metié uno pèiro perqué siguèsse arribado au lavadou. D’aiours, ma maire mi dihié :  « Se travaies pas bèn à l'escolo faras la bugadiero ». E acò m'agradavo de faire la bugado, de faire bouli. Meme qu'un an, un an, quand fahiéu meis estùdi, pèr gagna un pau de sòu, l'avié uno cousino qu'avié un hôtel-restaurant e que metié de touaio blanco, lei servieto blanco e tóutei lei jour anàvi cerca lou linge que mi dihié : « Fas pas bouli, coules la lessivo ! ». Tóutei lei jour coulave acò, lou linge blanc, hein, alor sabe ce qu'es hein !

Acò vesès, es marca : Savonnerie Rabateau Marseille. Es uno pichoto peço que si dounavo ei sourdat à la guerro de 14 dins lei trencado. Vesès, regardas. L'a enca de telo e de pichoto graveto. A tout aro cènt an aquelo peço.

Lei bacèu ! N'a tout un parèu. Aquéu a uno estelo escrincelado mais n'a un, a de valour, mai pode pas l'a... En 1896, Folco de Baroncelli a pourgi à Mistral un bacèu de bugadiero emé l'estello, emé la crous de gardian e se trobo au museon dei Santo Marìo de la mar.

Alor aqui l'a touto sorto de ferre. Vesès, aquéu es rond pèr... aqui ! Aquéu degun saup ce qu'es. Va sabès ce qu'es vous ? Se dis un « fer à lingot ». Se fahié caufa acò pièi se metié aqui dedins...

Acò li proumiero machino a lava lou linge soun ispirado d'acò, vesès ! L'a de trau aqui dedins, metès lou linge aqui dedins 'mé d'aigo, de saboun e pièi, l'aigo mounto. Lou souar, avèn pas besoun d'ana à la salo de gimastico.

Acò c’est... coula la bugado. Coula ! Alor metès lou linge aqui dedins, metès aquéu vièi drap « de foulié » se disié, metès de cendre dessus. Fasès caufa d'aigo à coustat. Caudo mais pas brûlante, prenès l'aigo e douçamen, douçamen, douçamen... tout lou jou fau faire acò, hein, qu'aquelo aigo traverso lou cendre. L'entendès raia. Dabàs, li metès un pau de roumarin, de lavando, ço que voulès coumo acò vous parfumo l'aigo e ce que raio se dis lou leissiéu qu'es un pau dins la bassino. Lo remetès à caufa e tout lou jour fasès acò. À la coulour dóu leissiéu sabès que vostro bugado es coulado !

Voilà une pièce d'un kilo. Pour la tenir dans la main, ça fait mal alors on prend le battoir et on frappe sur les quatre côtés. Comme cela, les mains sont mieux posées dessus. Voyez ! Ce sont des souvenirs de mon enfance car ma mère me conduisait au lavoir, je n'étais pas bien grande et elle mettait une pierre pour que j'arrive (au niveau du) lavoir. Ma mère me disait : « Si tu ne travailles pas bien à l'école, tu deviendras lavandière ». Et cela me plaisait de faire la lessive, de faire bouillir. Et même une année, quand je faisais mes études, j'avais une cousine qui tenait un hôtel-restaurant et qui mettait des nappes et des serviettes blanches. Et tous les jours j'allais chercher le linge et elle me disait : «  Ne fais pas bouillir. Coule la lessive ». Tous les jours, je coulais ce linge blanc alors je sais ce que c'est.

Là regardez, il est écrit : Savonnerie Rabateau Marseille. C'est une petite pièce que l'on donnait aux soldats pendant la guerre de 14 dans les tranchées. Voyez ! Il y a encore de la toile et de la gravette. Elle a bientôt cent ans cette pièce.

Les battoirs ! Il y en a tout une paire. Celui la a une étoile sculptée mais il y en a un, il a de la valeur mais je ne peux pas l'a....En 1896, Folco de Baroncelli offert à Mistral un battoir de lavandière avec l'étoile, la croix gardiane et il se trouve au musée des Saintes Maries de la mer.

Alors là, il y a toutes sortes de fers à repasser. Voyez ! Celui là est rond pour... là... celui là, personne ne sait ce que c'est. Vous savez ce que c'est, vous ? Ça s'appelle un fer à lingot. On faisait chauffer cela puis on le mettait dedans....

Là, les premières machines à laver sont inspirées de cela. Là dedans il y a des trous, vous mettez le linge ici avec de l'eau, du savon et l'eau remonte. Le soir, pas besoin d'aller à la sallede gymnastique.

Ca c'est...couler la lessive. Couler ! Vous mettez le linge là dedans, vous mettez ce vieux drap « de folie » comme on disait, les cendre par dessus. Vous faites chauffer l'eau à côté. Chaude mais pas brûlante, vous prenez l'eau tout doucement...il faut faire cela toute la journée pour que l'eau traverse les cendres. Vous l'entendez couler. Tout en bas vous mettez un peu de romarin, de lavande, ce que vous voulez et comme cela, ça vous parfume l'eau et ce qui coule s'appelle le lessif qui est dans la bassine. Vous le remettrez à chauffer et tout le jour vous faites ainsi. À la couleur du lessif, vous savez si votre lessive est terminée.

Exemple de provençal maritime (l'a, va) ponctué parfois de formes, sutout verbales, en rhodanien (ère, me metiá, siaguèsse, colave, sabe, pòde…) liées aux lectures de Mme Martin.

Prénom Nom : Jenny MARTIN
Année de naissance :
Profession : femme d'agriculteur
Parcours :

Passionnée d'outils anciens, de culture provençale et de cuisine, Mme Martin a ouvert, avec son mari, le petit musée de l'outil provençal à la Roquebrussane. Elle fait du théâtre en langue et participe a l'escolo félibréenne de St Maximin.


Entretien de : JP.Belmon
Date de collectage : 2017-04-11
Lieu : La Roquebrussane
Centre d'Etudes de la parole d'Oc - 8 bis, avenue Jules FERRY - 13100 AIX EN PROVENCE - Tél : 04.42.93.45.12 - Email : cepdoc@free.fr - mentions légales