CEPD'OC

Centre d'Etudes de la Parole D'OC

33 - Danièla JULIEN : 

Danièla Julien de Vallabrègues explique comme elle s'est mise à écrire en occitan

De tot temps escriguère emai enfant emai adolescenta. Ai totjorn agut enveja d'escriure. E puèi me metère a escriure en occitan un còp la lenga retrobada. Aquela lenga qu'èra la lenga de ma grand, de mon paire, la retrobère a l'Universitat Occitana d'estiu en 74. I anère per lo primier còp e aquí rescontrère Lafont, Marie Rouanet, Ives Roqueta. Comencère de legir Bodon qu'èra un pauc aluenchat de çò que ieu parlave mai que podiáu legir. Mai enfin es aquí que comencère d'escriure un pauc en òc.

Sabe que i a d'escrivans – Joan-Frederic Brun o diguèt e la jova Maële Dupont – dison qu'an mai de libertat en escrivènt en occitan. Ieu pas. Ieu a la debuta, ai de libertat mai coma ai de tròç de lenga eiretats, sabe jamai se son de tròç de lenga familiala ò se es vertadierament d'occitan. Donc ai totjorn un trabalh – segur qu'es la libertat, mai ai totjorn un trabalh d'anar-venir entre lei doas lengas e mai d'un còp demande a d'amics : «  Es qu'aquò es ben d'occitan ? » e totjorn me dison «  Ben segur qu'es d'occitan ». Siáu jamai segura.

Ai encara ma tanta qu'a pròche lei ochanta que demòra aquí a Valabrèga e parla ! E de còps me ditz : «  Oh, sabe pas s'aquò se ditz de mon paire, se ditz... » Non, aquò es d'occitan. Mai es d'occitan que se ditz entre se. E que se ditz dins lo mitan dei panieraires perqué ma tanta faguèt de paniers e encara empalha de cadièiras. Donc a un nivèu de lenga e segur que i a mai de monde que dison : « Lafont es dificil de legir. » Per ieu, Lafont fuguèt jamai dificil de legir perqué es ma lenga. Mai segur qu'es una lenga a n'un naut nivèu. Es pas la lenga que parlava mon paire.

Aquí a Valabrèga, i a vertadierament... i a encara un pauc, perqué i a encara quauquei vièlhs que van morir, pechaire, leis uns après leis autres, mai i a encara de tròç de lenga de cada jorn. I a encara de causas aquí. Ieu me fau pichòta, pichòta, pichòta. Pense que la màger part dau monde aicí sabon pas qu'escrive e siáu totjorn demandaira. Dise totjorn : « Coma se ditz aqueu peisson, coma se ditz aquela planta » e lo monde me o dison.

De tout tèms escriguère emai enfant emai adoulescènto. Ai toujour agu envejo d'escriéure. E pièi me metère à escriéure en óucitan un cop la lengo retroubado. Aquelo lengo qu'èro la lengo de ma grand, de moun paire, la retroubère à l'Universita Óucitano d'estiéu en 74. I'anère pèr lou primié còp e aqui rescountrère Lafont, Marie Rouanet, Ives Rouqueto. Comencère de legi Boudou qu'èro un pau aliuencha de ço que iéu parlave mai que poudiéu legi. Mai enfin es aquí que coumencère d'escriéure un pau en O.

Sabe que i'a d'escrivan – Joan-Frederic Brun lou diguè e la jouvo Maële Dupont – dison qu'an mai de liberta en escrivènt en óucitan. Iéu pas. Iéu à la debuto, ai de liberta mai coume ai de tros de lengo eireta, sabe jamai se soun de tros de lengo familialo o se es vertadieramen d'óucitan. Dounc ai toujour un travai – segur qu'es la liberta mai ai toujour un travai d'ana-veni entre li dos lengo e mai d'un còp demande à d'ami : «  Es qu'acò es bèn d'óucitan ? » e toujour me dison «  Bèn segu qu'es d'óucitan ». Siéu jamai seguro.

Ai encaro ma tanto qu'a proche lei ouchanto, que demoro aqui à Valabrègo e parlo ! E de còp me dis : «  Oh, sabe pas s'acò se dis de moun paire, se dis... » Noun, acò es d'óucitan. Mai es d'óucitan que se dis entre se. E que se dis dins lou mitan di panieraire perqué ma tanto faguè de panié e encaro empaio de cadièiro. Dounc a un nivèu de lengo e segu que i'a mai de mounde que dison : « Lafont es dificil de legi. » Per iéu, Lafont fuguè jamai dificil de legi perqué es ma lengo. Mai segu qu'es uno lengo à-n-un naut nivèu. Es pas la lengo que parlavo moun paire.

Aqui à Valabrègo, i'a vertadieramen... i'a encaro un pau perqué i'a encaro quàuqui vièi que van mouri, pechaire, lis un après lis autre, mai i'a encaro de tros de lengo de cado jour. I'a encaro de causo aqui. Iéu me fau pichoto, pichoto, pichoto. Pense que la majo part dóu mounde eici sabon pas qu'escrive e siéu toujour demandairo. Dise toujour : « Coumo se dis aquéu peissoun, coumo se dis aquelo planto » e lou mounde me hou dison.

J'ai toujours écrit, même enfant, même adolescente. J'ai toujours eu envie d'écrire. Et puis je me suis mise à écrire une fois la langue retrouvée. Cette langue qui était la langue de mon grand-père, de mon père, je l'ai retrouvée à l'Université Occitane d'été en 1974. J'y allai pour la première fois et là, je rencontrai Lafont, Marie Rouanet, Yves Rouquette. Je commençai à lire Bodon qui était un peu éloigné de ce que je parlais mais que j'arrivais à lire. Mais enfin, c'est là que je commençai à écrire un peu en oc.

Je sais qu'il y a des écrivains – Jean-Frederic Brun, la jeune Maële Dupont – qui disent qu'ils ont plus de liberté en écrivant en occcitan. Pas moi. Moi, au début, j'ai de la liberté mais comme je possède des morceaux de langue héritée, je ne sais jamais si ce sont des morceaux de langue familiale ou si c'est vraiment de l'occitan. Donc je dois toujours accomplir un travail d'aller-retour entre les deux langues et plus d'une fois je demande à des amis : « Est-ce que c'est bien de l'occitan ? » e à chaque fois ils me disent : «  Bien sûr que c'est de l'occitan ». Je ne suis jamais sûre.

J'ai encore ma tante qui a près de 80 ans qui habite Vallabrègues et qui parle. Parfois, elle me dit : «  Je ne sais pas si c'est ce que disait mon père... » Non, ça c'est de l'occitan. Mais c'est de l'occitan qui s'emploie entre soi. Qui se dit dans le milieu des vanniers parce que ma tante confectionnait des paniers et elle empaille encore les chaises. Elle a donc un certain niveau de langue. Bien sûr qu'il y a pas mal de monde qui dit que Lafont est difficile à lire. Pour moi, Lafont n'a jamais été difficile à lire parce que c'est ma langue. Bien sûr c'est une langue de haut niveau. Ce n'est pas la langue que parlait mon père.

Ici à Vallabrègues il y a vraiment... il y a encore un peu parce qu'il y a encore quelques vieux qui, les pauvres, vont mourir les uns après les autres, il y a encore des morceaux de la langue du quotidien. Il y a encore des choses ici. Moi, je me fais toute petite. Je pense que la plupart des gens d'ici ne savent pas que j'écris et je suis toujours en demande. Je dis toujours : «  Comment appelle-t-on ce poisson. Et cette plante ? ». Et les gens me le disent.

Parler rhôdanien dominant avec quelques intonations gardoises (cadièira) et des formulations tirées de la littérature (me o dison)

Prénom Nom : Danièla JULIEN
Année de naissance :
Profession : professeur retraité
Parcours : Membre active de l'IEO et de l'Université occitane d'été de Nîmes. Ecrivain. 
Entretien de : JP.Belmon
Date de collectage : 2015-08-30
Lieu : Vallabrègues
Centre d'Etudes de la parole d'Oc - 8 bis, avenue Jules FERRY - 13100 AIX EN PROVENCE - Tél : 04.42.93.45.12 - Email : cepdoc@free.fr - mentions légales