CEPD'OC

Centre d'Etudes de la Parole D'OC

La Seyne: Renat MERLE : 

L'historien et écrivain Renat Merle évoque son pays de la Seyne et sa passion pour l'histoire

Siáu d'aicí. Ai trabalhat un pauc d'en pertot en França mais siáu revengut aicí e siáu d'aicí donc per ieu es fòrça important d'èstre enrasigat non pas cromosomicament mai èstre enrasigat dins un endrech onte as agut d'activitats, as agut de colègas, as agut d'escolans ecc... vaquí ! E donc mon païs es aquí, La Sèina d'aqueste costat e Tolon darnier onte rèsti a l'ora d'ara.

La Sèina es estat una ciutat de trabalhaires dei Chantiers, hein, donc per ieu, La Sèina, familialament, mon grand, tot aquela populacion qu'a trabalhat sus aquest endrech onte a l'ora d'ara l'a plus rèn senon d'erba, e ti sarra un pauc lo còr de vèire ansin una paja que se vira coma ’quò, dins un desastre economic.

Ma familha èra fòrça politizada, donc, a totjorn agut un regard darnier per apielar lo futur. Donc ai banhat de mossi, dins l'istòria, ai banhat familialament dins l'istòria de la Revolucion francesa, tot aquò. E bensai qu'es d'aquò que me vèn la passion de l'istòria. E après me siáu mes a la recerca istorica, donc ai trabalhat, non pas sus l'istòria generala. Ai trabalhat sus l'istòria de la Region a travers un prisme un pauc especiau. Ambé lei colègas de la Facultat de Montpelhièr ai trabalhat sus tot çò qu'es estat escrich en provençau, non pas en literatura, mais dins l'istòria es a dire lei tèxtes politics, lei tèxtes religiós, tot aquò vaquí !

Bòn, l'istòria pòu pas èstre passeïsta estent qu'es totjorn de tranchas de present, l'istòria! A l'ora d'ara trabalhi sus la mitat dau sègle XIX. Bòn ! bè, me retròbi dins aquela cauva coma s'èra present. E se vieu que – parli pas de l'atge mejan, mais despuei la Revolucion, despuei dos ò tres sègles – la problematica es totjorn a pauc pres la mema e pensi que lei gènts son a pauc pres lei memes, viatz ! An bensai pas la television. Donc ai pas dau tot una vision passeïsta de l'istòria. Siáu pas embarrat dins una cauva genealogica, cartes postales, non non ! L'a totjorn... quora regardi darnier, es totjorn per regardar encuei e... bensai deman.

Siam venguts aicí perdequé es un endrech que m'agrada fòrça, perdequé viatz tot Tolon qu'es una ciutat a l'encòp montanha e mar, qu'es una ciutat alongada – d'un costat s'es estirada vers Marselha, de l'autre costat es la pòrta d'Itàlia qu'eisista totjorn e fa front, fa fàcia a la Sèina, a la Mèca come disián lei vièlhs Tolonencs qu'avián una mena de mesprés per La Sèina, vila de trabalhadors. Tolon es totjorn estat una autra ciutat, mai borgesa. Emai l'a agut una trencadura entre lei trabalhadors de l'Arsenal e lei trabalhadors dei Chantiers, trabalhadors de l'estat e trabalhadors dau privat, viatz. Donc dins aquela rada barrada me retròbi, li veni sovent passejar.

Siéu d'eici. Ai travaia un pau d'en pertout en Franço mais siéu revengu eici e siéu d'eici dounc pèr iéu es fouoço impourtant d'èstre enrasiga noun pas chroumousoumicamen mai èstre enrasiga dins un endré ounte as agu d'ativeta, as agu de coulègo, as agu d'escoulan ecc... vaqui, e dounc moun païs es aqui, La Sèino d'aqueste coustat e Touloun darnié ounte rèsti à l'ouro d'aro.

La Sèino es esta una ciéuta de travaiaire dei Chantié, hein, dounc per iéu La Sèino, familialoment, moun grand, tout aquelo poupulacien qu'a travaia sus aquest endré mounte à l'ouro d'aro l'a plus rèn senoun d'erbo, e ti serro un pau lou couor de vèire ansin uno pajo que se viro coumo ’cò, dins un desastre ecounoumi.

Ma famiho èro fouoço poulitisado dounc, a toujour agu un regard darnié per apiela lou futur. Dounc, ai bagna de móussi dins l'istòri, ai bagna familialomen dins l'istòri de la Revoulucien franceso, tout acò. E bessai qu'es d'acò que me vèn la passien de l'istòri. E après me siéu mes à la recerco istourico, dounc ai travaia, noun pas sus l'istòri generalo. Ai travaia sus l'istòri de la Regien a travès un prisme un pau especiau. Emé lei coulègo de la Faculta de Mountpelié ai travaia sus tout ço qu'es esta escri en prouvençau, noun pas en literaturo mais dins l'istòri, es à dire lei tèste pouliti, lei tèste religious, tout acò, vaqui !

Bon ! l'istòri pòu pas èstre passeïsto estènt qu'es toujour de trancho de presènt, l'istòri ! À l'ouro d'aro travaii sus la mita dóu sègle XIX. Bon ! bè, me retròbi dins aquelo cauvo coumo s'èro presènt. E se viéu que – pàrli pas de l'age mejan mais despuèi la Revoulucien, despuèi dous o tres sègle, – la proublematico es toujour a pau pres la mumo e pènsi que lei gènt soun a pau pres lei mume, vias ! An bessai pas la televisien. Dounc ai pas dóu tout uno visien passeïsto de l'istòri. Siéu pas embarra dins uno cauvo genealougico, cartes postales, noun noun ! L'a toujour... quouro regàrdi darnié, es toujour pèr regarda encuei e... bessai deman.

Sian vengu eici perdequé es un endré que m'agrado fouoço perdequé vias tout Touloun qu'es una ciéuta à l'encop mountagno e mar, qu'es uno ciéutat aloungado – d'un coustat s'es estirado vers Marsiho, de l'autre coustat es la porto d'Itàli qu'eisisto toujour e fa frount, fa faço a la Sèino, à la Mèco coume disien lei vièi Toulounen qu'avien uno meno de mesprés per La Sèino, vilo de travaiadou. Touloun es toujour esta uno autro ciéuta, mai bourgeso. Emai l'a agu uno trencaduro entre lei travaiadou de l'Arsenal e lei travaiadou dei Chantié, travaiadou de l'estat e travaiadou dóu privat, vias. Dounc dins aquelo rado barrado me retròbi, li vèni souvènt passeja.

Je suis d'ici. J'ai travaillé un peu partout en France mais je suis revenu ici et je suis d'ici. Donc pour moi c'est très important d'être enraciné non pas chromosomiquement mais d'être enraciné dans un endroit où on a eu des activités, des amis, des élèves... voilà ! Et donc mon pays est ici, la Seyne de ce côté et Toulon derrière où j'habite maintenant.

La Seyne a été une cité des travailleurs des Chantiers (navals). Donc pour moi La Seyne, familialement, mon grand-père, toute cette population qui a travaillé à cet endroit où il n'y a désormais plus rien sinon de l'herbe et cela serre un peu le cœur de voir ainsi une page qui se tourne dans un désastre économique.

Ma famille était très politisée, elle a toujours jeté un regard en arrière pour appuyer le futur. J'ai donc, enfant, baigné familialement dans l'Histoire, celle de la Révolution française, tout cela. C'est peut-être de cela que me vient la passion de l'Histoire. Et après je me suis mis à la recherche historique et donc je n'ai pas travaillé sur l'Histoire générale mais sur l'Histoire de la région au travers d'un prisme un peu spécial. Avec les collègues de la Faculté de Montpellier, j'ai travaillé sur tout ce qui a été écrit en provençal, non point en littérature mais dans l'Histoire c'est à dire les textes politiques, religieux... voilà !

L'histoire ne peut pas être passéiste vu qu'il s'agit toujours de tranches de présent. Maintenant, je travaille sur la moitié du XIXème siècle. Je m'y retrouve comme si c'était du présent. Et je vois que – je ne parle pas du Moyen Age mais depuis la révolution, depuis deux ou trois siècles – la problématique est toujours à peu près la même et je pense que les gens sont à peu près les mêmes, voyez-vous ! Ils n'ont peut être pas la télévision. Donc je n'ai pas du tout une vision passéiste de l'Histoire. Je ne suis pas enfermé dans une chose généalogique, cartes postales, non, non ! Il y a toujours... lorsque je regarde derrière, c'est toujours pour regarder maintenant... et peut être demain.

Nous sommes venus ici parce que c'est un endroit qui me plaît beaucoup parce qu'on voit tout Toulon qui est une ville à la fois mer et montagne, une ville allongée – d'un côté elle s'étire vers Marseille, de l'autre côté c'est la porte d'Italie qui existe toujours et qui fait front, qui fait face à la Seyne, à la Mecque comme disaient les vieux Toulonnais qui avaient une sorte de mépris pour La Seyne, ville des travailleurs. Toulon a toujours été une autre cité, plus bourgeoise. De plus, il y a eu une rupture entre les travailleurs de l'Arsenal et ceux des Chantiers, travailleurs de l'Etat et travailleurs du privé, voyez-vous. Donc dans cette rade fermée, je me retrouve et je viens souvent me promener.

On retrouve toutes les marques du provençal maritime – première personne du singulier en i/ rèsti – finales en ien/revolucien/ utilisation du pronom li /li a, l'a....

Prénom Nom : Renat MERLE
Année de naissance :
Profession : Universitaire retraité
Parcours :

Fils de l'ancien maire communiste de la Seyne, René Merle a d'abord été professeur puis universitaire spécialisé en Histoire sur la Révolution ou le coup d'état de 1851. Il a aussi écrit plusieurs romans tant policiers qu'historiques (le couteau sous la langue, Gentil n'a qu'un œil...)


Entretien de : JP.Belmon
Date de collectage : 2017-03-21
Lieu : La Seyne
Centre d'Etudes de la parole d'Oc - 8 bis, avenue Jules FERRY - 13100 AIX EN PROVENCE - Tél : 04.42.93.45.12 - Email : cepdoc@free.fr - mentions légales