CEPD'OC

Centre d'Etudes de la Parole D'OC

27 - Freddo Colletta : 

Alfred Colletta évoque ici les 12 km de route vertigineuse qui sépare la vallée de la Tinée du village d'Ilonse.

Ah la rota ! La rota es arribaa aicí en 1947. Èra lei prisoniers alemands que l'an facha. Ma èra pas una rota au debut, un camin presque, passavan un pauc de voaturetas. De còps que i a te chaliá faire magara un kilomètre en marcha arrier per laissar passar l'autre sabètz ! Aquò m'arribava sovent meme en 60, 70 èra encar coma aquò.


Aviam un muou. Cadun aviá un ase ò un mul e anaviam faire las provisions andau a la Bolineta. A l'embranchament d'Ilonsa davau. I'aviá una espiçariá davau. E anavan far las provisions un còp per setmana davau. Alòr vos mi comandaviatz en a ieu e ieu voi comandavo en a vos çò que chaliá puar. Èra ’na vida... èra ’na vida de galerien. Voilà !

  • Per lo medecin ?

  • Lo medecin montava a pèns. E lo preire l'anaviam cercar a cavau, amb un ase ! E lo medecin montava encar a pèns lo paure diau. Èra encar un bòn òme ! Es devengut Conselhier General d'après cen que mi rapèli ieu e montava a pèns quora i aviá un malaute.

  • Lo malaute aviá lo tempe de morir !

  • Òc aviá lo tempe de morir lo paure. Mai que d'un còp èra mòrt quand arribava. Sabètz !

  • E per lei fremas qu'acochavan ?

  • Òu la la ! Ieu la premiera frema que ieu ai vist qu'a acochat 'quí, ai encar vist aquela filha qu'a naissut l'autre jorn, qu'abita un vilatge a costat 'quí, l'an calau sus un brancard de maion jusca davau, la rota li va jusqu'à un certain nivèu davau sota, a 4 ò 5 km d'aquí. E l’an calau sus una escala. Pas un brancard, ’na escala per montar sus un eschafaudatge. La paura ! Ben, an sauvat la frema e la filha quand meme !


Fa cinquanta ans ieu que meni. Aüra es lo paradís, ah lou paradis aüra ! I a de bèi morcèus. Ça quauqu’un bote que fau far un pauc marcha arriera o viès venir, t'arrèstes, laisses passar m'enfin... Presque en pertote si crouasa. Es una bèla rota !

  • Pi vos es arrivat un afaire !

  • Petan... aquela, s'aviáu pas agut lo portable ! Aquí vos racontavi ren aquí hein ! Ah voèi voèi. Aviáu lo portable sus ieu. Lo sera, ai fermat lei motons e pi siáu montat. E pi a la voatura – aviáu una 504 – I aviá un morcèu de gèl dessus la rota, ai glissat aquí subre e me’n siáu enanat dins un valon de trenta mètres, ai volat trènta mètres davau e me siáu estropiat lei gambas. Voilà !

  • E coma avètz fach per vos ne’n sortir ?

  • Ma lo portable qu'ai telefonat. E ai telefonat 'quí a ma bèla-mèra 'quí. Ma li capissiá d’arren perqué des fois li fau pi de conariás. Alòr ieu li racontavo qu'aviáu sautat dins lo valon e la fatalitat i es una frema dau païs qu'es arribau la veire. E li ai poscut telefonar.Es ela qu’a capit, li ai dich : vè ai sautat dins lo valon en tal pòst en tal pòst.Ne bouge pas, ditz, anam ti cercar. Perqué la mieu frema èra anau a Niça aqueu jorn. E ieu per telefonar, qu'abitava a Sant-Salvor, telefonavi pas a la frema. Ai telefonat […] e a la fin mi son venguts sortir davau. Es mon nebot qu'a calat ambé de tipes per mi venir sortir, lèu-lèu m'anava... mi sautava sus, m’anava al rescòntre, ambé son 4X4, au meme pòste. Ah una cava pariera. Me n'en siáu tirat a bòn còmpte. Lei gambas mi fan un pauc mau mai a 70 ans sabètz ! Podèm pas aver de gambas de 20 ans, eh...

  • E podètz dire merci au portable !

  • Oui. Eu l'ai totjorn. Lo vendrai jamai aqueu. Meme quora marcha pus lo mi gardarai totjorn. Aqueu m'a sauvat la vida. M'enfin lo portable coma vos dieu, rènde ben servici. Ma i a de gènts que rompan li tantiflas ambé soi portables sabètz ! Son totjorn 'quí « Tintintin... »Tot aquò, ah non non non non ! E après la pus bèla ! Se a la fin dei dos meses te rèsta encar doi comunicacions, la SFR o noi fa petar.Aquí nos ne’n fan pas cadeau. Un còp s’ajustava, ma ajustan pus, enlevé ! Alora que deurián nos en far cadeau que... nautres se’n servèm juste per lo servici. Se’n servèm pas per leis engenhurs sabètz ! an totjorn lo telefòne pegat a l'aurelha, totjorn...

Ah la routo ! La routo es arriba eici en quaranta-sète. Èro lei prisounié alemand que l'an fàcha. Ma èro pas una róuta au debut, un camin presque, passavon un pau de vouatureto. De còups que i'a chaliò faire magaro un kiloumètro en marcho arriero per laissa passa l'autre sabès ! Acò m’a arriba souvè meme en souassànta, setànta èra enca cóuma acò.


Avian un muou. Cadu avié un ase o un mul e anahian faire las prouvisioun andau à la Boulinéta. À l'embranchament d'Ilonso davau. I'avié una espiçarié davau. E anavon fa la prouvisioun un còup pèr semano davau. Alor vous mi comandahias en à ieu e lou còup d’après iéu voui comandàvou en à vous ço que chaliò pua. Èro ’na vido... èra ’na vido de galerien. Voilà !

  • Pèr lou medecin ?

  • Lou medeci mountàva à pèn. E lou prèire l'anavian cerca à cavau, am’un ase ! E lou medecin mountàva enca à pèn lou paure diau. Èra enca ’n bouon ome ! Es devengu Counseié General d'après cen que mi rapèli iéu e mountàva à pèn quouro i'avié un malaute.

  • Lou malaute avié lou tèmpe de mouri!

  • O avié ou tèmpe de mouri lou paure. Mai que d'un còup èra mouort quouro arribavo. Sabès !

  • E per lei fréma qu' acouchavon ?

  • Hòu la la ! Iéu la premiéra frema que iéu ai vist qu'a acoucha ’qui, ai enca vist aquéla fiho qu'a naissu l'autre jou, qu'abito un vilage à coustat aqui, l'an calau sus un brancard de maioun jusquo davau... la róuta li va [jusqu']à un certain nivèu davau souto, à quatre o cinq kiloumètro d'aqui. E l’an calau sus ’n’ escalo. Pas un brancard, ’n’ escàla pèr mounta sus un eschafaudage. La pàura ! Bè, an sauva la fremo e la fiho quand meme !


  • Fa cinquanto an ieu que mèni. Ahuro es lou paradis, ah lou paradis ahuro ! I'a de bèi mouçèu. Ça rèsto quàucu boute que fau fa un pau marcha arriera ou lou viès veni, t'arrèstes, leisses passa m'enfin... Presque en pertoute si crouaso. Es una bèlla routo !

  • Pi vous es arriva un afaire !

  • Petan... aquéla, s'aviéu pas agu lou pourtable ! Aqui voui racountàvi rèn aqui eh ! Ah vouèi vouèi. Aviéu lou pourtable sus iéu. E lou sero, ai ferma li moutouns e pi siéu mounta. E pi à la vouaturo – aviéu uno 504 – I'aviò un moucèu de gèl davau sus la routo, ai glissa aqui subre e m'en siéu enana dins un valoun de trénta mètro davau, ai roula trento mètro davau e me siéu estroupia lei gambo. Voilà !

  • E cóuma avès fach per vous n'en sourti ?

  • Mai lou pourtable qu'ai telefouna. E ai telefouna 'qui en à ma bèlla-mèra 'qui. Ma li capissiò darrè perqué des fois ié fau pi de counariò. Alor iéu li racountàvou qu'aviéu sauta dins lou valoun e la fatalita i'a una fréma dóu peïs qu'es arribau la vèire. E i'ai pouscu telefouna. Es elo qu’a capi i’ai di : ve ai sauta dins lou valoun en tal pouost en tal pouost. Ne bouge pas dis anan ti cerca. Perqué la miéu frema èra anau à Niço aquéu jou. E iéu per telefouna que abitavo à Sant Salvòur, li telefounàvi pas à la fremo. Ai telefouna [...] e à la fin mi soun vengu sourti davau. Es moun neboute qu'a cala amé de tipe pèr mi veni sourti, lèu-lèu... mi sautàva sus, m’anàva al rescontre iéu davau amé soun 4X4, au meme pouoste. Ah ! una càva parié. M'en siéu tira a bouon comte. Lei gambo mi fan un pau mau ma à setanto ans sabès ! Poudèn pas avé de gambo de vint an eh...

  • E poudès dire merci au pourtable !

  • Oui. Éu l'ai toujou. Lou vendrai jamai aquéu. Aquéu meme quouro màrcha pus lou mi gardarai toujou. Aquéu m'a sauva la vido. M'enfin lou pourtable cóuma vous diéu, rènde bèn servìci. Ma i'a de gènt que roumpon meme lei tantiflo amé soui pourtable sabès ! Soun toujou 'qui « Tintintin... » Tout acò, ah ! noun noun non noun ! E après la plus bèlla ! Se à la fin dei dous meses voui rèsta enca doui coumunicacioun, la SFR ou noui fa peta. Aqui nous en fan pas cadeau. Un còup s’ajustavo, ajuston plus, eh o… enlevé ! Alouro que déurien nous en fa cadeau que... nautre s'en servèn juste pèr lou servìci, s'en servèn pas pèr leis engeniur sabès ! Perqué n’i’a qu’an toujou lou telefone pega a l'auriho, toujou...

Ah la route ! La route est arrivée ici en 1947. Ce sont les prisonniers allemands qui l'ont construite. Mais au début, ce n'était pas une route, plutôt un chemin pour petites voitures. Parfois, il fallait faire presque un kilomètre en marche arrière pour laisser passer l'autre. Ça arrivait souvent en 60, 70 c'était encore ainsi.


Nous avions un mulet. Chacun avait un âne ou un mulet et nous descendions faire les courses à la Bolinette, en bas à l'embranchement d'Ilonse. Il y avait une épicerie. Et nous descendions faire les provisions une fois par semaine. Vous me commandiez à moi et l'autre fois, c'était moi qui vous commandais ce qu’il fallait remonter. C'était une vie de galérien.

  • Et pour le docteur ?

  • Le médecin montait à pieds. Nous allions chercher le curé avec un cheval ou un âne. Le docteur lui montait à pieds, le pauvre diable. Il est devenu conseiller général si je m'en rappelle et il montait à pieds lorsqu'il y avait un malade.

  • Le malade avait le temps de mourir !

  • Oui, le pauvre avait le temps de mourir. Plus d'une fois il était mort lorsqu'il arrivait.

  • Et pour les femmes qui accouchaient ?

  • Ho là là ! La première femme que j'ai vu accoucher ici – et j'ai encore vu la fille qui est née, l'autre jour, elle habite un village à côté – ils l'ont descendue sur un brancard de sa maison à la route, une route qui arrivait à 4 ou 5 km plus bas. Et encore, c'était sur une échelle. Pas un brancard, une échelle pour monter sur les échafaudages. La pauvre ! Et bien, ils ont sauvé la mère et la fille !


  • Cela fait 50 ans que je conduis. Maintenant, c'est le paradis ! Il y a de beaux tronçons. Il reste quelques bouts où il faut faire un peu marche arrière ou alors tu vois venir, tu t'arrêtes, tu laisses passer. On peut se croiser presque partout : c'est une belle route !

  • - Et puis il vous est arrivé une histoire !

  • Putain, cette fois, si je n'avais pas eu le portable... je ne serais pas là à vous raconter ! Et oui, j'avais le portable sur moi. Le soir, j'ai enfermé les moutons et je suis monté. J'avais une 504. Il y avait du verglas sur la route, j'ai glissé dessus et je suis tombé de 30 mètres dans un vallon, j'ai volé trente mètres au dessous et je me suis abimé les jambes.

  • Et vous avez fait comment pour vous en sortir ?

  • J'ai téléphoné avec le portable ! D'abord à ma belle-mère mais elle ne comprenait rien parce que parfois je lui fais des farces. Je lui racontais que j'étais tombé dans un vallon. Et fatalité, une femme du pays est arrivée pour la voir. J'ai pu lui parler. Elle a compris que c'était à tel et tel endroit. Ne bouge pas, elle a dit, on vient te chercher. Parce que ce jour-là ma femme était descendue à Nice. Et à cette époque, j'habitais Saint Sauveur, je ne pouvais pas la joindre. […] Enfin ils sont venus me secourir. C'est mon neveu qui est descendu avec des amis pour me sortir. D'un peu, il me tombait dessus avec son 4X4, au même endroit. Je m'en suis tiré à bon compte. Les jambes me font un peu mal mais à 70 ans, vous savez... on ne peut pas avoir des jambes de 20 ans !

  • Et vous pouvez dire merci au portable !

  • Oui, je l'ai toujours, celui là je ne le vendrai pas, je le garderai même s’il ne marche plus : il m'a sauvé la vie ! Comme je vous le dis, le portable rend bien des services. Certes, il y a des gens qui rompent les burettes avec leur portable, toujours là « Tintintin ». ça non. Et la plus belle, si à la fin du mois il te reste deux communications, la SFR les fait péter. Avant, ils ajustaient, maintenant supprimé. Alors qu'ils devraient nous en faire cadeau car nous nous en servons pour le travail. Pas comme ceux qui ont toujours le portable collé à l'oreille


Parler de la Tinée dénommée gavot par les gens du pays, formes vivaro-alpines avec la première personne du présent en « ou », bien qu’il y ait parfois aussi « i » comme désinence, chute des « d » intervocaliques (arribaa pour arribada, calau pour calada). Influence du niçois sur les finales qui varient entre le son [o] et le son [a]

Prénom Nom : Alfred Colletta
Année de naissance :
Profession : pastre
Parcours :
Entretien de : JP.Belmon - texte JMarie Ramier et JLuc Dommenge
Date de collectage : 2015-08-16
Lieu : Ilonse
Centre d'Etudes de la parole d'Oc - 8 bis, avenue Jules FERRY - 13100 AIX EN PROVENCE - Tél : 04.42.93.45.12 - Email : cepdoc@free.fr - mentions légales