CEPD'OC

Centre d'Etudes de la Parole D'OC

31 - JB Bouery : 

Le romancier Jean Bernard Bouery évoque son enfance malade, son engagement dans la résistance et la rédaction de son premier roman.

Ai agut la poliomielita aviáu 7 ans. Adonc que fasètz quora siatz un jovènt de sèt ans alongat sus un liech ambé lo solet plafon sus la tèsta. Dins lo plafon regardatz d'images, vos fasètz d'istòrias e mon paire, eu, qu'èra pas colhon s'es dich « aqueu dròlle, lo fau faire legir » e m'adusiá de quantitats de libres. A quatòrze ans legissiáu Zola, a quinze ans aviáu legit tot London, aviáu legit tanben Flaubert, perqué s'èra mes ambé la bibliotecària de la gara, que l’aviá d'aqueu temps una bibliotèca de gara a Carnola, e la bibliotèca li fasiá venir de libres mai quau que siegue, èra un libre.


Mon endecum faguèt que, quora es vengut la guèrra, l'a agut lo servici militari qu'es vengut lo servici dei chantiers de joinessa, puèi lo STO. Que eriam mandats, la classa 22, subre tot, mandat en Alemanha per travalhar per leis Alemands e ieu èri reformat de tot, èri reformat, èri libre devers leis Alemands. Alòr, mon cosin me venguèt, me diguèt : « A tu sabes, nos fariá plesir se veniás ambé nautres perqué èra eu dins la resisténcia dau rensenhament e li fasiá besonh un agent de lieson entre Niça e Marselha perqué... a Tolon se podiá pas mandar de… la radiò, i aviá tròp d'Alemands. Alòr ai fach un engatjament a la resisténcia, lo « réseau Phalanx » qu'èra de la promiera armada francesa, l'ai fach en 1943, en febrier qu'èri a Brinhòlas à la banca, un marrit marrit banquier sabètz ! E siáu rintrat dins la resisténcia, aquí siáu devengut, ambé aqueu trabalh, èri... fau dire una mena d'exaltacion. Enjusqu'a la liberacion, siáu a la liberacion, èri sota-oficier. Cresètz pas ! Emai, un mes après la liberacion, m'an mandat a Marselha passar un consèu de revista : aquí m'an reformat, siáu retornat a l'ostau e siáu redevengut una mena de... de gus qu'a ni gost ni gosta, ges de trabalh, ges d'avenir. Es aquí qu'a començat ma granda... mon grand viatge dins lo desèrt, disi coma aquò. Dètz annadas. Dètz ans de chaumàgi.


Ai començat a escriure coma aquò mon promier roman, me siáu dich : « As fach la resisténcia, l'a de causas dins la resisténcia que pòdon interessar lei gènts e me siáu mes a escriure mon promier roman : E pamens lis estiéu fuguèron bèu. Aqueu titre fòrça gènt, m'an demandat perqué aqueu titre qu'es puslèu joiós. Es pas un titre de guèrra. Mai sabètz una causa que se siam... an fach de batèstas, de massacres sota un cèu, l'estiu, esbleugissent. E me ramenti de la guèrra, ieu, que lo cèu, i a jamai agut un temps tan bèu, durent la guèrra. Alòr me siáu mes dins l'idèia de metre aqueu titre a un libre qu'es fòrça fons, fòrça...

Ai agu la poliomielito aviéu 7 an. Adounc, que fasès quouro sias un jouvènt de set an alounga sus un lié emé lou soulet plafouns sus la tèsto. Dins lou plafouns regardas d'image, vous fasès d'istòri e moun paire éu qu'èro pas couioun s'es di « aquéu drole, lou fau faire legi» e m'adusié de quantita de libre. À quatorge an legissiéu Zola, à quinge an aviéu legi tout London, aviéu legi tambèn Flaubert perqué s'èro mes amé la biblioutecàri de la garo, que l’avié d'aquéu tèms uno biblioutèco de garo à Carnoulo, e la biblioutèco li fasié veni de libre mai quau que siegue, èro un libre.


Moun endecun faguè que, quouro es vengu la guerro, l'a agu lou servíci militari qu'es vengu lou servíci dei chantié de jouinesso puèi lou STO. Que erian manda, la classo 22 subre-tout, manda en Alemagno pèr travaia pèr lis Alemand e iéu èri refourma de tout, èri refourma, èri libre devers lis Alemand. Alor moun cousin me venguè, me diguè « A tu sabes, nous farié plesi se veniés emé nautre perqué éro éu dins la resistènci dóu rensignamen e li fasié besoun un agènt de liesoun entre Niço e Marsiho perqué... à Touloun se poudié pas manda de… la radio, i'avié trop d'Alemand. Alor ai fa un engajamen à la resistènci, lou « réseau Phalanx » qu'èro de la proumiero armado franceso, l'ai fa en 1943, en febrié qu'èri à Brignolo à la banco, un marrit marrit banquié, sabès! E siéu rintra dins la resistènci, aqui siéu devengu, amé aquéu travai, èri... fau dire uno meno d'eisaltacioun. Enjusqu'à la liberacioun, siéu à la liberacioun, èri souto-óuficié. Cresès pas ! Emai, un mes après la liberacioun, m'an manda à Marsiho passa un counsèu de revisto : aqui m'an refourma, siéu retourna à l'oustau e siéu redevengu una meno de... de gus qu'a ni goust ni gousto, ges de travai, ges d'aveni. Es aqui qu'a coumença ma grando... moun grand viage dins lou desert, dísi coumo acò. Dès annado. Dès an de chaumàgi.


Ai coumença à escriéure coumo acò moun proumié rouman, me siéu di : « As fa la resistènci, l'a de causo dins la resistènci que podon interessa lei gènt e me siéu mes à escriéure moun proumié rouman : E pamens lis estiéu fuguèron bèu. Aquéu titre, foueço gènt m'an demanda perqué aquéu titre qu'es puslèu jouious. Es pas un titre de guerro. Mai sabès uno causo que se sian... an fa de batèsto, de massacre souto un cèu, l'estiéu, esbléugissènt. E me ramenti de la guerro, iéu, que lou cèu, i'a jamai agu un tèms tant bèu, durènt la guerro. Alor me siéu mes dins l'idèio de metre aquéu titre a un libre qu'es foueço founs, foueço...

J'ai eu la poliomyélite lorsque j'avais 7 ans. Aussi, que faites-vous quand vous êtes un jeune de 7 ans allongé sur un lit avec le seul plafond au dessus de la tête. Dans le plafond, vous regardez des images, vous vous faites des histoires et mon père qui n'était pas idiot s'est dit : « Cet enfant, il faut le faire lire » et il m'apportait des quantités de livres. À 14 ans, je lisais Zola, à quinze, j'avais lu tout London, j'avais aussi lu Flaubert car mon père s'était arrangé avec la bibliothécaire de la gare, car à cette époque là il y avait une bibliothèque à la gare de Carnoules, qui lui faisait venir des livres quels qu'ils soient, mais c'était des livres.


Mon handicap a fait que, lorsqu'il y a eu la guerre, il y a eu le service militaire devenu chantiers de jeunesse puis STO. La classe 22 nous étions surtout envoyés en Allemagne travailler pour les Allemands mais moi, j'étais réformé de tout, j'étais libre envers les Allemands. Alors mon cousin est venu et m'a dit : « Tu sais, ça nous ferait plaisir si tu venais avec nous » parce qu'il était dans le renseignement pour la résistance. Et il avait besoin d'un agent de liaison entre Nice et Marseille parce qu'à Toulon, on ne pouvait pas se servir de la radio parce qu'il y avait trop d'Allemands. Alors je me suis engagé dans la résistance, le réseau Phalanx qui appartenait à la première armée française. C'était en février 1943, j'étais dans la banque à Brignoles, un mauvais banquier vous savez ! Je suis entré dans la résistance et je suis devenu... j'avais il faut le dire une sorte d'exaltation. Jusqu'à la libération. À la Libération j'étais sous-officier, vous ne croyez pas ! Un mois après la Libération, on m'a envoyé à Marseille passer un conseil de révision : là on m'a réformé, je suis rentré à la maison et je suis devenu une sorte de type sans goût ni énergie, qui n'a pas de travail, pas d'avenir. C'est là qu'a commencé ma grande... mon grand voyage dans le désert comme je dis, dix ans de... dix années de chômage...


J'ai commencé à écrire mon premier roman en me disant : « Tu as fait la résistance, il y a dans la résistance des choses qui peuvent intéresser les gens » et je me suis mis à écrire mon premier roman : Et pourtant les étés furent beaux. De nombreuses personnes m'ont demandé pourquoi ce titre plutôt joyeux. Ce n'est pas un titre de guerre. Il y a eu des batailles, des massacres sous un ciel d'été éblouissant. Je me souviens qu'il n'y a jamais eu un ciel aussi beau que pendant la guerre. Aussi je me suis mis dans l'idée de mettre ce titre à un livre qui est très grave.

Originaire du Var, Bouery a pour base linguistique le provençal maritime (lei, l'a foeça...) mais du fait que ses romans sont rédigés en dialecte rhodanien à l'image de Mistral, ce parler vient parfois se superposer au substrat maritime avec des li, des vesE...De plus, l'écrivain emploie une langue soutenue.

Prénom Nom : Jean-Bernard BOUERY
Année de naissance : 1922
Profession : employé municipal à la retraite
Parcours :

Après de nombreux métiers (cheminot, employé de banque...) et des périodes de chômage, Bouery a travaillé à la commune de La Garde où il s'occupait du journal municipal  


Entretien de : JP Belmon
Date de collectage : 2015-08-30
Lieu : La Garde (83)
Centre d'Etudes de la parole d'Oc - 8 bis, avenue Jules FERRY - 13100 AIX EN PROVENCE - Tél : 04.42.93.45.12 - Email : cepdoc@free.fr - mentions légales