CEPD'OC

Centre d'Etudes de la Parole D'OC

27 - Léon Coursin Louis Bonnet : 
Léon Coursin et Louis Bonnet évoquent le travail de la batteuse itinérante dans les Basses Alpes
  • Montaviam lei garbas, fasiam lei garbieras, laissant un passatge per la pressa e la batusa entre lei dos, e après eu veniá dins lo tard, d'una ferma a l'autra et allez !

  • E monte venián ? De mont èran ?

  • Bè ieu, chez nautres, venián de santa Cièli. Èra un entreprenor qu'aviá fach la guerra ambé mon oncle. E descendiá a Oreson batre, l'Audibert ?

  • Me ne’n rapèle pus d'aqueu mai, ce que me rapèle ieu, es Pèire Monier que veniá de Manòsca, e ieu aviáu cinc ans, sièis ans a pauc pres, veniá ambé... i'aviá la lòcòmòbila a vapor e i aviá la cantina per faire manjar leis òmes, e i aviá la batusa, i aviá la pressa, i aviá la remorque per cargar tot aquò, lo matériel e tot aquò fasiá un trin sus la rota 'quí, e puèi après s'instalavan entre lei garbieras e puèi après la lòcòmòbila a vapor fasiá virar la batusa ambé una correja qu'èra lònga de quinze mètres encar, perqué aquò fasiá deis escarbilhas.

  • La correja èra lònga perqué la machina siague pas au mitan dei garbas

  • Per pas garçar lo fuòc !

  • I aviá de belugas que sortián de la chaminèia de la cauva e lo paire Monier, lo vese encara 'quí, ambé sei bartèlas... e sa frema fasiá la tambolha

  • E puèi i aviá leis Ardéchois, èran tretze. Tretze, quatòrze. Ara, un tipe solet dins la meissonusa-batusa fai lo travai de sai pas quant de tipes... e faliá carrejar la tina de pinard per lei faire travalhar perqué marchavan au pinard.

  • Ambé la poussa que i aviá.

  • Mon père fasiá lo factor. En una ferma de Niozelle quand es arribat, i aviá la batusa. Alòr en passent demanda au bonhomme que fai lo gran, li fai : « Vai lo vin? Au mens aicí cola lo vin. » Lo tipe li ditz : « Dau vin n'en siam luenh mai dau vinaigre per boire, siam pas luenh ». Arribava sovent, ai fermas, avián una barrica que tornava un pauc, la fasián passar a la batusa.

  • I aviá una equipa d'Ardéchois que venián e s'embauchavan per faire la campanha. Dormián dins la palha, se lavavan quand li pensavan, quand i aviá d'aiga au canau se lavavan. Se i aviá pas d'aiga, se cochavan coma aquò bè, èran mòrts de fatiga perqué fasián d'oras qu'es pas de possible.

  • Atacavan a sièis oras de matin e acabavan lo soar a la nuech. A la nuech s'arrestavan.

  • Montavian lei garbo, fasian lei garbiero, laissant un passage pèr la presso e la batuso entre lei dous, e après éu venié dins lou tard, d'una fermo à l'autro et allez !

    •   E mounte venien ? De mount èron ?

    • Bè ieu, chez nautre, venien de santo Cièli. Èro un entreprenour qu'avié fa la guerro amé moun ouncle. E descendié à Ouresoun batre, l'Audibert ?

    • Me n’en rapelle pus d'aquèu mai, ce que me rapelle iéu, es Pèire Mounier que venié de Manosco, e iéu aviéu cinq an, sièis an à pau pres, venié amé... i'avié la locomobilo à vapour e i'avié la cantino pèr faire manjar leis òmes, e i'avié la batusa, i'avié la presso, i'avié la remorque pèr carga tout acò, lou matériel e tout acò fasié un trin sus la routo 'qui, e pièi après s'istalavon entre lei garbiero e pièi après la locomobilo a vapour fasié vira la batuso amé uno courrejo qu'èro longo de quinge mètre enca, perqué acò fasié deis escarbiho

    • La courrejo èro longo perqué la machino siegue pas au mitan dei garbo

    • Pèr pas garça lou fiò !

    • I'avié de belugo que sourtien de la chaminèio de la cauvo e lou paire Mounier, lou vese encaro 'qui, amé sei bartello...e sa fremo fasié la tambouio

    • E pièi i'avié leis Ardéchois, èron trege. Trege, quatorge. Aro, un tipe soulet dins la meissounuso-batuso fai lou travai de sai pas quant de tipe... e falié carreja la tino de pinard pèr lei faire travaia perqué marchavon au pinard.

    • Amé la póusso que i'avié.

    • Moun père fasié lou factour. En uno fermo de Niozelle quand es arriba, i'avié la batuso. Alor en passènt demando au bonhomme que fai lou gran, ié fai : « Vai lou vin? Au mens eici coulo lou vin. » Lou tipe ié dis : « Dóu vin n'en sian liuen mai dóu vinaigre pèr boire, sian pas liuen ». Arrivavo souvènt, ei fermo, avien uno barrico que tournavo un pau, la fasien passa à la batuso.

    • I'avié uno equipo d'Ardéchois que venien e s'embauchavon pèr faire la campagno. Dourmien dins la paio, se lavavon quand ié pensavon, quand i'avié d'aigo au canau se lavavon. Se i'avié pas d'aigo, se couchavon coumo acò, bè, èron mort de fatigo perqué fasien d'ouro qu'es pas de poussible.

    • Atacavon à sièis ouro de matin e acabavon lou souar à la nue. A la nue s'arrestavon.

  • Nous montions les gerbes, nous faisions des gerbiers, en laissant un passage entre les deux pour la presse et la batteuse, et après il arrivait sur le tard : d'une ferme à l'autre, allez !

  • Ils venaient d'où ? Ils étaient d'où ?

  • Chez nous, ils venaient de Sainte Cécile. C'était un entrepreneur qui avait fait la guerre avec mon oncle. Il descendait battre jusqu'à Oraison, l'Audibert !

  • Je ne me rappelle plus de celui-là mais celui dont je me rappelle, moi, c'est Pierre Mounier qui venait de Manosque. J'avais cinq ou six ans à peu près. Il venait avec... il y avait la locomobile à vapeur et la cantine pour faire manger les hommes et il y avait la batteuse, la presse, une remorque pour charger le matériel et tout cela formait un train sur la route. Après, ils s'installaient entre les gerbiers et la locomobile faisait tourner la batteuse grâce à une courroie longue de quinze mètres parce qu'il y avait des escarbilles.

  • La courroie était longue pour que la machine ne soit pas au milieu des gerbes.

  • Pour ne pas mettre le feu.

  • Il y avait des étincelles qui sortaient de la cheminée de l'engin et le père Mounier, je le revois encore avec ses bretelles... et sa femme faisait la tambouille.

  • Et puis il y avait les Ardéchois. Ils étaient 13,14. Maintenant un seul type sur une moissonneuse-batteuse fait le travail de je ne sais pas combien de types... et il fallait amener la cuve de vin pour les faire travailler parce qu'ils marchaient au pinard...

  • Avec la poussière qu'il y avait.

  • Mon père faisait le facteur. Dans une ferme de Niozelle, lorsqu'il arrive, il y avait la batteuse. Alors en passant, il demande au bonhomme qui s'occupe du grain : Alors, le vin ? Au moins, ici, il en coule, du vin ! ». Et l'autre lui répond : « Du vin on en est loin, mais du vinaigre pour boire, on n'en est pas loin ! ». Il arrivait souvent que dans les fermes, quand on avait une barrique qui tournait un peu, on la faisait passer avec la batteuse.

  • Il y avait une équipe d'Ardéchois qui venait s'embaucher pour la campagne. Ils dormaient sur la paille et se lavaient lorsqu'ils y pensaient : quand il y avait de l'eau au canal, ils se lavaient. S'il n'y avait pas d'eau, ils se couchaient comme cela. Ils étaient morts de fatigue parce qu'ils faisaient des heures impossible…

  • Ils attaquaient à six heures du matin et terminaient le soir avec la nuit. À la nuit ils s'arrêtaient.

Prénom Nom : Léon COURSIN et Louis BONNET
Année de naissance :
Profession :
Parcours :

Léon Coursin dont la famille descend de la vallée de Thoard a fait le paysan toute sa vie à Niozelle.

Louis Bonnet était conseiller agricole à Oraison.


Entretien de : JP.Belmon
Date de collectage : 2015-04-07
Lieu : Niozelles
Centre d'Etudes de la parole d'Oc - 8 bis, avenue Jules FERRY - 13100 AIX EN PROVENCE - Tél : 04.42.93.45.12 - Email : cepdoc@free.fr - mentions légales