CEPD'OC

Centre d'Etudes de la Parole D'OC

28 - René Michel : 

M. René Michel était le facteur de Dormillouse, le village le plus haut de la vallée de Freissinières qui n'est pas desservi par la route. C'est donc à ski ou à pieds qu'il desservait le village.

L'ivèrn o fasiau un pauc a skis un pauc a pè mai la plus granda partia a pè.

  • Eriatz lo factor mai i aviá de gènts enamont ?

  • Bè quand ai començat, i aviá encar quant de familhas ? I aviá encar mon oncle quand ai començat qu'es partit en 49 d'ailamont.

  • I a meme agut l'escòra ?

  • Me rapèlo que i èra encar l'escòra. Ieu ai remplaçat mon oncle quand fasiá lo factur qu'aviáu 16/17 ans. I èra un institutur ailamont, i èra meme una institutriça. Avián mandat l'institutriça qu'èra de Còrsa.

  • Ò ! Pecaire !

  • Alòr aviá passat l'uvèrt amont ’bé sa maire. Sorament que, tous los instituturs quand passavan, se familharizavan aubé lo monde dau païs quoi ! Mai elas avián pas vougut. Alora fasián fuec, coma denant, au bòsc. Es qu'après los tuièus èran plens alora li fotiá una tuba que podián plus alumar lo fuec, ma quand èran davalaas au printemps, empoisonavan la tuba.

  • Lei gènts vos esperavan meme quand i aviá lo marrit temps ?

  • Bè, quand i aviá tròp de nèu, quand i’èra la traça chaliá filar

  • Mai eriatz oblijat ? L'administracion...

  • Ah ! quand i aviá la traça chaliá filar.

  • I a pas una limita quand i aviá nèu ?

  • Chaliá comptar : jusca 25 cm de nèu, eram obliats de partir.

  • I a de moments qu'avètz agut paur, non ?

  • Oh bè ! sovent ma enfin... i eram tarament abituats pi quand siatz joves...viatz pas lo dangier de la meme faiçon.

  • Ma i a de moments que i a d'avalanchas, non ?

  • Lo promier an que l'ai fach, aviáu plantat mos eskís a pauc pres a dos quilomètres d'aicí, e quand siáu arribat a la cascada ailamont, a la pissa que disián, ai auvit l'avalancha quoi. Mai aviá davalat tot o long. Ai passat a travers perqué qu'ero ailamont mai quand siáu revengut los skis si velhavan pus. E los ai retrobats au printemps ailaval a la rota ! Èran intacts !

  • Mai es un mestier dangeirós aquò !

  • Ma foi ! Es un mestier coma aquò !

  • M'avètz dich qu'un jorn i es una marmòta que vos a picat dedins !

  • Es just en faça de Dormilhosa quand montatz d'en bas en bas. Montavo aquí tranquile. Ben, la marmòta m'es vengüa picar entre las jambas un pauc mai me fasiá fotre au sòr.

  • E de lops, n'avètz jamai agut vists ?

  • Non

  • N'i aviá dins lo temps. À la velhada...

  • Dins lo temps, bè mon arrèire pai grand es mòrt en 1914. E bien avián un gròs chin. Quand sentiá lo lop, gratava la pòrta, de la sortida de l'estable qu'apelavan. Èran sortits : n'avián tuats 11 just aquí entorn dau vilatgi .

L'ivèr ou fasiéu un pau a skis un pau a pèd mai la plus grando partìo a pèd.

  • Erias lou factour mai i'avié de gènts enamount ?

  • Bè, quand ai coumença, i'avié enca quant de famiho ? I'avié enca moun ouncle quand ai coumença qu'es parti en 49 d'eilamount.

  • I'a meme agu l'escoro ?

  • Me rapèlou que i'èro enca l'escoro. Iéu ai remplaça moun ouncle quand fasié lou factur qu'aviéu 16/17 ans. I'èro un institutur eilamount, i'èro meme uno institutriço. Avien manda l'institutriço qu'èro de Corso.

  • Oh ! Pecaire !

  • Alor avié passa l'uvèrt amount ’bé sa maire. Souramen que, tous lous instituturs quand passavon, se famiharisavon aubé lou mounde dóu païs quoi ! Mai elos avien pas vóugu. Alouro fasien fuec, coumo denant, au bouosc. Es qu'après lous tuièus èron plen alouro li foutié uno tubo que poudien plus aluma lou fuec, ma quand èron davala au printemps, empouisounavon la tubo.

  • Lei gènts vous esperavon meme quand i'avié lou marrit tèms ?

  • Bè, quand li avié tròp de nèu, quand i'avié la traço chalié filar

  • Mai erias oublija ? L'administracioun...

  • Ah quand i'avié la traço chalié filar.

  • I'a pas uno limito quand i'avié nèu ?

  • Chalié coumta : jusco 25 cm de nèu, eran oublia de partir.

  • I'a de moumen qu'avès agu pòu, noun ?

  • Oh bè ! souvènt ma enfin... i'eran tarament abitua pi quand sias jouve... vias pas lou dangier de la meme faiçoun.

  • Ma i'a de moumen que i'a d'avalancho, noun ?

  • Lou proumier an que l'ai fach, aviéu planta mous eskis a pau pres à dous kiloumètre d'eici, e quand siéu arriba à la cascado eilamount, a la pisso que disien, ai auvi l'avalancho quoi. Mai avié davala tout ou long. Ai passa à travers perqué qu'èrou eilamount mai quand siéu revengu lous skis si veiavon pus. E lous ai retrouba au printèms eilaval à la routo ! Èron intacts !

  • Mai es un mestier dangeirous acò !

  • Ma foi ! Es un mestier couma acò !

  • M'avès dich qu'un jour i'es uno marmoto que vous a pica dedins !

  • Es just en faço de Dourmihouso quand mountas d'en bas en bas. Mountavou aqui tranquile. Bèn la marmoto m'es vengüo pica entre las jambos, un pau mai me fasié foutre au souòr.

  • E de loup, n'avès jamai agu vist ?

  • Noun

  • N'i’avié dins lou tèms. À la vihado...

  • Dins lou tèms, bè moun arrèire pai grand es mort en 1914. E bien avien un gros chin. Quand sentié lou loup, gratavo la porto de la sourtido de l'estable qu'apelavon. Èron sourtit : n'avien tua 11 just aqui entour dóu vilàgi .

L'hiver, je faisais le chemin à ski ou à pieds mais la plus grande partie à pieds.

  • Vous étiez le facteur mais il y avait du monde là haut ?

  • Lorsque j'ai commencé, il y avait combien de familles ? Quand j'ai commencé il y avait encore mon oncle qui est parti de là haut en 49.

  • il y a même eu l'école !

  • Je me rappelle qu'il y avait encore l'école. Moi, j'ai remplacé mon oncle qui faisait le facteur lorsque j'avais 16/17 ans. Il y avait un instituteur là haut et même une institutrice. Ils avaient envoyé une institutrice qui venait de Corse.

  • Peuchère !

  • Elle avait passé l'hiver en haut avec sa mère. Seulement, tous les instituteurs qui passaient se familiarisaient avec les familles du pays. Elles, elles n'avaient pas voulu. Lorsqu'elles faisaient du feu, c'était comme avant, avec du bois. Mais les tuyaux s'étaient bouchés ce qui produisait une fumée qui étouffait le feu. Lorsqu'est arrivé le printemps, elles empestaient la fumée.

  • Les gens vous attendaient même par mauvais temps ?

  • Quand il y avait trop de neige, dès qu'il y avait la trace, il fallait y aller.

  • Mais vous étiez obligés ?

  • Quand il y avait la trace, il fallait y aller !

  • Il n'y avait pas une limite de hauteur de neige ?

  • Il fallait compter jusqu'à 25 cm de neige. Avant on était obligé de partir.

  • Il y a eu des moments où vous avez eu peur, non ?

  • Souvent, mais on était tellement habitué. Et puis lorsqu'on est jeune, on ne voit pas le danger de la même façon.

  • Parfois il y a des avalanches, non ?

  • La première année que je l'ai fait, j'avais planté mes skis à à peu près deux kilomètres d'ici, et lorsque je suis arrivé à la cascade là-haut, à la « pisse » comme on dit, j'ai entendu l'avalanche. Elle était descendue tout le long. J'ai passé au travers parce que j'étais au dessus mais lorsque je suis redescendu, les skis ne se voyaient plus. Je les ai retrouvés au printemps en bas vers la route : ils étaient intacts !

  • C'est un métier dangereux, ça !

  • Ma foi, c'est un métier comme cela !

  • Vous m'avez dit qu'un jour, une marmotte vous est rentrée dedans...

  • C'était juste en face Dormillouse lorsque vous montez depuis le bas. Je montais tranquille. Et bien la marmotte est venue me taper dans les jambes, de peu je tombais par terre.

  • Et des loups, vous n'en avez jamais vu ?

  • Non

  • Dans le temps, il y en avait...

  • Dans le temps ! Mon arrière grand père est mort en 1914. Il avait un gros chien. Lorsqu'il sentait le loup, il grattait à la porte de l'étable comme on dit. Ils étaient sortis. Ils en avaient tué 11 autour du village.


Parler vivaro-alpin (finales en ou de la première personne de l'indicatif présent...), on entend certains « s » du pluriel (mos eskís/mous eskis) et certains « r » de l’infinitif (filar/partir), pas tous. O, remarque aussi le rhotacisme des « l » qui deviennent « r » (sorament/souramen pour solament/soulamen, escòra/escoro pour escòla/escolo, sòr/souor pour sòu), également la chûte du « d » intervocalique des participes passés féminins (partia/partìo pour partida/partido, davalaas/davala pour davaladas/davalado), par contre on a la sortida/la sourtido.

Prénom Nom : René MICHEL
Année de naissance :
Profession : facteur
Parcours :
Prenant la succession de son oncle, pendant 23 ans, René Michel a apporté le courrier dans le village de Dormillouse, au sommet de la vallée de Freissinières.

Entretien de : JP.Belmon
Date de collectage : 2017-03-21
Lieu : Freissinières
Centre d'Etudes de la parole d'Oc - 8 bis, avenue Jules FERRY - 13100 AIX EN PROVENCE - Tél : 04.42.93.45.12 - Email : cepdoc@free.fr - mentions légales