CEPD'OC

Centre d'Etudes de la Parole D'OC

24 - Antonin STEVE : 

Le conteur Toni Baloni, Antonin Stève de son vrai nom, évoque un souvenir personnel lié à la contrebande avec l'Italie lors du pèlerinage de Notre-Dame des Fenêtres.

Èra pendent la guèrra, deviá èstre lo 15 d'aost de 43, ò... plutôt 43 que 44. Nautres daval en buèi de la valau, en Pelasca, a Lantosca, lo 15 d'aost anaviam a la madòna d'Utela en pelerinatge. Ailà, ma maire m'aviá ja menat. Faliá 4 oras de camin per i anar, partiam a 3 oras dau matin e un còp donc aquel an, mi fa : « E se anaviam un pauc a la madòna de Fenèstras est an». Ah coquin de non ! Ieu èro content. Èro jamai vengut aquí ai fenèstras e mi faiá plesir. Mon paire a començat a rospetar li a dich, siás... èra de matariá... siás mata que diá a ma maire. Ma totun ma maire, ieu èro content, ela d'acòrdi. Siam partits, la vesiá. Siam bensai puat aquí per Sant Martin la dralha, n'i a de camin e avèm durmit a l'arberc qu'es aquí perqué i èra la vacaira ja aquí e damont a l'arberc ma maire conoissiá un pastre e alora siam... de sera i a agut la velhau, i èra lo fuec. L'arberc i èra rè que nautres, i èra de monde. Ieu mi siáu endurmit sus li ginolhs de ma maire, aquí assetat en un canton. E lo lendeman matin, aviam portat cadun la nòstra museta 'mbé ma maire, 'mbé de pan, de jambon, de fromai, n'aviam aquí e lo lendeman matin, aviam una bòna bachorla de vin tanben per li pastres perqué li pastres bevián que de lachau alòr li plasiá d'aver un pauc de vin. E lo lendeman de matin, ma maire a pendut lei doei musetas en una senepa qu'èra dins la muralha , a dich « Ai, anam a la messa e après, revenèm pilhar lei musetas ». Siam anats a la messa, escotar tota la messa. I èra de monde, i èra plen de monde dintre, fòra. Quora siam sortits de la messa que lei gènts partián toi a la procession, anavan fint a la crotz ailà, ma maire me ditz « Sai, nautres val mai que se’n anem. Eira avèm pilhat la messa, s'en calam perqué nos caliá faire 7 a 8 oras de camin per anar fint en Pelasca. Siam calat a l'arberc, avèm pilhat cadun la nòstra museta. Ieu ai bèn trobat qu'aquela museta pesava un pauc ma... pensavo que restava de pan. E siam partits , d'aise, 'quí. N'es que quora siam arribats darrier la còla vers Barvèr aquí que se siam un pauc pauvats alora, aviam caminat e pi si siam pauvats. Ma me faiá de ben ai dich « La museta pesa, è ». E pi totun vers de sera siam arribats a maion. Quora siam arribats aquí i èra mon paire que nos esperava. Èra content de nos veire revenir e ma maire 'quí, avèm pauvat la museta sus lo taulier, sus una cadiera, a sortit de la museta alora un pichin saquet qu'aviá fach ela, l'a dubert, l'a destacat e a tot vuidat sul taulier. E la mieu suspresa es que lo saquet èra plèn de ris. Alora mon paire èra estonat ben entendut. Ma alora ma maire a esplicat a mon paire que i èra de monde a la madòna, i èra de gendarmas ambé lor tengüa ben entendut. Ditz « Ma pareisse que i èra tanben de douaniers en civil. caliá faire atencion ». Mon paire èra content perqué se s'eriam fach achapat damont...Capisso perqué en partènt èra pas content e que li diá qu'èra mata. Aviá paur que se se faguèsse achapar a faire de contrabanda ambé lo ris !

Èra pendènt la guerra, deviò èstre lou 15 d'aoust de 43 o... plutôt 43 que 44. Nautres daval enbuèi de la valau, en Pelasca, à Lantousca, lou 15 d'aoust anavian à la madona d'Utèla en pelerinage. Eilà, ma maire m'aviò ja menà. Faliò 4 oura de camin per i’anà, partian à 3 oura dóu mati e un cop dounc aquel an, mi fa : « E se anavian un pau à la madona de Fenèstras  est an». Ah couquin de noun ! Iéu èrou countènt. Èrou jamai vengu aqui ai fenèstras e mi faiò plesi. Moun paire a coumençà a rouspetà i'a dich, siés...èra de matariò... siés mata que diò à ma maire. Ma toutun ma maire, iéu èrou countènt, ela d'acòrdi. Sian partis, la vesìa. Sian bessai puàs aqui pèr Sant Martin la draia, n'i’a de cami e avèn durmi à l'arberc qu'es aqui perqué i'èra la vacaira ja aqui e damount à l'arberc ma maire counouissiò un pastre e aloura sian... de sera i'a agu la veiau, i'èra lou fuec. L'arberc i'èra rè que nautres, i'èra de mounde. Iéu mi siéu endurmi sus li ginous de ma maire, aqui asseta en un cantou. E lou lendema mati, avian pourta cadu la nouostra museta 'mé ma maire, 'mé de pa, de jambou, de froumai, n'avian aqui e lou lendema de mati, avian una bona bachourla de vi tambèn pèr li pastres perqué li pastres bevion que de lachau alor li plasiò d'avé un pau de vi. E lou lendema de mati, ma maire a pendu lei douei musetas en una senepa qu'èra dins la muraia , a dich « Ai, anan a la messa e après, revenèn piha lei musetas ». Sian anà à la messa, escoutà touta la messa. I'èra de mounde, i'èra plen de mounde dintre, fouora. Quoura sièn sortis de la messa que lei gènts partion toui à la proucessiou, anavon fint à la crous ailà, ma maire me dis « Sai, nautres val mai que s'en anen. Eiro avèn piha la messa, s'en calan perqué nous caliò faire 7 a 8 oura de cami per anà fint en Pelasca. Sièn calà à l'arberc, avèn pihà cadun la nouostra museta. Iéu ai bèn troubà qu'aquela museta pesava un pau ma... pensàvou que restava de pa. E sièn partis, d'aise, 'qui. N'es que quoura sian arribàs darrié la couola vers Barvèr aqui que se sian un pau pauvàs, aloura, avian camina e pi si sian pauvàs. Ma me faiò de bèn ai dich « La museta pesa, è ». E pi toutun vers de sèra sian arribàs à maiou. Quoura sièn arribàs aqui i'èra moun paire que nous esperava. Èra countènt de nous vèire reveni e ma maire 'qui, avèn pauvà la museta sus lou taulié, sus una cadiera, a sourti de la museta aloura un pichin saquet qu'aviò fach ela, l'a dubert, l'a destacà e a tout vuià sul taulié. E la miéu suspresa es que lou saquet èra plen de ris. Aloura moun paire èra estounà bèn entendu. Ma aloura ma maire a esplicà à moun paire que i'èra de mounde à la madona, i'èra de gendarma amé lour tengüo bèn entendu. Dis « Ma parèisse que i'èra tambèn de douaniers en civil. caliò faire atenciou ». Moun paire èra countènt perqué se s'erian fach achapà damount... Capíssou perqué en partènt èra pas countènt e que li diò qu'èra mata. Aviò pòu que se se faguèsse achapà à faire de countrabanda amé lou ris !

C'était pendant la guerre, ça devait être le 15 août de 43 ou...plutôt 43 que 44. Nous vers le bas de la vallée, à Pélasque, à Lantosque, le 15 août, nous allions en pèlerinage à la Madone d'Utelle. Ma mère m'y avait déjà amené. Il fallait cheminer pendant 4 heures pour y aller, nous partions à 3 heures du matin. Mais cette année là elle me fait : «  Si cette année on allait à la Madone des Fenêtres ». Coquin de non ! Moi, j'étais content. Je n'étais jamais venu à la Madone des Fenêtres et ça me faisait plaisir. Mon père a commencé à râler.« C'est une folie, tu es folle »disait il à ma mère. Mai comme moi j'étais content, ma mère était d'accord. On est parti. Nous sommes venus par le St Martin Vésubie, ça fait du chemin ! Et nous sommes venus dormir dans la grange qui est là parce qu'il y avait déjà les bêtes à l'alpage (à la « vacherie ») et ma mère connaissait un berger. Le soir, il y a eu la veillée, le feu. Il n'y avait pas que nous et la grange était pleine. Je me suis endormi dans un coin sur les genoux de ma mère. Le lendemain matin, comme nous avions apporté chacun notre musette avec du pain, du jambon, du fromage que nous avions là ainsi qu'une bonne gourde en peau pleine de vin car les bergers qui ne boivent que des laitages aiment avoir un peu de vin. Le lendemain matin donc, ma mère a pendu nos deux musettes à un clou qui était dans la muraille et elle a dit : « Allons à la mettre, on reviendra après pour reprendre nos musettes ». Nous sommes allés écouter la messe, toute la messe. Il y avait du monde dans la chapelle, dehors. Quand nous sommes sortis et que les gens partaient pour la procession qui va jusqu'à la Croix, ma mère m'a dit : « Tu sais, il vau mieux qu'on s'en aille. Maintenant qu'on a suivi la messe, on descend ». parce qu'il fallait faire 7 à 8 heures de chemin pour rentrer jusqu'à Pélasque. Nous sommes descendus à la grange . Nous avons repris chacun notre musette. Je trouvais bien que la musette pesait un peu mais...je pensais qu'il devait rester du pain. Et nous sommes partis, tout doucement. C'est lorsque nous sommes arrivés derrière les collines du côté de Belvédère que l'on a fait la pause car on avait bien cheminé. Ça faisait du bien mais j'ai dit : «  elle pèse cette musette ». Enfin nous sommes arrivés à la maison. Mon père nous attendait. Il était content de nous voir revenir et ma mère a posé les musettes sur la table ou une chaise. Elle a sorti de la musette un petit sac qu'elle avait fait elle même, l'a ouvert et a tout vidé sur la table. A ma surprise, le petit sac était plein de riz ! Bien entendu mon père était étonné. Ma mère lui a expliqué qu'à la madone, il y avait beaucoup de monde, les gendarmes en tenue bien entendu. Mais elle ajoute «  Il paraît qu'il y avait aussi des douaniers en civil. Il fallait faire attention ». Mon père était content parce que si nous nous étions fait attraper là haut...Je comprends pourquoi lorsque nous sommes partis il était mécontent et qu'il traitait ma mère de folle. Il avait peur qu'on se fasse attraper en faisant la contrebande du riz.

Parler de la Vésubie où l'on entend les finales en « a » du niçois mais aussi celle en « o/ou » de la conjugaison alpine. On entend le « s » du pluriel mais pas le « t » du participe passé sauf dans quelques cas où il est soutenu par un « e » comme en niçois. À noter la chute des intervocaliques (valau pour valada), ainsi qu’une hésitation entre « sian » et « sièn » notée en graphie mistralienne mais pas en graphie classique « siam ».

Pélasque, Lantosque, Utelle, St Martin et Belvédère sont des villages de la vallée de la Vésubie. 

Prénom Nom : Antonin STEVE dit Toni Baloni
Année de naissance :
Profession : principal de collège à la retraite
Parcours :

Issu d'une famille de paysans de Pélasque, Antonin Stève s'est toujours passionné pour la langue qu'on parlait à la maison dans son enfance. Parallèlement à son cursus professionnel, il est devenu conteur.


Entretien de : JP.Belmon
Date de collectage : 2017-03-08
Lieu : PELASQUE
Centre d'Etudes de la parole d'Oc - 8 bis, avenue Jules FERRY - 13100 AIX EN PROVENCE - Tél : 04.42.93.45.12 - Email : cepdoc@free.fr - mentions légales