CEPD'OC

Centre d'Etudes de la Parole D'OC

22 - Robert FARJON : 

Vigneron à Sainte Cécile les vignes, Robert Farjon a longtemps travaillé avec les chevaux. Il évoque ici le travail du maréchal ferrand.

Comprenètz, lei maquinhons, leis interessava quand vos balhavan un chivau. Alòr nosautrei li apreniam a travalhar. Lo maquinhon nos fasiá pas pagar. E après lo maquinhon lo vendiá. Disiá « Vè, i a una bòna bèstia ailai vers Farjon. Per travalhar ! Lo maquinhon vendiá encara plus chièr e nosautres, comprenètz, nos costava ren. E òc ! Se fasiá coma aquò ! An chanjat lei causas.

I aviá de pichòts proprietaris, mai i aviá lo castèu de Ruth ailai en anent a Serinhan, de bèstias n'avián au mens sièis ò uech de ficar en un matin. Se levavan matin mai ne’n ferravan sièis. Èra interessent a veire aquelei chivaus. Alòr blagaviam un pauc ambé lo manescau. N'i aviá un aquí qu'èra un pauc simplàs. L'apelaviam Bebert. Mai èra brave car même. Alòr teniá lo pè, eu. Alòr a fòrça de tenir lo pè s'èra fach de muscles. Aquí ! teniá lo pè de ficar. I aviá una bèstia perqué reguinhava un pauc. Lo manescau li mandava un còp de lima, un còp de… Per ferrar lei bèstias, èra un art 'quò ! Perqué es pas facile per faire ’quò. Copavan la bata qu'èra tròp lònga puèi après metián lo fèrre, lo fasián caufar. A la fòrja, qu'èra roge. E après l'aplicavan e metián de clavèus. Èra de clavèus que venián pas de França mai de Norvège. De clavèus lòngs. Solament faliá pas se trompar pasqué se metiatz de clavèus pas tròp ben plaçats, lo chivau sariá estropiat. E òc ! Alòr, ère joine ieu, amave veire 'quò. Alòr, quand lo manescau metiá lo fèrre, èra caud, èra roge, alòr sentiá la còrna. Aquò fasiá una ambiença, voilà !

Comprenès, li maquignoun, lis interessavo quand vous baiavon un chivau. Alor nous-àutri i'aprenian à travaia. Lou maquignoun nous fasié pas paga. E après lou maquignoun lou vendié. Disié « Vè, i'a uno bono bèsti ilai vers Farjoun. Pèr travaia ! » Lou maquignoun vendié encaro plus chier e nous-autre, coumprenès, nous coustavo rèn. E vo ! Se fasié coume acò ! An chanja li causo.

I'avié de pichot prouprietàri, mai i'avié lou castèu de Ruth ilai en anènt à Serignan, de bèstia n'avien au mens sièis o iue de fica en un matin. Se levavon matin mai n'en ferravon sièis. Èro interessènt à vèire aquéli chivau. Alor blagavian un pau amé lou manescau. N'i’avié un aqui qu'èro un pau simplas. L'apelavian Bebert. Mai èro brave car même. Alor tenié lou pèd, éu. Alor à forço de teni lou pèd s'èro fa de muscle. Aqui ! tenié lou pèd de fica. I'avié uno bèsti perqué reguignavo un pau. Lou manescau ié mandavo un cop de limo, un cop de… Pèr ferra li bèsti, èro un art 'cò ! Perqué es pas facile pèr faire 'cò. Coupavon la bato qu'èro tròp longo pièi après metien lou ferre, lou fasien caufa. À la forjo, qu'èro rouge. E après l'aplicavon e metien de clavèu. Èro de clavèu que venien pas de Franço mai de Norvège. De clavèu long. Soulamen falié pas se troumpa pasqué se metias de clavèu pas tròp bèn plaça, lou chivau sarié estroupia. E o ! Alor, ère jouine iéu, amave vèire 'cò. Alor, quand lou manescau metié lou ferre, èro caud, èro rouge, alor sentié la corno. Acò fasié uno ambienço, voilà !

Vous comprenez, les maquignons étaient intéressés à vous donner un cheval. C'est nous qui lui apprenions à travailler. Le maquignon ne nous faisait pas payer. Il disait : «  Il y a une bonne bête chez les Farjon. Elle sait travailler ! » Le maquignon vendait encore plus cher et nous, vous comprenez, cela ne nous coûtait rien. Et oui, on faisait comme cela mais les choses ont changé !

Il y avait de petits propriétaires mais il y avait aussi le château de Ruth lorsque l'on va vers Sérignan. Ils avaient six à huit bêtes à ferrer dans la matinée. Alors, ils se levaient tôt et en ferraient six. C'était intéressant de voir ces chevaux. On parlait un peu avec le maréchal ferrant. Il y en avait un qui était un peu simplet. On l'appelait Bébert. Il était gentil tout de même. Il tenait le pied du cheval. À force de tenir le pied du cheval, il s'était fait des muscles. Il tenait le pied à ferrer. Lorsqu'il y avait une bête revêche, le maréchal lui donnait un coup de lime. C'est un art de ferrer les bêtes. Ce n'est pas facile à faire. Ils coupaient le sabot qui était trop long. Puis après on essayait le fer, on le faisait chauffer. Il finissait par être rouge. Puis on l'appliquait et on mettait les clous. Les clous ne venaient pas de France mais de Norvège ! De longs clous. Seulement, il ne fallait pas se tromper car si vous mettiez un clou mal placé, le cheval était estropié. Moi j'étais jeune ! J'aimais voir cela. Quand le maréchal mettait le fer, il était chaud et rouge, cela sentait la corne. Cela créait une ambiance, voilà !

Provençal rhodanien (1ère personne du singulier en « e » – emploi de l'article [li]...) On note des formes particulières au Vaucluse comme « ailai/ilai » plutôt que « ailà/eila », ainsi que les gérondifs des verbes du premier groupe en « ent/ènt » là où on trouve ailleurs « ant » (en anent/anènt, interessent/interessènt). On entend aussi la voyelle fémine « a/o » prononcée parfois [a] plutôt que [o] comme le veut la règle générale en rhodanien et dans la plus grande partie de la langue d’Oc.(èra caud, èra roge/rouge à la fin de l’extrait alors que l’on a [èro] jusque là.)

Prénom Nom : Robert FARJON
Année de naissance :
Profession : vigneron
Parcours :

Vigneron traditionnel et provençaliste erudit, Robert Farjon est un très bon connaisseurs de la flore.


Entretien de : JP.Belmon
Date de collectage : 2017-03-08
Lieu : SAINTE CECILE LES VIGNES
Centre d'Etudes de la parole d'Oc - 8 bis, avenue Jules FERRY - 13100 AIX EN PROVENCE - Tél : 04.42.93.45.12 - Email : cepdoc@free.fr - mentions légales