CEPD'OC

Centre d'Etudes de la Parole D'OC

25 - Daniel DONNIER : 

Daniel Donnier évoque sa jeunesse à Velaux lorsqu’il travaillait à la batteuse ainsi que la culture du blé sur le terroir de son village.

En 44, aviáu setze ans, e ai fach ma promiera campanha de batatgi. Sai pas se n’avètz entendut parlar, lei batusas, que fasián… anavièm d’un vilatgi a l’autre, quoi ! M’aquí, sensa exagerar, lei dotze, quatòrze oras per jorn, èra de vacanças… me rapèli que, quand voliá acabar, lo còntra-mèstre, per navigar la nuech, per exèmple se chanjar, de Velaus anar a Codós ò aiors, te metiá lei faras e condusava jusqu'à benlèu dètz oras, onze oras dau soar. Au gròs de l’estiu, è ! Me rapèli que n’i aviá una, perqué dins Velaus n’i aviá plusieurs. N’i aviá una disiáu que, avans d’arrivar a la rota dei Rèis, ‘quita, avans d’arribar au cementèri aquita, ben lo tractor èra quasiment dins lo valat d’abàs, mai passava ren a l’epòca, ni voiture ni ren.

  • Èra un trabalh penible !

  • Èra penible ‘quò, òu putan ! e après ai trabalhat totjorn per lo meme patron mai en Camarga aussi. L’estiu ai fach 44, 45, 46, 47, 49, 50, 51 perqué si siam maridats au mes d’octòbre ai agut lo temps de far… per còntra aviáu pas fach la Camarga aquest an, ‘quel an

  • Ont anaviatz en Camarga ?

  • En Camarga batre lo ris.

  • Mai es pas parier ‘quò !

  • Totjorn ambé la mema batusa. Aquò vos parli d’avans lei meissonusas-batusas. Lei gents meissonavan ambé la dalha, après a estat la fauchusa, que n’i aviá un que menava lei chivaus, n’i aviá un ò dos de fes, e l’autre que fasiá de garbas : tombava la garba sus una cava que se plegava coma ’quò e quand l’aviá à peu près la cava de la garba, s’apuiava sus una pedala e tombava au sòu e… après l’a agut lei meissonusas…que se fasiá lei garbas, meissonusas… lieuses, es aquò putan …sai pas coma va que vuei ai plus ges de memòria…

  • De blat se n’en fasiá fòrça ‘qui ?

  • Òc, ieu fasiáu pas mau d’ectares… me rapèli plus leis ectares, fasiáu onte ara l’a fòrça ostaus que se son construits… dins lei Plans, a la bastida Bertin. Aviáu un morcèu de Biscalhier (?)‘quí dessota au Restoble e l’aviá de… n’aviáu dos ectares. Au Grand Pònt n’aviáu un ectare e mieja. Puèi ieu n’aviáu pas mau, ne’n logavi.

  • Aquò raportava ben lo blad ? Èra interessant ?

  • Pas talament, pas coma ara. Quand se fasiá lo dètz, e ben, èra de bònas meissons, de bònas recòrdas.   

En 44, aviéu sege an, e ai fa ma proumiero campagno de batàgi. Sai pas se n’avès entendu parla, lei batuso que fasien… anavièn d’un vilagi à l’autre, quoi ! M’aqui, sènso eisagera, lei douge, quatorge ouro pèr jour, èro de vacanço… me rapèli que, quand voulié acaba, lou contro-mèstre, per naviga la nue, per eisèmple se chanja, de Velaus ana à Coudous o aiour, te metié lei faro e condusavo jusqu'à belèu dès ouro, vounge ouro dóu souar. Au gros de l’estiéu, è ! Me rapèli que n’i’avié uno, perqué dins Velaus n’i’avié plusieurs. N’i’avié uno, disiéu que, avans d’arriva à la routo dei Rèi, ‘quito, avans d’arriba au cementèri aquito, bèn lou tractour èro quasiment dins lou valat d’abas, mai passavo rèn a l’epoco, ni voiture ni rèn.

  • Èro un travai penible !

  • Èro penible ‘cò, hòu petan ! e après ai travaia toujour per lou meme patroun mai en Camargo aussi. L’estiéu ai fa 44, 45, 46, 47, 49, 50, 51 perqué si sian marida au mes d’óutobre ai agu lou tems de fa… pèr contro aviéu pas fa la Camargo aquest an, ‘quel an

  • Ount anavias en Camargo ?

  • En Camargo batre lou ris.

  • Mai es pas parié ‘cò !

  • Toujour amé la memo batuso. Acò vous pàrli d’avans lei meissounuso-batuso. Lei gènt meissounavon amé la daio, après a esta la fauchuso, que n’i’avié un que menavo lei chivau, n’i’avié un o dous de fes, e l’autre que fasié de garbo : toumbavo la garbo sus uno cavo que se plegavo coumo ’cò e quand l’avié a peu près la cavo de la garbo, s’apuiavo sus uno pedalo e toumbavo au sòu e … après l’a agu lei meissounuso…que se fasié lei garbo, meissounuso… lieuses, es acò putan … sai pas coume va que vuei ai plus ges de memòri…

  • De blad se n’en fasié foço ‘qui ?

  • O, iéu fasiéu pas mau d’eitare… me rapèli plus leis eitare, fasiéu ounte l’a aro foço oustau que se soun coustrui… dins lei Plan, la bastido Bertin. Aviéu un moucèu de Biscahié (?) ‘qui dessouto au Restouble e l’avié de… n’aviéu dous eitare. Au Grand Pont n’aviéu un eitare e miejo. Puèi iéu n’aviéu pas mau, n’en lougàvi

  • Acò rapourtavo bèn lou blad ? Èro interessant ?

  • Pas talamen, pas coumo aro. Quand se fasié lou dès, e bèn,èro de bono meissoun, de bono recordo.

En 44, j’avais seize ans et j’ai fait ma première campagne de battage. Je ne sais pas si vous en avez entendu parler, de ces batteuses qui faisaient… nous allions d’un village à l’autre. Sans exagérer, douze à quatorze heures par jour, c’était des vacances… Je me rappelle que lorsque le contremaître voulait naviguer, changer pour aller de Velaux par exemple à Coudoux ou ailleurs, il mettait les phares et il conduisait peut-être jusqu’à dix ou onze heures du soir. Au gros de l’été ! Je me rappelle d’une batteuse, mais à Velaux il y en avait plusieurs, il y en avait une avant d’arriver à la route des Reys, là avant le cimetière. Eh bien le tracteur était quasiment en contrebas dans le fossé mais à l’époque, il ne passait personne car il n’y avait ni voiture ni rien.

  • C’était un travail pénible !

  • Ça oui c’était pénible ! Après, j’ai travaillé pour le même patron mais en Camargue. J’ai travaillé les étés 44, 45, 46, 47, 49, 50, 51 parce que l’on s’est marié au mois d’octobre et j’ai eu le temps de faire… par contre, je n’ai pas fait la Camargue cette année là.

  • Vous alliez où en Camargue ?

  • En Camargue battre le riz

  • Mais ce n’est pas pareil !

  • Toujours avec la même batteuse. Là je vous parle d’avant les moissonneuses-batteuses. Les gens moissonnaient à la faux. Après il y a eu les faucheuses. Il y avait un homme qui conduisait les chevaux, un ou deux parfois et un autre qui faisait les gerbes : la gerbe tombait sur un ustensile qui se pliait et quand il y avait à peu près la quantité pour une gerbe, on appuyait sur une pédale et la gerbe tombait sur le sol. Après il y a eu les moissonneuses qui faisaient les gerbes, les moissonneuses lieuses, c’est ça…je ne sais pas pourquoi aujourd’hui je n’ai pas de mémoire.

  • Ici on faisait beaucoup de blé ?

  • Oui, j’en faisais pas mal d’hectares… je ne me souviens plus du nombre. J’en faisais là où depuis, pas mal de maisons ont été construites. Dans les Plans, à la Bastide Bertin. J’avais un morceau de Biscallier (?) là-dessous au Restouble (quartier ?) deux hectares. Au Grand Pont un hectare et demi. J’en avais pas mal à moi et puis j’en louais.

  • Le blé, ça rapportait bien ?

  • Pas tant que ça, pas comme maintenant. Quand on faisait du dix pour un, c’était de bonnes moissons, c’était de bonnes récoltes.

Provençal maritime Cependant on trouve les formes « me rapèli, te metiá/metié, se plegava/plegavo, se fasiá/fasié » » à côté de « si siam maridats » forme à laquelle on s’attend.

D’autre part on trouve « fòrça/foço » prononcé [foso] là où on s’attend à [foueso] ou [fouaso].

Enfin, on a deux formes verbales curieuses : « anavièm/anavièn » pour (peut-être) « nous allions » là où on attend « anaviam » ; à moins que ce soit « anavián/anavien » pour « anavan/anavon » plus courant. Ainsi que « condusava/coundusavo » prononcé [cunduavo], la forme habituelle étant « condusiá/coundusié »

On trouve aussi la forme « a estat/a esta » que lou Tresor dóu Félibrige considère comme une forme varoise, là où ailleurs on trouve « es estat/es esta ».

Prénom Nom : Daniel Donnier
Année de naissance : 1928
Profession : paysan
Parcours : Paysan, ancien président de la coopérative oléicole de Velaux
Entretien de : JP.Belmon
Date de collectage : 2017-03-21
Lieu : Velaux
Centre d'Etudes de la parole d'Oc - 8 bis, avenue Jules FERRY - 13100 AIX EN PROVENCE - Tél : 04.42.93.45.12 - Email : cepdoc@free.fr - mentions légales