CEPD'OC

Centre d'Etudes de la Parole D'OC

21 - Etienne BELMON :  Toutes les familles se transmettent des histoires liées à la guerre. Ici, Etienne Belmon évoque une histoire édifiante rapportée par son père qui l'a vécue à Verdun.

Mon paire èra pas gradat, èra brigadier es a dire caporal. E aviá dos tres pichinas machinas a carbon, de pichinas locòs que fasián o ravitalhament dai fameuses côtes à Verdun. Côte 200 et quelques... l'istòria ne’n parla nè ? E fasián o ravitalhament dai sordats qu'èran en promiera linha. E aquel ravitalhament se fasiá que de nuech e sovenhe, un viatge ò dos dins la nuech, revenián plus, non... o revenián... perqué èra talament dangeirós. Un matin, èra al campament, avián rintrat de nuech, vè arribar o capitani. O capitani, despi a guerra, non l'aviá jamai vist ! Aviá vist de pichins sous-officiers, ma en promiera linha, i èra jamai d'oficiers superiors disem.

Arriba o capitani, a dich a mon paire : « Prenez votre chauffeur, avec une machine, on descend au dépôt » O capitani rèsta damb els, mon paire se demandava ce qu'arribava. Arribavan aval au dépôt, i èran dos wagons piats, des wagons pas des couverts, hein, des plats. E sus i èra un tas de cadieras, ma de cadieras ma bèn, pas de salopariás, de bèlas cadieras.Ma ce que se passa ?

Pi mon paire èra aquí a la machina, esperava. A vist arribar un tas d’oficiers, de generaus. A reconeissut d’après ce que disián d’estrangiers, d’Angleses o d’Americains, Ma ce que se passa ? Ambé d’escalas qu’avián pausat, is an fach montar sus ’quels wagons plats e, o capitani retorna a mon paire, monta damb a machina e ditz « Allez, dites a votre chauffeur – èran pas de mecanòs, èran de chauffeursEn route. E en rota aviá donat is ordres per montar una famosa còsta, quora de nuech, quora ravitalhavan, un viatge sus dos, is Alemands èran en faça, cada viatge i èra de mòrts. Bèn aquel viatge, an montat damb els en pien jorn dambé dos wagons piats darrier quela pichina machina, an fach tot o torn dai còstas, non me’n aviso plus dau nom, aquelas famosas còstas de Verdun dont i es tant agut de mòrts, an fach tot o torn sensa un còp de (canon) alòr que is Alemands, dambé i jumelas, an vist très bèn ce qu’èra, an pas tirat un còp de canon, son arribats al depart qu’an sentit de nouveau que is Alemands començavan de bombardar.

Moun paire èra pas gradat, èra brigadié es à dire capoural. Avié doui tre pichinas machinas à carboun, de pichinas locòs que fasien ou ravitaiament(e) dai fameuses côtes à Verdun. Côte 200 et quelques... l’istòria n’en parla nè ? E fasien ou ravitaiament(e) dai surdats qu’èron en proumiera ligna. E aquel ravitaiament(e) se fasié que de nuech(e) e souvegne, un viage o dous dins la nuech(e) revenien plus, noun… o revenien… perqué èra talament(e) dangeirous. Un matin, èra al campament(e), avien rintrat de nuech(e), vè arribar ou capitàni. Ou capitàni, despi a guerra, noun l’avié jamai vist ! Avié vist de pichins sous-officiers ma en promiera ligna, i’èra jamai d’ouficiés superiours disèn.

Arriba ou capitàni, a dich à moun paire : « Prenez votre chauffeur, avec une machine, on descend au dépôt » Ou capitàni rèsta dem els, moun paire se demandava ce qu’arribava. Arribavon aval au dépôt, i’èron dous vagouns piat(e)s, des wagons pas des couverts, hein, des plats. E sus i’èra un tas de cadieras, ma de cadieras ma bèn, pas de saloupariés, de bèllas cadieras. Ma ce que se passa ?

Pi moun paire èra aqui à la machina, esperava. A vist arribar un tas d’ouficiés, de generaus. A recouneissut d’après ce que disien d’estrangiés, d’Angleses o d’Americains. Ma ce que se passa ? Demé d’escalas qu’avien pausat, is an fach mountar sus ’quels vagouns plats e, ou capitàni retourna à moun paire, mounta dem a machina e dis : « Allez, dites à votre chauffeur – èron pas de mecanòs – èron de chauffeurs – En route. E en routa avié dounat is ourdres pèr mountar una famousa couasta, quoura de nuech(e), quoura ravitaiavon, un viage sus dous, is Alemands èron en faça, cada viatge i’èra de morts. Bèn aquel viage, an mountat dem els en pien journ demé doui vagouns piat(e)s darrié’quela pichina machina, an fach tout ou tour dai couastas, noun m’en avisou plus dau noum, aquelas famousas couastas de Verdun dount i’es tant agut de morts, an fach tout ou tourn sènsa un cop de (canon) alòr que is Alemands, demé i jumellas, an vist très bèn ce qu’èra, an pas tirat un cop de canoun, soun arribats al depart qu’an sentit de nouveau que is Alemands avien coumençat de boumbardar.

Mon père n’était pas gradé, il était brigadier c’est à dire caporal. Il avait deux ou trois petites locomotives à charbon qui faisaient le ravitaillement de certaines côtes de Verdun, l’histoire en a parlé. Ils ravitaillaient les soldats qui étaient en première ligne. Et ce ravitaillement ne se faisait que de nuit et souvent, une fois sur deux, il ne revenait pas. C’était très dangereux. Un matin qu’il était au campement – ils venaient de rentrer de la nuit – il voit arriver son capitaine. Depuis le début de la guerre, il ne l’avait jamais vu. Il avait vu des petits sous-officiers mais en première ligne, il ne voyait jamais d’officiers supérieurs.

Le capitaine arrive et dit à mon père : « Prenez votre chauffeur, avec une machine, on descend au dépôt. Le capitaine reste avec eux. Mon père se demande ce qui arrive. Ils descendent au dépôt. Il y avait des wagons plats, des wagons pas couverts avec dessus un tas de chaises mais de belles chaises, des fauteuils. Qu’est ce qui se passait ?

Mon père était à la machine, ils attendaient quand ils ont vu arriver un tas d’officiers, des généraux. Il a reconnu des anglais, des américains. Mais qu’est ce qui se passe ? Avec des échelles, ils les font monter sur ces wagons plats, le capitaine revient vers la machine, monte dessus et dit : « Allez, dites a votre chauffeur « En route ». Il avait donné des ordres pour monter jusqu’à la fameuse côte où de nuit, lorsqu’ils ravitaillaient, une fois sur deux, comme les Allemands étaient en face, il y avait des morts. Cette fois là, ils sont montés en plein jour avec les deux wagons plats derrière la petite loco, ils ont fait le tour de cette côte dont j’ai oublié le nom, cette fameuse côte de Verdun où il y a eu tant de morts, ils ont fait le tour sans entendre un seul coup de canon alors que les Allemands, avec les jumelles, les ont très bien vus. Ils n’ont pas tiré un seul coup de canon et quand ils sont retournés au point de départ, ils ont entendu que les Allemands recommençaient à bombarder… 

Parler du haut pays niçois que les habitants appellent « gavoat »

Le r de l’infinitif et les pluriels sont marqués, le t du participe passé est très soutenu comme en niçois, les l deviennent des i (plen/pien)

Prénom Nom : Etienne BELMON
Année de naissance : 1925
Profession : retraité de la SNCF
Parcours :
Paysan jusqu'à l'âge de 19 ans, il découvre après la déportation du village en Italie que la vie d'autrefois est devenue impossible dans les montagnes du haut pays niçois. Comme de nombreux jeunes du village, il "descend" travailler à la ville puis est embauché au chemin de fer qui l'envoie au triage de Miramas où il se marie et fait sa vie

Entretien de : JP.Belmon
Date de collectage : 2017-03-08
Lieu : Moulinet
Centre d'Etudes de la parole d'Oc - 8 bis, avenue Jules FERRY - 13100 AIX EN PROVENCE - Tél : 04.42.93.45.12 - Email : cepdoc@free.fr - mentions légales