CEPD'OC

Centre d'Etudes de la Parole D'OC

23 - Claude COSTE : 

Claude Coste évoque l'irrigation très ancienne dans son village de Carcès ainsi que la vie qui se déployait autour de l'Argens.

Aicí se trovam a Segamanha qu'es un quartier en limita de Carce e dau Tolonet. Darnier avèm la resclauva de Segamanha. Quora es estat bastit ? Pòdi pas va dire mai sabi que l'an adobada en 1850 aperaquí perqué una gròssa aiga l'aviá chancrada. Alòr a faugut la refaire. Donc es quand même anciana. E donava, a donat l'aiga au canau de Santa Crotz qu'es estat fach en 1846 a l'epòca de Loèis-Felipe. E de l'autre caire li a un pichon canau que alimentava lei fermes de Sant Pèire de Segamanha e de Segamanha qu'avèm darrier nautrei e qu'es encar una autra ferme totjorn sus ’queu quartier. E per dire qu'a Carce l'aiga es estat totjorn important, es que en 1450, lei senhors de Carce se son renduts còmpte d'aquela richessa e an bastit lei promiers canaus : tot Carce èra irrigat se se pòu dire e èra un prat. Carce èra un prat, un grand prat, l'aviá de prats de pertot. Parlan totjorn, quand parlan d'irrigacion en Provença, se parla de Adam de Craponne que eu, a irrigat la Crau e a fach la richessa de la Crau en 1550. E bè a Carce, 100 ans avans ! En mai d'aquò, Carce, gràcia a … à cause d'aquela aiga, Carce a agut de fabricants de filets de pesca e aquò, pensi que dins lo rèire-païs, se vis pas sovent. Sus la còsta, d'acòrd perqué Carce l'aviá fòrça riviera.

A Carce l'aviá 40 km de canaus, bè li son totjorn mai l'a plus d'aiga dedins... perqué lei gènts l'entretènon plus, l'aiga sèrv...si ! Franc de quauques jardins... l'a plus ges de prat.

Pensi que l'aiga d'Argens sèrve bensai encar ai amèus que son lo lòng d'Argens. Lo lòng d'Argens l'a fòrça amèus, partit de Segamanha jusqu'en riba de Vidauban, jusqu'à Vidaubiera, pensi que aquí bensai, meme per boire... enfin 'quò ne’n sabi ren mai bensai s'en sèrvon encara. Subretot per lei jardins.

Ah, que vòs, encuèi, se fas... l'a plus que de pèis blancs, de trochas n'i a plus. Pensi que la polucion a tot chancrat, tot chaplat... lei trochas... ieu mi sovèni que, quora aviam envèia de manjar una sopa de pèis, de manjar una trocha rostida, metiam un filet e fasiam un còup d'arret coma se ditz ò alòr metiam lo filet la nuech mai ara pecaire...

Eici se trouvan a Segomagno qu'es un quartié en limito de Carce e dóu Toulounet. Darnié avèn la resclauvo de Segomagno. Quouro es esta basti ? Pouedi pas va dire mai sàbi que l'an adoubado en 1850 aperaqui perqué uno grosso aigo l'avié chancrado. Alor a faugu la refaire. Dounc es quand même anciano. E dounavo, a douna l'aigo au canau de Santo Crous qu'es esta fa en 1846 à l'epoco de Louèi-Felipe. E de l'autre caire li a un pichoun canau que alimentavo lei fermes de Sant Pèire de Segomagno e de Segomagno qu'avèn darrié nàutrei e qu'es enca uno autro ferme, toujour sus ‘quéu quartié. E pèr dire qu'a Carce l'aigo es esta toujour impourtant, es que en 1450, lei segnour de Carce se soun rendu comte d'aquelo richesso e an basti lei proumié canau : tout Carce èro irriga se se pòu dire e èro un prat. Carce èro un prat, un grand prat, l'avié de prat de pertout. Parlon toujour, quand parlon d'irrigacien en Prouvènço, se parlo de Adam de Craponne que éu, a irriga la Crau e a fa la richesso de la Crau en 1550. E bè a Carce, 100 an avans ! En mai d'acò, Carce, gràci à… à cause d'aquelo aigo, Carce a agu de fabricant de filet de pesco e acò, pènsi que dins lou rèire-païs, se vis pas souvènt. Sus la couasto, d'acord perqué Carce l'avié foueço riviero.

À Carce l'avié 40 km de canau, bè li soun toujour mai l'a plus d'aigo dedins... perqué lei gènt l'entretènon plus, l'aigo sèrv...si ! Franc de quauque jardin... l'a plus ges de prat.

Pènsi que l'aigo d'Argens sèrve bessai enca ai amèu que soun lou long d'Argens. Lou long d'Argens l'a foueço amèu, parti de Segomagno jusqu'en ribo de Vidauban, jusqu'à Vidaubiero, pènsi que aqui bessai, meme per boire... enfin 'cò n'en sàbi rèn, mai bessai s'en sèrvon encaro. Subretout per lei jardin.

Ah, que voues, encuèi, se fas... l'a plus que de pèis blanc, de troucho n'i’a plus. Pènsi que la poulucien a tout chancra, tout chapla... lei troucho... iéu mi souvèni que, quouro avian envèio de manja uno soupo de pèis, de manja uno troucho roustido, metian un filet e fasian un còup d'arret coumo se dis o alor metian lou filet la nue mai aro pecaire...

Ici, on se trouve à Séguemagne qui est un quartier en limite de Carcès et du Tholonet. Derrière, nous avons le barrage de Sèguemagne. Quand a-t-il été bâti ? Je ne peux pas le dire mais je sais qu'on l'a réparé vers 1850 parce qu'une crue l'avait endommagé. Il donnait l'eau au canal de Sainte Croix qui a été fait en 1846 à l'époque de Louis-Philippe. De l'autre côté il y a un petit canal qui alimentait les fermes de St Pierre de Sèguemagne et de Sèguemagne que nous avons derrière nous et qui est une autre ferme, toujours sur ce quartier. Et pour dire qu'à Carcès, l'eau a toujours été importante, en 1450, les seigneurs de Carcès se sont rendu compte de cette richesse et ont creusé les premiers canaux. Tout Carcès était irrigué. Carcès était un grand pré, il y avait des prés partout. On parle toujours, lorsqu'on parle d'irrigation en Provence d'Adam de Craponne qui a irrigué et fait la richesse de la Crau en 1550. Et bien, à Carcès, c'était 100 ans avant ! De plus, Carcès, à cause de cette eau, a eu des fabricants de filets de pêche et ça, dans l'arrière pays, cela ne se voit pas souvent. Sur la côte d'accord mais Carcès avait de nombreuses rivières.

Carcès avait 40 km de canaux qui y sont toujours, mais il n’y a plus d'eau dedans... parce que les gens ne les entretiennent plus. Si, pour les jardins, mais il n'y a plus de prés.

Je pense que l'eau de l'Argens sert peut être encore aux hameaux qui sont sur ses rives. Le long de l'Argens, il y a de nombreux hameaux depuis Sèguemagne jusqu'à Vidauban, jusqu'à VXX. Je pense que là, même pour boire peut être... enfin, je n'en sais rien, mais peut être qu'on s'en sert encore. Surtout pour les jardins.

Que veux-tu, aujourd'hui... il n'y a plus que du poisson blanc. Des truites, il n'y en a plus. Je pense que la pollution a tout détruit. Je me souviens que lorsque nous avions envie de manger une soupe de poissons, ou une truite rôtie, on lançait un filet – on faisait un coup de filet comme l'on dit, ou l'on installait un filet pour la nuit mais maintenant, peuchère...

Parler maritime. On remarque la troisième personne du verbe « veire/vèire » en « vis », là où on trouve « vei/vèi » ailleurs.

Prénom Nom : Claude Coste
Année de naissance :
Profession : agriculteur
Parcours : Conteur de Carcès
Entretien de : André ABBE
Date de collectage : 2017-03-08
Lieu : Carcès
Centre d'Etudes de la parole d'Oc - 8 bis, avenue Jules FERRY - 13100 AIX EN PROVENCE - Tél : 04.42.93.45.12 - Email : cepdoc@free.fr - mentions légales