CEPD'OC

Centre d'Etudes de la Parole D'OC

20 - Fernand MEFFRE : 

Fernand Meffre, successeur de Mison, du Mas Thibert a été meilleur ouvrier de France comme sellier. Il évoque ici le temps où, bourrelier, il allait de mas en mas réparer les harnais, un travail qui a disparu lorsque le tracteur a remplacé le cheval de trait.

Lo mas de la galèra, veniam faire la reparacion deis arnès ambé dei colàs dei gròs chivaus de trait. Alòr veniam avans lo mes de mai perdequé es au mes de mai que se còpa lo fen, quoi, fasiam la tornada e aquí restaviam tres quatre jorns. I aviá 7 ò 8 chivaus, quoi. Alòr aquò permetiá de reparar lei colàs, lei chivaus trabalhavan car mume. Perdequé fasián tres batudas a l'epòca, leis òmes de l'estable, lei carretiers. Alòr manjaviam aicí, sus plaça. Alòr lo matin, i aviá lo dejunar a 9 oras lo matin, èra presque un repas ! I aviá leis anchòias, i aviá leis uòus au plat, leis uòus durs, l'omeleta, i aviá lo fromatge, lo vin roge. Puèi alòr lo repas dau mitan se passava a doas oras, doas oras e demi de l'après dinnar, aquí èra la batuda la plus lònga, la plus dificila, e puèi alòr lo soar, sèt oras, sèt oras e demi.

I aviá un carretier per chivau. Alòr se i aviá 15 chivaus, faliá 15 carretiers. E òc, i aviá fòrça monde mai aquò èra normau finalament. Après son arribats lei promiers tractors americans vers 1955. Alòr aquí lis estables se son vuejats d'un sol còp. Es aquí que nosautrei borraliers, aviam plus ges de trabalh e siam devenguts selliers. Avèm fach plus que de selas per lei gardians de Camarga.

Lei pastres, gardan pas a chivau. Gardan lei bedigas a pè, quoi. Alòr que lei gardians son oblijats d'aguer un chivau, una sela, e tot aquò. Mai avans, lei gardians, èran abilhats un pauc come lei pastres, avián la vèsta de velot. Es lo marqués de Baroncelli que dessinèt aquest costume de gardian ambé la vèsta de velot negre e lo pantalon de gardian qu'es un pauc sarrat au ginolh come aquò, en montant a chivau, retomba totjorn sus la bòta, remonta pas. Eh, i faliá pensar a n'aquò.

  • Ai agut ausit dire que lei pastres avián son cafè en Arle, leis òmes de buòu avián son cafè e que s'entendián pas totjorn.

  • C'est à dire que avans i aviá la plaça deis òmes, la plaça de Frederic Mistrau, aquí èra lo rendez-vous, lo rendez-vous de la Crau, de la Camarga. Es aquí onte leis òmes s'embauchavan. Alòr lei carretiers que volián trobar una plaça, lei carretiers avián lo foit, ambé la lònja de carretier, la lònja ronda, arondida. E lei pastres avián lo foit de pastre. La lònja dau foit de pastre èra plata, èra aplatida, es aquí que lei reconeissiás. E alòr òc, sus lei Liças, avián un cafè qu'èran abituats. I aviá lo bar dau marcat, i aviá lo Vauxhall qu'exista totjorn. Òc, ò non, se disputavan pas, m'enfin, i aviá... car mume una bòna convivialitat.

  • Mai pamens èra pas lo mume monde, la mema mentalitat.

  • Non non, es pas parier. Mai lei pastres ieu leis amave ben perqué èran mei colègas. Venián a l'atalhier de borrelariá e li donave lei pichòts bots de cuer que servavan plus per la borrelariá, élei n'en fasián de coliers per lei chins, amatavan lei sonalhas amb aquò.



Lou mas de la galèro, venian faire la reparacioun dis arnès amé di coulàs di gros chivau de trait. Alor venian avans lou mes de mai perdequé es au mes de mai que se copo lou fen, quoi, fasian la tournado e aqui restavian tres quatre jour. I'avié 7 o 8 chivau, quoi. Alor acò permetié de repara li coulas, li chivau travaiavon car mume. Perdequé fasien tres batudo à l'epoco, lis ome de l'estable, li carretié. Alor manjavian eici, sus plaço. Alor lou matin, i'avié lou dejuna à 9 ouro lou matin, èro presque un repas ! I'avié lis anchoio, i'avié lis iòu au plat, lis iòu dur, l'oumeleto, i'avié lou froumage, lou vin rouge. Pièi alor lou repas dóu mitan se passavo à dos ouro, dos ouro e demi de l'après dina, aqui èro la batudo la plus longo, la plus dificilo, e pièi alor lou souar, sèt ouro, sèt ouro e demi.

I'avié un carretié pèr chivau. Alor, se i'avié 15 chivau, falié 15 carretié. E vo, i'avié forço mounde mai acò èro nourmau finalamen. Après soun arriba li proumié tratour american vers 1955. Alor aqui lis estable se soun vueja d'un soul còp. Es aqui que nous-àutri bourralié, avian plus ges de travai e sian devengu selliers. Avèn fa plus que de selo pèr li gardian de Camargo.

Li pastre, gardon pas à chivau. Gardon li bedigo à pèd, quoi. Alor que li gardian soun oublija d'agué un chivau, uno selo, e tout acò. Mai avans, li gardian, èron abiha un pau coume li pastre, avien la vèsto de velout. Es lou marqués de Baroncelli que dessinè aquest coustume de gardian amé la vesto de velout negre e lou pantaloun de gardian qu'es un pau sarra au ginoui coume acò, en mountant à chivau, retoumbo toujour sus la boto, remounto pas. Eh, ié falié pensa à-n-acò.

  • Ai agu ausi dire que li pastre avien soun cafè en Arle, lis ome de biòu avien soun cafè e que s'entendien pas toujour.

  • C'est à dire que avans i'avié la plaço dis ome, la plaço de Frederic Mistrau, aqui èro lou rendez-vous, lou rendez-vous de la Crau, de la Camargo. Es aqui ounte lis ome s'embauchavon. Alor li carretié que voulien trouba uno plaço, li carretié avien lou fouit, amé la lonjo de carretié, la lonjo roundo, aroundido. E li pastre avien lou fouit de pastre. La lonjo dóu fouit de pastre èro plato, èro aplatido, es aqui que li recouneissié. E alor vo, sus li Liço, avien un cafè qu'èron abitua. I'avié lou bar dóu marcat, i'avié lou Vauxhall qu'eisisto toujour. Vo, o noun, se disputavon pas m'enfin, i'avié... car mume uno bono counvivialita.

  • Mai pamens èro pas lou mume mounde, la memo mentalita.

Noun noun, es pas parié. Mai li pastre, ieu lis amave bèn perqué èron mi coulègo. Venien à l'ataié de bourrelarié e ié dounave li pichot bout de cuer que servavon plus pèr la bourrelarié, éli n'en fasien de coulié pèr li chin, amatavon li sounaio am'acò.

Au mas de la Galère, on venait faire la réparation des harnais et des colliers des gros chevaux de trait. On venait avant le mois de mai parce que c'est avant le mois de mai que l'on coupe le foin. On faisait la tournée et ici on restait trois ou quatre jours. Il y avait 7 à 8 chevaux. Cela permettait de réparer les colliers pendant que les chevaux continuaient à travailler. Parce qu'à l'époque, il y avait trois sessions de travail. On mangeait ici, sur place. Le matin, il y avait le déjeuner à 9 h, presque un repas : il y avait des anchois, des œufs au plat, des œufs durs, l'omelette, le fromage, le vin rouge. Le repas du milieu se passait à 14h, 14h30. Là, c'était la session de travail la plus longue. Et le soir, 19h, 19h30.

Il y avait un charretier par cheval. Alors, s'il y avait 15 chevaux, il y avait 15 charretiers. Et oui, cela faisait beaucoup de monde mais finalement, c'était normal. Après, les premiers tracteurs américains sont arrivés vers 1955. Là, les étables se sont vidées d'un seul coup. Et c'est là que nous, les bourreliers, comme nous n'avions plus de travail, nous sommes devenus selliers. Nous n'avons plus fait que des selles pour les gardians de Camargue.

Les bergers ne gardent pas à cheval. Ils gardent les brebis à pied. Alors que les gardians sont obligés d'avoir un cheval, une selle et tout ça. Mais avant, les gardians étaient habillés un peu comme les bergers, ils avaient la veste en velours. C'est le marquis de Baroncelli qui a dessiné ce costume de gardian qui est un peu serré au genoux de telle sorte qu'en montant à cheval, il retombe toujours sur la botte et ne remonte pas. Il fallait y penser.

  • J’ai entendu dire qu'à Arles, les bergers avaient leur café, les gens de bouvine leur café et qu'ils ne s'entendaient pas toujours.

  • C'est à dire qu'avant, il y avait la place des hommes, la place de Frédéric Mistral. Là, c'était le rendez-vous de la Crau et de la Camargue, c'est là que les hommes s'embauchaient. Alors, lorsque les charretiers voulaient trouver une place, ils portaient la longe de charretier, la longe arrondie. Et les bergers portaient le fouet de berger. La longe du fouet de berger est aplatie et c'est comme cela qu'ils se reconnaissaient. Et alors oui, sur le boulevard des Lices, ils avaient un café habituel. Il y avait le bar du Marché, le Vauxhall qui existe toujours. Oui ou plutôt non, ils ne se disputaient pas, enfin... il y avait tout de même une bonne convivialité.

  • Pourtant, ce n'était pas le même monde, pas la même mentalité.

  • Non, ce n'était pas pareil. Mais j'ai toujours bien aimé les bergers car ils étaient mes amis. Ils venaient à l'atelier de bourrellerie et je leur donnais les petits bouts de cuir qui ne servaient plus. Ils en faisaient des colliers pour les chiens, ils atténuaient le bruit des sonnailles.


Provençal rhodanien. Le locuteur possède dans l’ensemble une bonne langue populaire, malgré quelques gallicismes : des expressions françaises quoi, et demi, c’est-à-dire, rendez-vous, presque… , des déformations de français, très répandues car mume, lo soar/lou souar… Ce qui est plus étonnant chez quelqu’un qui a par ailleurs une bonne syntaxe, mais c’est un phénomène que l’on commence à rencontrer depuis ces dernières années, la conjugaison d’un verbe du troisième groupe sur le modèle du premier servavan/servavon au lieu de servián/servien.

Prénom Nom : Fernand MEFFRE
Année de naissance :
Profession : bourrelier puis sellier
Parcours :

Travaille d'abord comme bourrelier itinérant puis avec l'arrivée des tracteurs devient un spécialiste de la selle camarguaise. Meilleur ouvrier de France en 1982


Entretien de : JP Belmon
Date de collectage : 2017-03-08
Lieu : Mas Thibert (Arles)
Centre d'Etudes de la parole d'Oc - 8 bis, avenue Jules FERRY - 13100 AIX EN PROVENCE - Tél : 04.42.93.45.12 - Email : cepdoc@free.fr - mentions légales