CEPD'OC

Centre d'Etudes de la Parole D'OC

18 - Hubert YONNET : 

Une grande figure de la Camargue vient de disparaître. Retrouvez Hubert Yonnet qui  évoque, dans cette vidéo, l’esprit camarguais, les évolutions du paysage et sa permanence

Avans, i aviá lei terras autas dau bòrd dau Ròse qu’èran e que son totjorn lei melhoras e puèi davalava. I aviá un moment onte es entre lei dos e puèi i aviá lei brutas per lei buòus, per lei chivaus, per… qu’èran de paluns. E ara de paluns n’i a plus gaire. Aquí a la Beluga, au Pebre, a Tourié, dins totei lei cantons aquí, i a plus rèn. I a plus un rosèu, i’a plus rèn. I a plus ges de paluns.

Disián avans que lei Camarguencs èran un pauc de sauvatges. Bòn, èran pas plus sauvatges que d’autres, èran sauvatges pasqué, bòn, èran solets. I aviá jamai res. Ieu ai coneigut aquí que de tota la setmana vesiáu res. Bòn, èra despuèi la guerra, i aviá ges de locomocion. Aviam que lo chivau e leis autreis aussi. Ai passat ieu de setmanas entieras a gardar lei buòus, d’aquí au mas, sensa vèire… alòr, res.

  • Mai se gardava a baston plantat

  • Òc

  • A l’ora de uèi es plus possible !

  • E non. Ara avèm de barratges. Mai lei gènts, i a aquelei qu’aquò li agrada de lei vèire e i a aquelei que passan e que veson rèn.

  • Alòr, l’esperit camargenc ?

  • N’i a encara quand meme. N’i a encara un pauc. Ieu lo vese, que fugue a la Confrariá, a la Nacion Gardiana, ambé lei gènts dei Santas, ambé lei gènts, meme ai Salins qu’es un païs un pauc a part en Camarga : èran de gènts que trabalhavan dins la sau, fòrça estrangiers, fòrça… n’i a totjorn quauqueis uns que, la Camarga, per elei es quauca rèn que còmpta.

  • Crese que quand siatz camargués – siáu lo solet a èstre nascut ai salins de Badon que mon paire i’èra anat en 26 quand siáu nascut per fondar la reserva de Camarga. E siáu lo solet a èstre nascut dins la reserva ambé leis aucèus rares…e ai vist de tot, ai vist de causas que te fan maucor, te dison van faire aquò, van faire aquò, puèi n’en parlan plus. Ara se parla de faire… de causas ai Salins, una segonda Grande Motte e puèi lo tèmps passa, lei causas s’arranjan. Crese que… parier per lo pònt. N’i a qu’an enveja de faire un pònt ! Se se fai un pònt aquí, res podrà empachar un jorn que dau pont, fasson una rota per anar directament ai Santas e a Montpelhièr e aquò sariá la causa, una catastròfa per la Camarga.

  •   L’avèm vist quand s’es fondat lo pargue regionau : ieu siáu dins lei promiers, quand avèm fondat lo pargue de Camarga, ieu i’ère, siáu membre major (siam plus tròp nombrós), s’es passat de causas de totei lei manieras : I a agut de causas bònas, d’autras mens bònas, un jorn, quand an començat de faire de ris, i aviá de ròdes – ne’nparlaviam tot ara ambé René Lambert, i aviá un ròde pròche dau pargue, i aviá de montilhas de sabla… quand passavas aquí… e un jorn an dich :  « Vai i aguer lo pargue de Camarga, nos van faire faire de causas que podrem plus rèn faire », e an fach de ris de pertot. E aquí a costat, i aviá tanben de montilhas de sabla, i aviá d’aubres de pertot. An tot… an passat lei tractors e an fach de ris de pertot. En disènt lo tendrem aquò. Es estat una passa un pauc… E puèi lei causas revènon. Lo problèma es que i a agut fòrça terras qu’an dispareigut per faire de ris e ara s’avisan que dins lei marridei terras, se pòu pas faire grand causa.

Avans, i’avié li terro auto dóu bord dóu Rose qu’èron e que soun toujour li meiouro e pièi davalavo. I’avié un moumen ounte es entre li dous e pièi i’avié li bruto pèr li biòu, pèr li chivau. Èron de palun. E aro de palun n’i a plus gaire, Aqui à la Belugo, au Pebre, à Tourié, dins tóuti li cantoun aqui, i’a plus rèn. I’a plus un rousèu, i’a plus rèn. I’a plus ges de palun.

Disien avans que li Camarguen èron un pau de sóuvage. Bon, èron pas plus sóuvage que d’autre, èron sóuvage pasqué, bon, èron soulet. I’avié jamai res. Iéu ai couneigu aqui que de touto la semano vesiéu res. Bon, èro despièi la guerro, i’avié ges de loucoumoucioun, avian que lou chivau, lis àutri aussi. Ai passa iéu de semano entiero a garda li biòu, d’aqui au mas, sènso vèire… alor, res.

  • Mai se gardavo a bastoun planta

  • Vo

  • À l’ouro de vuei es plus poussible !

  • E noun. Aro avèn de barrage. Mai li gènt, i’a aquéli qu’acò i’agrado de li vèire e i’a aquéli que passon e veson rèn.

  • Alor, l’esperit camargen

  • N’i a encaro quand meme. N’i a encaro un pau. Iéu lou vese, que fugue à la Counfrarié, à la Nacioun Gardiano, emé li gènt di Santo, emé li gènt, meme i Salins qu’es un païs un pau à part en Camargo : èron de gènt que travaiavon dins la sau, forço estrangié, forço…n’i a toujour quàuquis un que pèr éli, la Camargo, es quaucarèn que comto.

  • Crese que quand siés camargués – siéu lou soulet à èstre nascu i salin de Badoun que moun paire i’èro ana en 26 quand siéu nascu, pèr founda la reservo de Camargo. E siéu lou soulet à èstre nascu dins la reservo emé lis aucèu rare… e ai vist de tout, ai vist de causo que te fan maucor, te dison van faire acò, van faire acò, pièi n’en parlon plus. Aro parlon de faire… de causo i Salin, uno segoundo Grande Motte e pièi lou tèms passo, li causo s’arranjon. Crese que… parié pèr lou pont. N’i’a qu’an envejo de faire un pont ! Se se fai un pont aqui, res poudra empacha un jour que dóu pont, fasson uno routo pèr ana direitamen i Santo e a Mountpeliè e acò sarié uno causo, la catastrofo pèr la Camargo.

  • L’avèn vist quand s’es founda lou pargue regiounau : iéu siéu dins li proumié, quand avèn founda lou pargue de Camargo, iéu i’ère, siéumembre majour (sian pas trop noumbrous), s’es passa de causo de tóuti li maniero : I’a agu de causo bono, d’autro mens bono, un jour, quand an coumença de faire de ris, i’avié de rode – n’en parlavian tout aro emé René Lambert, i’avié un rode proche dóu pargue, i’avié de mountiho de sablo… quand passaves aqui… e un jour an di :  « Vai i’agué lou pargue de Camargo, van nous faire faire de causo que poudren plus rèn faire », e an fa de ris de pertout. E aqui a coustat, i’avié tambèn de mountiho de sablo, i’avié d’aubre de pertout. An tout… an passa li tratour e an fa de ris de pertout. En disènt lou tendren acò. Es esta uno passo un pau… E pièi li causo revènon. Lou proublèmo es que i’a forço terro qu’an dispareigu pèr faire de ris e aro s’avison que dins li marrídi terro, se pòu pas faire grand causo.

Avant, il y avait les terres hautes du bord du Rhône qui étaient et qui sont toujours les meilleures, puis ça descendait. Il y a un moment où c’est entre deux puis il y avait les mauvaises terres pour les taureaux et les chevaux. C’était des marais. Désormais, des marais, il n’y en a plus guère. Ici à la Bélugue, au Pebre, à T, dans tous ces coins il n’y a plus rien. Plus un roseau, plus rien et plus de marais.

On disait autrefois que les Camarguais étaient un peu des sauvages. Ils n’étaient pas plus sauvages que d’autres, ils étaient sauvages parce qu’ils étaient seuls. Il n’y avait jamais personne. Moi, j’ai connu ici lorsque de toute la semaine je ne voyais personne. Bon, c’était après la guerre, il n’y avait pas de moyens de locomotion, nous n’avions que le cheval, les autres aussi. J’ai passé des semaines entières à garder les bêtes, d’ici au mas, sans voir, mais alors, personne !

  • Mais on gardait à « bâton planté »

  • Oui

  • Maintenant ce n’est plus possible.

  • Non. Maintenant, nous avons les « barrages » (barrières en fil barbelé). Mais parmi les gens, il y a ceux qui aiment à voir et ceux qui ne voient rien.

  • Alors, l’Esprit camarguais ?

  • Il y en a encore quand même. Il y en a encore un peu. Moi je le vois, que ce soit à la Confrérie (des gardians), à la Nation Gardiane, avec les gens des Saintes Maries de la mer, avec les gens, même aux Salins de Giraud qui est un pays un peu à part en Camargue : c’étaient des gens qui travaillaient dans le sel, beaucoup d’étrangers… il y en a toujours quelques uns pour qui la Camargue est quelque chose qui compte.

  • Je crois que quand tu es Camarguais – je suis le seul à être né aux Salins de Badon où mon père était allé lorsque je suis né en 1926 pour fonder la réserve de Camargue. Je suis le seul à être né dans la réserve avec les oiseaux rares… et j’ai vu de tout. J’ai vu des choses qui font mal au cœur. On te dit on va faire ça, on va faire ça, et puis on n’en parle plus. Maintenant on parle de faire quelque chose aux Salins de Giraud, une seconde Grande Motte et puis le temps passe, les choses s’arrangent. Je crois que… c’est pareil pour le Pont.Certains ont envie de faire un pont. S’il se construit un pont là, rien ne pourra empêcher un jour que depuis le pont, on fasse une route pour aller directement aux Saintes Maries et à Montpellier et ça, ce serait une chose, une catastrophe pour la Camargue.

      On l’a vu lorsqu’a été fondé le parc régional : j’ai été parmi les premiers quand nous avons fondé le parc de Camargue et j’en suis un membre fondateur (nous ne sommes plus très nombreux). Il y a eu toutes sortes de choses : des bonnes et d’autres moins bonnes. Un jour, lorsqu’on a commencé à produire du riz, il y avait des endroits – nous en parlions tout à l’heure avec René Lambert – il y avait un endroit à côté du Parc où il y avait des dunes de sable… quand tu passais à côté….Un jour, certains ont dit : «  Il va y avoir le Parc de Camargue, on ne va plus pouvoir rien faire » et ils ont planté du riz partout. Et là tout à côté, il y avait des dunes de sable, il y avait partout des arbres. Ils ont fait passer les tracteurs et planté du riz partout en se disant qu’ils tiendraient ainsi la terre. Cela a été un moment un peu… et puis les choses reviennent. Le problème, c’est que de nombreuses terres ont disparu pour mettre du riz. Et maintenant, ils réalisent que dans les mauvaises terres, on ne peut pas produire grand-chose.

Dialecte rhodanien (li , fai)

Vocabulaire camarguais spécifique (garde à bâton planté, barrages)

Prénom Nom : Hubert YONNET
Année de naissance : 1926
Profession : éleveur de toros espagnols
Parcours :

Eleveur, fondateur du Parc de Camargue, président de la Confrérie des gardians professionnels, ancien directeur des arènes d’Arles, figure emblématique de la Camargue.


Entretien de : JP.Belmon
Date de collectage : 2017-03-08
Lieu : Arles (Salins de Giraud)
Centre d'Etudes de la parole d'Oc - 8 bis, avenue Jules FERRY - 13100 AIX EN PROVENCE - Tél : 04.42.93.45.12 - Email : cepdoc@free.fr - mentions légales