CEPD'OC

Centre d'Etudes de la Parole D'OC

17 - Néné RAME : 

Evocation du Rhône, les inondations, la pêche, la navigation…dans la région d'Aramon.

D’abòrd lo Ròse despuèi 35 èra pus vengut dins Aramon. En 35 quand la diga petèt aquí, e puèi petèt la pichòta diga, èra plus vengut dins Aramon. Ara fai dos cops que vèn dins pas longtemps. Alòr, viviam ambé lo Ròse. Lo mai que i aviá, es que i aviá bèn de jardins aquí, alòr avètz vist en venènt, i a lei digas ’quí, de chasque costat se negava. Alòr totei leis annadas, quand veniá lo Ròse, perdiam la recòlta au mes de novèmbre. Lei caulets… se fasiá bèn de caulets, bèn de jardinatge, de caulets, de saladas, bèn l’ivèrn…perdiás la recòlta e podiás te desbrolhar coma podiás.

  • E l’aiga ? Ròse quand versava èra bòn per la terra ?

  • Èra puslèu bòn per la terra mai perdiás la recòlta. Tot l’ivèrn aviás plus un sòu. Ieu aviáu començat de faire lei jardins. Quand me siáu maridat comencère de faire lei jardins, puèi en 51, ai fotut lo camp, ai rintrat au camin de ferre.

  • E alòr lei gènts, de que fasián au Ròse ?

  • Rèn

  • Mai i anavan ? Pescavan ? I travalhavan ?

  • Anavan cercar un pauc…d’aquest moment, dins lei bòscs i’aviá bèn de lapins e anaviam faire lo torn sus lei boissons per arrapar lei lapins

  • Coma ?

  • Lei lapins sauvatges. Alòr partiam ambé lei batèus e anaviam arrapar lei lapins.

  • Alòr quand i aviá Ròse que versava..

  • Montavan sus lei boissons, montavan un pauc onte podián. E semblava pas possible. Lo Ròse en venènt, l’an d’après n’i aviá autant. E ara, la malautiá, n’en veses plus.

  • Alòr lei gènts prenián lei batèus, partián per acampar lei lapins

  • Per acampar lei lapins. E traversaviam de pertot dins lei bòscs.

  • E se laissavan culhir ?

  • Ah ! pas totjorn. Aviam de lòngs bambous ambé l’épuisette e assajaviam de leis arrapar. Au moment que i’aviá l’aiga, èra defendut d’anar promenar ambé lei fusius.

  • Alòr ?

  • Alòr partiam come vos dise ambé lei batèus, ambé l’épuisette e leis agantaviam coma aquò per pas faire de bruch.

  • N’acampaviatz fòrça ?

  • N’agantèm mai de 20. Fasiam lo torn un pauc de pertot. Coneissiam lis endrechs, e… onte se remeisavan. Perqué i a totjorn de ròdes onte l’aiga monta pas. Aicí, lo còp que lo Ròse es vengut enjusqu’aquí, quand avètz passat dins lo camin, avètz pas vist la butte que i a ? Quand venètz aicí. Bèn aquí l’aiga monta pas.


  • N’i aviá quauqueis uns que pescavan au Vira. Ara se pòu plus metre i a plus de corrènt. L’as agut vist, lo Vira ?

  • Alòr coma es ?

  • Es un batèu, e de chasque costat i a dos grands besonhas en grilhatge que lo corrènt lo fai virar. E pescavan subre tot ara. Ara es lo moment. A l’automna e au printèmps per leis alausas.

  • E aquò se manja ?

  • Pardí ! Es de peissons que vènon de la mar e que vènon frelhar dins lo Ròse.

  • E perqué n’i a plus ges a l’ora de uèi ?

  • Bè lei barratges an tot copat. Pòdon plus montar ara. Vènon jusqu’aquí e montan pas pus luenh. Ambé lei barratges uèi, onte volètz que passon ?


  • Aicí, ne’n fasián pas bien d’amarina. Lo mai que se ne’n fasiá èra a Valabrèga, dins lei caissas d’en bas. I’aviá bèn de vanniers aicí, mai fasián venir lo vergan de Langònha.

  • E coma travalhavan aquelei vanniers ?

  • Bèn i’aviá : n’i a que travalhavan a son ostau qu’èran solets, travalhavan. Paceque s’èra montat... i’aviá una manufactura de vannariá qu’èra Monsur Blanc que l’aviá facha, mai coma totei lei grands patrons, ramassavan e leis obriers... Alòr avián montat una societat : l’Ouvrière qu’apelavan. Èran de vanniers que travalhavan pèr elei.

  • Una cooperativa ?

  • Una cooperativa !

  • E aquò s’es arrestat quand ?

  • Una fes qu’es arribat lo plastic, s’es plus fach de paniers ni de banastas, ni rèn dau tot…


Passavan tot lo tèmps avans sus lo Ròse. Ara navegan la nuech, mai avans s’arrestavan. Avián seis endrechs per s’arrestar la nuech. Au debut… me rapèle quand i aviá lei remorqueurs à aube que tiravan doas ò tres penichas, après i a agut lei Rhodania – èran de batèus que marchavan amb un moteur diésel e que montavan ò de vin ou d’essence. An començat en 70 de faire lei levadas, la granda levada, qu’an canalizat lo Ròse. Èra en 70, 74 qu’an començat de canalizar lo Ròse. Faire lei barratges.

  • E aquò a tot chanjat.

Ah pardí ! E lo plus marrit es que ara, avans aicí nos negaviam mais...e ara lo pus marrit, es quand durbisson lo barratge e que i’a un còp de Gardon, l’aiga vèn. Tandis qu’avans, èra pus libra.

D’abord lou Rose despièi 35 èro pus vengu dins Aramoun. En 35 quand la digo petè aqui, e pièi petè la pichoto digo, èro plus vengu dins Aramoun. Aro fai dous cop que vén dins pas longtèms. Alor, vivian amé lou Rose. Lou mai que i’avié, es que i’avié bèn de jardin aqui, alor avès vist en venènt, i’a li digo ’qui, de chasque coustat se negavo. Alor tóuti lis annado, quand venié lou Rose, perdian la recolto au mes de nouvèmbre. Li caulet…se fasié bèn de caulet, bèn de jardinage, de caulet, de salado, bèn l’ivèr… perdiés la recolto e poudiés te desbrouia coume poudiés.

  • E l’aigo ? Rose quand versavo èro bon pèr la terro ?

  • Èro puslèu bon pèr la terro mai perdiés la recolto. Tout l’ivèr aviés plus un sòu. Iéu aviéu coumença de faire li jardin. Quand me siéu marida coumencère de faire li jardin, pièi en 51, ai foutu lou camp, ai rintra au camin de ferre.

  • E alor li gènt, de que fasien au Rose ?

  • Rèn

  • Mai i’anavon ? Pescavon ? ié travaiavon ?

  • Anavon cerca un pau… d’aquest moumen, dins li bos i’avié bèn de lapin e anavian faire lou tour sus li bouissoun pèr arrapa li lapin

  • Coume ?

  • Li lapin sauvage. Alor partian amé li batèu e anavian arrapa li lapin.

  • Alor quand i’avié Rose que versavo…

  • Mountavon sus li bouissoun, mountavon un pau ounte poudien. E semblavo pas pousssible. Lou Rose en venènt, l’an d’après n’i’avié autant. E aro, la malautié, n’en veses plus.

  • Alor li gènt prenien li batèu, partien pèr acampa li lapin.

  • Pèr acampa li lapin. E travessavian de pertout dins li bos.

  • E se leissavon culi ?

  • Ah ! pas toujour. Avian de long bambous amé l’épuisette e assajavian de lis arrapa. Au moumen que i’avié l’aigo, èro defendu d’ana proumena amé li fusiéu.

  • Alor ?

  • Alor partian coume vous dise amé li batèu, amé l’épuisette e lis agantavian coume acò pèr pas faire de brut.

  • N’acampavias forço ?

  • N’agantèn mai de 20. Fasian lou tour un pau de pertout. Couneissian lis endré, e… ounte se remeisavon. Perqué i’a toujour de rode ounte l’aigo mounto pas. Eici, lou còp que lou Rose es vengu enjusqu’aqui, quand avès passa dins lou camin, avès pas vist la butte que i’a ? quand venès eici. Bèn aqui l’aigo mounto pas.


  • N’i avié quàuquis un que pescavon au Viro. Aro se pòu plus metre, i’a plus de courrènt. L’as agu vist, lou Viro ?

  • Alor coume es ?

  • Es un batèu, e de chasque coustat i’a dous grand besougno en grihage que lou courrènt lou fai vira. E pescavon subre tout aro. Aro es lou moumen. A l’autoumno e au printèms pèr lis alauso.

  • E acò se manjo ?

  • Pardi ! Es de peissoun que vènon de la mar e que vènon freia dins lou Rose.

  • E perqué n’i’a plus ges à l’ouro de vuei ?

  • Bè li barrage an tout coupa. Podon plus mounta aro. Vènon jusqu’aqui e mounton pas pus liuen. Amé li barrage vuei, ounte voulès que passon ?


  • Eici, n’en fasien pas bien d’amarino. Lou mai que se n’en fasié èro à Valabrègo, dins li caisso d’en bas. I’avié bèn de vanniers eici, mai fasien veni lou vergan de Langogno.

  • E coume travaiavon aquéli vanniers ?

  • Bèn i’avié : n’i’a que travaiavon à soun oustau qu’èron soulet, travaiavon. Paceque s’èro mounta… i’avié uno manufaturo de vannarié qu’èro Moussu Blanc que l’avié facho, mai coume tóuti li grand patroun, ramassavo e lis oubrié... Alor avien mounta uno soucieta: l’Ouvrière qu’apelavon. Èron de vanniers que travaiavon pèr eli.

  • Uno cóuperativo ?

  • Uno cóuperativo!

  • E acò s’es arresta quand ?

  • Uno fes qu’es arriba lou plastic, s’es plus fa de panié ni de banasto, ni rèn dóu tout…


Passavon tout lou tèms avans sus lou Rose. Aro navegon la niue, mai avans s’arrestavon. Avien sis endré pèr s’arresta la niue. Au debut…me rapèle quand i’avié li remorqueurs à aube que tiravon dos o tres penicho, après i’a agu li Rhodania – èron de batèu que marchavon am’un moteur diésel e que mountavon o de vin ou d’essence. An coumença en 70 de faire li levado, la grando levado, qu’an canalisa lou Rose. Èro en 70, 74 qu’an coumença de canalisa lou Rose. Faire li barrage.

  • E acò a tout chanja

Ah pardi! E lou plus marrit es que aro, avans eici nous negavian mais...e aro lou pus marrit, es quand durbisson lou barrage e que i’a un còp de Gardoun, l’aigo vèn. Tandis qu’avans, èro pus libro.

D’abord le Rhône n'était plus venu à Aramon depuis 1935. En 35, quand la digue d'ici a craqué comme a craqué la petite digue, il n'était plus venu dans Aramon. Maintenant, en peu de temps, il va jusqu'à ???

On vivait avec le Rhône. Le plus, c'est qu'il y avait pas mal de jardins ici – vous avez vu la digue en venant – alors ça se noyait de chaque côté. Toutes les années, quand le Rhône débordait, on perdait la récolte au mois de novembre. Les choux... on faisait pas mal de choux, pas mal de jardinage, des choux, des salades. Alors pour l'hiver, tu perdais la récolte et tu te débrouillais comme tu pouvais.

  • Et l'eau ? Quand le Rhône déborde, ce n'est pas bon pour la terre ?

  • C'était plutôt bon pour la terre mais tu perdais la récolte. Tu n'avais plus un sou pour l'hiver. Quand je me suis marié, j'ai commencé à faire le jardin, puis en 1951, j'ai foutu le camp, je suis rentré au chemin de fer.

  • Que faisaient les gens sur le Rhône ?

  • Rien

  • Mais ils y allaient ? Ils pêchaient ? Ils travaillaient ?

  • Ils allaient chercher un peu...à ce moment là, dans les bois, il y avait pas mal de lapins, et on allait faire le tour sur les buissons pour attraper les lapins...

  • Comment ?

  • Les lapins sauvages. On partait sur les bateaux et on allait attraper les lapins...

  • Alors, quand le Rhône débordait...

  • Ils grimpaient sur les buissons, ils grimpaient un peu où ils pouvaient. Ça paraissait incroyable : le Rhône avait beau déborder, l'an d'après il y en avait autant. Maintenant, avec la maladie, on n'en voit plus.

  • Ainsi, les gens prenaient les bateaux et partaient ramasser les lapins...

  • Pour attraper les lapins. Et on allait partout dans le bois.

  • Ils se laissaient « «  cueillir » ?

  • Pas toujours ! On avait de longs bambous avec une épuisette et on essayait de les attraper. Pendant les inondations, il était défendu de se promener avec un fusil.

  • Alors ?

  • Alors on partait comme je vous le dis avec les bateaux et l'épuisette et on les attrapait comme cela pour ne pas faire de bruit.

  • Vous en attrapiez beaucoup ?

  • On en attrapait plus de 20 ! On faisait le tour un peu partout, on connaissait les endroits où ils se réfugiaient. Car il y a toujours des endroits où l'eau ne monte pas. Ici, le Rhône est monté jusque là. Mais lorsque vous êtes passés sur le chemin, vous avez vu la butte qu'il y a. Là, l'eau ne monte pas.


  • Il y en avait quelques uns qui pêchaient au Vire-blanchard. Maintenant on ne peut plus car il n'y a plus de courant. Tu en as eu vu, des Vire-blanchards ?

  • C'est comment ?

  • C'est un bateau avec de chaque côté deux grands trucs en grillage que le courant fait tourner. C'est surtout maintenant (mai) qu'on pêchait. À l'automne et au printemps pour les aloses.

  • Ça se mange ?

  • Bien sûr ! Ce sont des poissons qui remontent de la mer pour frayer dans le Rhône.

  • Pourquoi il n'y en a plus maintenant ?

  • Les barrages ont tout arrêté. Maintenant ils ne peuvent plus remonter. Ils viennent jusqu'ici et ne peuvent pas remonter plus haut. Avec le barrage, où voulez vous qu'ils passent ?


  • Ici, on ne faisait pas trop d'osier. Ceux qui en faisaient le plus, c'était ceux de Vallabrègues, en aval. Il y avait pas mal de vanniers ici, mais ils faisaient venir l'osier de Langogne.

  • Ils travaillaient comment, ces vanniers ?

  • Il y en avait qui travaillaient à la maison, qui travaillaient seuls. Puis il s'était monté une manufacture de vannerie. C'était Monsieur Blanc qui l'avait montée, mais comme tous les grands patrons, il ramassait tandis que les ouvriers... Alors ils avaient monté une société qu'ils avaient appelé « L'ouvrière ». Ils travaillaient pour eux !

  • Une coopérative ?

  • Une coopérative !

  • Ça s'est arrêté quand ?

  • Avec l'arrivée du plastique, on n'a plus fait de paniers, de corbeilles ni rien du tout


  • Avant, ça passait tout le temps sur le Rhône. Maintenant, ils naviguent la nuit mais auparavant, ils s'arrêtaient. Ils avaient leurs endroits pour s'arrêter la nuit. Au début, je me rappelle, il y avait les remorqueurs à aube qui tiraient deux ou trois péniches. Après, il y a eu les Rhodania. C'était des bateaux qui marchaient avec un moteur diésel et qui transportaient du vin ou de l'essence.


  • On a commencé à faire les digues en 1970. La grande digue qui a canalisé le Rhône. C'est en 70/74 qu'on a commencé à le canaliser, à construire les barrages.

  • Et ça a tout changé.

  • Bien sûr ! Et le plus mauvais, c'est que, avant ici, on se noyait, mais maintenant, quand ils ouvrent le barrage et qu'il y a un coup de Gardon, l'eau remonte. Tandis qu'avant, elle était libre de s'écouler.

Bel exemple de parler rhôdanien. Emploi de gallicisme (vannier pour panieraire) mais aussi de conjugaisons en voie de disparition (l'as agut vist/ passé surcomposé)

Prénom Nom : Claude dit Néné RAME
Année de naissance :
Profession : retraité du chemin de fer
Parcours : Claude Rame dit Claudinet puis Néné. D'abord paysan, il cultivait les jardins du bord du Rhône puis, à la suite d'inondations, s'est embauché à la SNCF. On été pendant plus de 20 ans président du club taurin d'Aramon.
Entretien de : JP.Belmon
Date de collectage : 2017-03-08
Lieu : ARAMON
Centre d'Etudes de la parole d'Oc - 8 bis, avenue Jules FERRY - 13100 AIX EN PROVENCE - Tél : 04.42.93.45.12 - Email : cepdoc@free.fr - mentions légales