CEPD'OC

Centre d'Etudes de la Parole D'OC

14 - J-Y ROYER :  Les comptines s'inspirent souvent du cri des animaux. Exemples de mimologismes avec l'écrivain Jean Yves Royer
Bèn, te vau faire dejà les promiers qu’ai aprés. Èran de ma grand quand èro pichonet… que me disiá… me preniá la man coma aquò e me disiá:
«  aqueu vòu de pan,
- aqueu ditz « n’avèm ges », 
- aqueu ditz « coma farem ? » 
- aqueu ditz « coma porrem » e lo riuchiuchiu ditz « cu trabalha viu ». I avia perèu aquèu de l'uòu aquí:
« aqueu a fach l’uòu, 
- aqueu l’a culhit 
- aqueu l’a fach coire, 
- aqueu l’a manjat e lo riuchiuchiu n'a pas ges tastat. ». Vaquí, aquò's lei promiers mimologismes qu'ai sachut. Après, n'i a qu'ai aprés plus tard mai… 
- ambé lo bestiari ?
- lo bestiari… tot plen de causas… mai leis ai pas aprés de ma grand se vòs…mai en meme tèmps coma sabo coma se fai… tant porriá èstre de ma grand es parier… coma l’istòria de la galina que vai au marcat e que vènde bèn seis uòus e quand rintra alòr se crompa una pichòta rauba e rintra au galinier coma aquò… ambé sa pichòta rauba tota fieròta coma aquò… e lo gau quand vèi arribar una galina ambé una rauba – a jamai vist una galina ambé una rauba, alòr li fai :
 « De qu'es aquò ? De qu'es aquò ? »
E aquí i a un cat que vèi bèn qu'es una rauba que fai :
 « Una rau...ba ! Una rau...ba ! »
E aquí i a lo galabre, lo dindon qu'arriba que fai – i vèi pas tròp bèn lo dindon e demanda :
 « De queta color ? De queta color ? De queta color ? »
E i a la pichòta mineta que vèi bèn qu'aquesta rauba es marron que fai
 « Ma…rron ! Ma...rron ! » Vaquí !

Bèn, te vòu faire dejà les proumié qu’ai aprés. Èron de ma grand quand èrou pichounet… que me disié… me prenié la man coumo acò e me disié:
«  aquéu vòu de pan,
- aquéu dis « n’avèn ges »,
- aquéu dis « coumo faren ? »
- aquéu dis « coumo pourren» e lo riéuchiéuchiéu dis « cu travaio viéu ». I’avié peréu aquéu de l'uòu aqui :
« aquéu a fa l’uòu,
- aquéu l’a culi
- aquéu l’a fa couire,
- aquéu l’a manja e lo riéuchiéuchiéu n'a pas ges tasta. »

Vaquí, acò's lei proumié mimoulougisme qu'ai sachu. Après, n'i a qu'ai aprés plus tard mai…
- amé lou bestiàri ?
- lou bestiàri… tout plen de causo… mai leis ai pas aprés de ma grand se vòs…mai enmeme tèms coumo sabo coumo se fai… tant pourrié èstre de ma grand es parié… coumo l’istòri de la galino que vai au marcat e que vènde bèn seis uòu e quand rintro alor se croumpo uno pichoto raubo e rintro au galinié coumo acò… amé sa pichoto raubo touto fieroto coumo acò… e lou gau quand vèi arriba uno galino amé uno raubo – a jamai vist una galino amé uno raubo, alor li fai :
 « De qu'es acò ? De qu'es acò ? »
E aqui i'a un cat que vèi bèn qu'es uno raubo que fai :
 « Uno rau...bo ! Uno rau...bo ! »
E aqui i'a lou galabre, lou dindoun qu'arribo que fai – ié vèi pas tròup bèn lou dindoun e demando :
 « De queto coulour ? De queto coulour ? De queto coulour ? »
E i'a la pichoto mineto que vèi bèn qu'aquesto raubo es marroun que fai :
 « Ma...rroun ! Ma...rroun ! » Vaqui !


Je vais te faire les premiers mimologismes que j’ai appris. C’était ceux de ma grand-mère quand j’étais petit. Elle me disait. Elle me prenait la main comme cela et elle me disait :
« Celui-là veut du pain
- Celui-là dit : «  nous n’en avons pas »
- Celui-là dit : « Comment ferons-nous ? »
- Celui-là dit : « Comme nous pourrons » et le plus petit dit : « Qui travaille vit » Il y avait aussi celui de l’œuf.
« Celui-là a fait l’œuf
- celui-là l’a cueilli
- celui-là l’a fait cuire
- celui-là l’a mangé et le plus petit n’a rien goûté »
Voilà, ce sont les premiers mimologismes que j’ai su. Après, il y en a d’autres mais que j’ai appris plus tard.
- sur les animaux ?
- les animaux, toutes sortes de choses…mais je ne les tiens pas de ma grand-mère. Mais en même temps, comme je sais comment cela se bâtit, ils pourraient venir de ma grand-mère, c’est pareil…comme l’histoire de la poule qui va au marché, qui vend bien ses œufs et qui, quand elle rentre, s’achète une petite robe. Elle rentre au poulailler comme cela toute fière dans sa petite robe et le coq, lorsqu’il voit arriver une poule avec une robe – il n’a jamais vu de poule avec une robe – alors il lui fait :
 « Qu’est-ce que c’est ? qu’est-ce que c’est ? »
Et le chat qui voit bien que c’est une robe fait :
 « une ro…be ! une ro…be ! »
Là, le dindon arrive et fait – il n’y voit pas trop le dindon et il demande :
 « De quelle couleur ? De quelle couleur ? » Et la petite chatte qui voit bien que la robe est marron fait :

 « Ma…rron ! ma…rron ! »

Parler de transition vers le vivaro-alpin :
Emploi de l'article masculin pluriel « les » au lieu de lei
1ere personne du singulier en ou (sabo(u) 
Prénom Nom : Jean Yves ROYER
Année de naissance : 1944
Profession :
Parcours :
Figure emblématique de l’Occitanisme, Jean Yves Royer est aussi écrivain, journaliste, paléographe ; il a participé à l’aventure industrielle de « la taste » et s’occupe aujourd’hui de « slow food » 

Entretien de : T.Offre
Date de collectage : 2017-03-08
Lieu : Forcalquier
Centre d'Etudes de la parole d'Oc - 8 bis, avenue Jules FERRY - 13100 AIX EN PROVENCE - Tél : 04.42.93.45.12 - Email : cepdoc@free.fr - mentions légales