CEPD'OC

Centre d'Etudes de la Parole D'OC

16 - Marc AUDIBERT :  Le président fondateur du COL'OC évoque ici son ancien métier de tipographe et rappelle la spécificité du monde du livre avec ses règles et ses exigences.

Lei tipografes, au siècle quingen, portavan l'épée. Èra de gènts qu'èran considerats, emai d'aquò aquela corporacion èra un pauc... Lei poders parisencs avián paur d'aquèlei gènts de letras, perqué quora nautres bolegaviam, la federacion dau libre, la França s'arrestava. Segur, es un mestier fòrça interessant que m'a fòrça agradat, e que ai travalhat vint ans dins aquel afaire, ai fach un desenau d'entrepressas, mai lo biais d'aqueste moment es que partiáu un vèspre, pèr exèmple un dimenge de vèspre à un endrech que coneissiáu pas, lo diluns de matin me presentave, èri embauchat, la premiera entrepressa que trovave (ah siatz vos!), rintravi e ai aprés lo mestier coma aquò pichòt à pichòt, !

A despareigut completament, l'a quauquei gènts que fan encara quauquei cartas de vesita, quauquei bricòlas, mai a despareigut. L'informatica, l'ordinator, la fotò composicion deis annadas setanta, la fotò composicion a rintrat, a mandat fòra totas menas de tipografia e d'estampariá quau que siegue ! Ai travalhat tanbèn, alòr aquò es una esperiéncia fòrça interessanta, ai travalhat a l'estampariá Oberthur à Rennes aquí estampaviam de francs CFA, valènt-à-dire me rapèle aviam…l’aviá un òme que vos folhava a l'intrada, e a la sortida Eriam dos o tres meridionaus : Lei colègas an dich : « non, podèm pas restar aquí ! »

Totei lei matins i aviá la messa e la benedicion de la jornada, ieu ma foi perdequé pas. M'a fach de bèn perqué come dirai, ai seguit una fòrma de travalh bèn coordonat, bèn renjat, ambé una disciplina de fèrri, mai fa de bèn dins la vida. Siáu restat quauquei mes, un an benlèu, me rapèli que lo darrier moment quand siáu partit,  fasiáu lei tres uech, puslèu lei tres quarts e deviáu partir a dètz oras qu'aviáu lo trin pèr Marselha a onze oras. Coma l'aviá una sortida totei leis oras e èra durbit à nòu-oras ai dich tè, vau profiechar, e l'ome me fai : siatz pagat jusqu'à dètz oras. Aviáu rèn a faire mai me fau rintrar, çò qu'ai fach, jusqu'à la fin i’aviá aquesta disciplina de fèrri


Li tipougrafe, au siècle quingen, pourtavon l'épée. Èro de gènt qu'èron counsidera, emai d'acò aquelo courpouracien èro un pau... Li poudé parisen avien pòu d'aquéli gènt de letro, perqué quouro nautre boulegavian, la federacioun dóu libre, la Franço s'arrestavo. Segur es un mestié forço interessant que m'a forço agrada, e que ai travaia vint an dins aquel afaire, ai fa un desenau d'entrepresso, mai lou biais d'aqueste moumen es que partiéu un vèspre, pèr eisèmple un dimenche de vèspre à un endré que couneissiéu pas, lou dilun de matin me presentave, èri embaucha, la premiero entrepresso que trouvave (ah sias vous!), rintravi e ai aprés lou mestié coumo acò pichot à pichot, !

A despareigu coumpletamen, l'a quàuqui gènt que fan encaro quàuqui carto de vesito, quàuqui bricolo, mai a despareigu. L'infourmatico, l'ourdinatour, la foutò coumpousicioun deis annado setanto, la foutò coumpousicioun a rintra, a manda foro touto meno de tipougrafìo e d'estamparié quau que siegue ! Ai travaia tambèn, alor acò es uno esperiènci forço interessanto, ai travaia a l'estamparié Oberthur à Rennes ; aqui estampavian de francs CFA, valènt-à-dire me rapèle avian… l’avié un ome que vous fouiavo à l'intrado, e à la sourtido. Erian dous vo tres meridiounau : Li coulègo an di noun, poudèn pas resta aqui !

Tóuti li matin i'avié la messo e la benedicioun de la journado, iéu ma foi perdequé pas. M'a fa de bèn perqué coumo dirai, ai segui uno formo de travai bèn couourdouna, bèn renja, emé uno disciplino de fèrri, mai fa de bèn dins la vido. Siéu resta quàuqui mes, un an belèu, me rapèli que lou darnié moumen quand siéu parti  fasiéu li tres vue pulèu li tres quart e deviéu parti à dès ouro qu'aviéu lou trin pèr Marsiho à vounge ouro. Coumo l'avié uno sourtido tóuti lis ouro e èro durbi à nòu-v-ouro, ai di tè, vau prouficha, e l'ome me fai : sias paga jusqu'à dès ouro. Aviéu rèn à faire me fau rintra, ço qu'ai fa, jusqu'à la fin i'avié aquesto disciplino de fèrri


Au XVème siècle, les typographes portaient l’épée. C’était des gens qui étaient considérés et en plus, cette corporation était un peu…Les pouvoirs parisiens avaient peur de ces gens de lettres parce que lorsque nous bougions, la Fédération du livre, la France s’arrêtait. Bien sûr, c’est un métier très intéressant qui m’a beaucoup plu, j’y ai travaillé vingt ans et j’ai fait une dizaine d’entreprises. Mais à cette époque, je partais un soir, par exemple un dimanche soir dans un endroit que je ne connaissais pas, le lundi matin je me présentais, j’étais embauché. La première entreprise que je trouvais (Ah, c’est vous !) j’y entrais et j’ai appris le métier petit à petit.

Cela a complètement disparu. Il y a quelques personnes qui font encore quelques cartes de visite, quelques bricoles, mais cela a disparu. L’informatique, l’ordinateur… la photocomposition des années 70 s’est imposée et a remplacé toutes sortes de typographies et d’imprimerie quelle qu’elle soit. J’ai travaillé aussi, ça c’est une expérience très intéressante, j’ai travaillé à l’imprimerie Oberthur à Rennes qui imprimait des francs CFA et je me rappelle, nous avions…il y avait un homme qui nous fouillait à l’entrée et la sortie. Nous étions deux ou trois méridionaux. Les copains ont dit : « Non, on ne peut pas rester ici ! »

Tous les matins, il y avait la messe et la bénédiction de la journée. Pour moi, ma foi, pourquoi pas ? Cela m’a fait du bien parce que, comment le dire ?, j’ai suivi une forme de travail bien coordonnée, bien organisée avec une discipline de fer mais cela fait du bien dans la vie ! Je suis resté quelques mois, un an peut-être. Je me rappelle que le dernier moment lorsque je suis parti, je faisais les trois huit ou plutôt les trois quarts et je devais partir à 10h car j’avais le train pour Marseille à 11h. Comme il y avait une sortie toutes les heures et qu’il y avait une sortie à 9h, je me suis dit : tiens, je vais en profiter. Le gardien ma dit : « Vous êtes payé jusqu’à 10h ». Je n’avais rien à faire mais il m’a fallu rentrer, ce que j’ai fait. Jusqu’à la fin il y avait une discipline de fer.

Prénom Nom : Marc AUDIBERT
Année de naissance : 1933
Profession : Typographe puis directeur ANPE. retraité
Parcours :

Fondateur de Parlaren puis du COL’OC à Aix


Entretien de : JP.Belmon. Anne Vasseur
Date de collectage : 2017-03-08
Lieu : BRAS
Centre d'Etudes de la parole d'Oc - 8 bis, avenue Jules FERRY - 13100 AIX EN PROVENCE - Tél : 04.42.93.45.12 - Email : cepdoc@free.fr - mentions légales