CEPD'OC

Centre d'Etudes de la Parole D'OC

15 - Le parler de Coursegoules : Enregistrées en Octobre 2008, deux soeurs évoquent la vie à Coursegoules (06) au début de l'autre siècle. Extrait linguistiquement intéressant avec l'emploi du neutre qui est utilisé dans la zone qui va de Grasse à Coaraze.
- Quand anaviam a l’escòla eriam vint-e-cinc, vint-e-vuech, dependiá. I’aviá encar sei gendarmas, i aviá so recevur des postes, i aviá les ponts et chaussées, i aviá so garde forestier, so perceptor e quora eriam pichins, se soveniam que i aviá l’audiença, so jutge que montava de Vença, cada dimècres i’aviá audiença. E anaviam escotar que pleidejavan. 
- Lo monde cadun aviá un pauc de bestiaris. Una centena, cent-vint bèstias. Quauquas cabras e puèi après trabalhavan la terra. I’aviá fòrça blad, de trufas, de betarabas per sei sieu bèstias. Aviam de pòrcs, de polas e de lapins quoi ! Cadun viviá coma aquò. D’un pauc de jardiniatge de lòng de la Canha*. 
- I aviá pas encar sei tractors. Cadun aviá de cavaus ò de muous. 
- Aviam de cavaus surtout a Cossegle*. I’aviá de cavaus ! 
- Anavan gardar. So bestiari montava a Cheiron*. N’i aviá que gardavan. Cadun montava sei sieu bèstias e un lo gardava. 
- Cadun gardava sei sieu bèstias ! 
- Cadun aviá cènt, cènt-vint bèstias, depènde quoi ! Èra coma aquò. Après, l’estiu, n’i a que montavan a Cheiron e metián so bestiari tot ensemble. Dos tres païsans, quoi ! - E anavan faire de bòsc ? De que fasián a la montanha ? - So bòsc, lo fasián pas damont. N’i aviá pas de boei. 
- I a puèi dins aquela valada que n’i a fòrça dau long, perqué lassùs i a ’na roviera. N’i a ailà, a Sant Valentin. Cadun a un pauc de bòsc pertot. 
- Mai pas a Cheiron. A Cheiron, de bòsc n’i aviá pas. 
- A Cheiron i’a de pins darrier, nautres i a pus rèn. 
- Coma es lo nom dei gènts d’aquí ? * Cossegolans * Mai lo faus nom ? 
- C’est estripa-pans. 
- E perqué ? 
- Perqué i’aviá fòrça blad en lo vilatge. Semenavan jusca sus sei pus autei faissas de Cheiron damont. E puèi tot aquelei camps aussi èran tot de blad. So canton èra aquí que i aviá lo mai de blad. Lo vendiam. Lo vendián a Bolhon* per chanjar ambé d’òli. Se fasiá d’eschanges quoi.
- Quand anavian à l’escolo erian vinto-cinc, vinto-vuech, dependié. I’avié enca sei gendarme, i’avié sou recevur des postes, i’avié les ponts et chaussées, i’avié sou garde forestier, sou perceptour e quouro erian pichin, se souvenian que i’avié l’audienço, sou juge que mountavo de Venço, cado dimècre i’avié audienço. E anavian escouta que pleidejavon. 
- Lou mounde, cadun avié un pau de bestiàri. Uno centeno, cènt-vint bèstie. Quauco cabro e pièi après travaiavon la terro. I’avié forço blad, de trufe, de betarabe per sei siéu bèstie Avian de pouorc, de poulo e de lapin quoi ! Cadun vivié coumo acò. D’un pau de jardiniage de long de la Cagno*. 
- I’avié pas enca sei tractour. Cadun avié de cavau o de muóu. 
- Avian de cavau surtout a Coussegle*. I’avié de cavau ! - Anavon garda. Sou bestiari mountavo a Chiroun*. N’i avié que gardavon. Cadun mountavo sei siéu bèstie e un lou gardavo. 
- Cadun gardavo sei siéu bèstie ! 
- Cadun avié cènt, cènt-vint bèstie, depènde, quoi ! Èro coumo acò. Après, l’estiéu, n’i a que mountavon a Chiron e metien sou bestiari tout ensemble. Dos tres paisan, quoi ! 
- E anavon faire de bouosc ? De que fasien à la mountagno ? 
- Sou bouosc, lou fasien pas damount. N’i avié pas de bouei. 
- I’a pièi dins aquelo valado que n’i a forço dóu long, perqué lassus i’a ’no rouviero. N’i a eilà, à Sant Valentin. Cadun a un pau de bouosc pertout. 
- Mai pas à Chiroun. À Chiroun de bouosc n’i avié pas. 
- À Chiroun i’a de pin darrié, nautre i’a pus rè. 
- Coumo es lou noum dei gènt d’aqui ? 
- Coussegoulan 
- Mai lou faus noum ? 
- C’est estripo-pan. 
- E perqué ? 
- Perqué i’avié forço blad en lou vilage. Semenavon jusquo sus sei pus autei faisso de Chiroun damount. E pièi tout aquélei camps aussi èron tout de blad. Sou cantoun èro aqui que i’avié lou mai de blad. Lou vendian. Lou vendien à Bouioun* per chanja amé d’òli. Se fasié d’eschange quoi.
- Quand nous allions à l’école, nous étions 25, 28, ça dépendait. Il y avait encore les gendarmes, il y avait le receveur des postes, les ponts et chaussées, le garde forestier, le percepteur et quand nous étions petites, nous nous souvenions qu’il y avait l’audience, le juge qui montait de Vence. Chaque mercredi il y avait l’audience. Et l’on allait écouter ceux qui plaidaient. 
- Tout le monde avait quelques bêtes. Une centaine, cent-vingt bêtes, quelques chèvres et parfois, ils travaillaient la terre. Il y avait beaucoup de blé, des pommes de terre, des betteraves pour les bêtes. On avait des cochons, des poules et des lapins. Chacun vivait ainsi. D’un peu de jardinage le long de la Cagne. 
- Il n’y avait pas encore les tracteurs. Chacun avait des chevaux ou des mulets. 
- Il y avait surtout des chevaux à Coursegoules. 
- On gardait les bêtes dans la montagne du Cheiron. Chacun montait ses bêtes et l’un d’entre les paysans gardait. 
- Chacun gardait ses bêtes. 
- Chacun avait cent, cent-vingt bêtes, ça dépendait quoi ! C’était comme ça. Après, l’été, on montait les bêtes au Cheiron et l’on mettait les troupeaux ensemble à deux ou trois paysans. 
- Et on allait y faire du bois ? Qu’est-ce qu’on faisait dans la montagne ? 
- Le bois, on ne le faisait pas là haut. Il n’y en avait pas de bon. 
- Il y a cette vallée qui est boisée car c’est une chênaie. Il y en a à St Valentin. Chacun a un peu de bois partout. 
- Mais pas au Cheiron. Au Cheiron, il n’y avait pas de bois. 
- Derrière Cheiron, il y a des pins. De notre côté, il n’y a plus rien. 
- Quel est le nom des gens d’ici ? 
- Coursegoulan 
- Mais le surnom ? 
- C’est les « estripa-pan » (ceux qui défont le pain) * Et pourquoi ? 
- Parce qu’il y avait beaucoup de blé au village. On semait jusque sur les plus hautes terrasses vers le Cheiron. Et puis aussi tous ces champs qui étaient
semés de blé. C’était le coin où il y avait le plus de blé. On le vendait. On l’amenait au village de Bouyon pour l’échanger contre de l’huile. On faisait du troc quoi !
Emploi du neutre « so » (sou) – le ipsum latin – que l’on retrouve entre Grasse et la haute vallée du Paillon (Coaraze) Canha – Cagno – rivière de 27km qui prend sa source près de Coursegoules et se jette près de la ville de Cagnes sur mer Cossegle – Coussegle – Coursegoules - village de 500 habitants de l’arrondissement de Grasse Cheiron – Chiroun – montagne des préalpes de Castellane (1778m) Bolhon – Bouioun – Bouyon – Village de 500 habitants appartenant au canton de Coursegoules.
Prénom Nom : Maguy TRABAUD (gauche écran) et Jeannette GAZAGNAIRE ( droite écran)
Année de naissance :
Profession :
Parcours :
Entretien de : Jean-Pierre Belmon
Date de collectage : 2017-03-21
Lieu : Coursegoules
Centre d'Etudes de la parole d'Oc - 8 bis, avenue Jules FERRY - 13100 AIX EN PROVENCE - Tél : 04.42.93.45.12 - Email : cepdoc@free.fr - mentions légales