CEPD'OC

Centre d'Etudes de la Parole D'OC

10 - Roger BOUVIER :  Le maire du Beaucet (84) évoque les constructions en pierre sèche et leur intérêt économique futur
Se remontèm pas lei muralhas, siam perduts. Es un païs qu’es sec. Fau gardar l’aiga. Mai fau pas que gardar l’aiga, fau pas perdre son âme. Lei gènts dau païs l’an remontat son païs. Se lo leissèm escrancar, es perdut. Ieu te dise qu’aqueu païs es capable de norrir tota la populacion. Ara es abandonat. Mai i a ges de tèmps que viran pas. Governar es faire de prospectiva, se vèire dins lo futur. Lo futur es benlèu deman. E deman benlèu sarà l’urgéncia. L’urgéncia la fau gerar. Fau remontar ’queu païs. ’Queu païs es abandonat. Se regardes lei catalans, n’en parlaviam, quand regardes un pauc leis italiens, quand regardes un pauc meme dins lo nord de l’Euròpa, remontan sei muralhas. Perdequé lei remontan ? Lei remontan pas per nos faire plesir ? Per faire plesir ai toristas ? Non ! Es parce qu’es lo patrimòni.

Aicí èra un païs onte fasiás de ceses, onte se fasiá de lentilhas qu’aviás pas besonh de i metre de podra de perlinpinpin per lei faire coire. Èra naturel. Ara es abandonat.

Te dison restancas. Bòn, lei restancas es de muralhas de sotenament,  mai l’aiga que tomba, quand i a plus la muralha, s’en vai. S’en vai a la penta, coma l’aiga ! E t’empòrta la terra. Ai vécu ieu una experiéncia en Tunisia. La Tunisia, contraire au Marròc ò ambé l’Algérie, i’a ges de muralhas, sabon pas de qu’es. Mai leis orages que i a empòrtan tot. Anèm anar i faire una esperiéncia. Son anat vèire li Chiliens per vèire un pauc come fasián lei muralhas mai li ai dich : « Avètz pas besonh d’anar au Chilí ! Venètz en Provènça ! »
Se remountèn pas li muraio, sian perdu. Es un païs qu’ei se. Fau garda l’aigo. Mai fau pas que garda l’aigo, fau pas perdre son âme. Li gènt dóu païs l’an remounta soun païs. Se lou leissèn escranca, ei perdu. Iéu te dise qu’aquéu païs ei capable de nourri touto la poupulacioun. Aro es abandouna. Mai i’a ges de tèmps que viron pas. Gouverna ei faire de prouspeitivo, se vèire dins lou futur. Lou futur ei belèu deman. E deman belèu sara l’urgenço. L’urgenço la fau gera. Fau remounta ’quéu païs. ’Quéu païs eis abandouna. Se regardes li Catalan, n’en parlavian, quand regardes un pau lis italiens, quand regardes un pau meme dins lou nord de l’Éuropo, remounton si muraio. Perdequé li remounton ? Li remounton pas pèr nous faire plesi ? Pèr faire plesi i touristo ? Noun ! Es parce qu’es lou patrimòni.
  Eici èro un païs ounte fasiés de cese, ounte se fasié de lentiho qu’aviés pas besoun de ié metre de poudro de perlinpinpin pèr li faire couire. Èro naturel. Aro es abandouna.

Te dison restanco. Bon, li restanco es de muraio de soutenamen, mai l’aigo que toumbo, quand i’a plus la muraio, s’en vai. S’en vai à la pento, coume l’aigo ! E t’emporto la terro. Ai vécu iéu uno esperienço en Tunisìo. La Tunisìo, contraire au Marroc o amé l’Algérie, i’a ges de muraio, sabon pas de qu’èi. Mai lis orage que i’a emporton tout. Anèn ana ié faire uno esperienço. Soun ana vèire li Chiliens per vèire un pau coume fasien li muraio mai i’ai di : « Avès pas besoun d’ana au Chili ! Venès en Prouvènço ! »
Si nous ne remontons pas les murailles, nous sommes perdus. C’est un pays qui est sec. Il faut conserver l’eau. Mais il ne faut pas que garder l’eau, il ne faut pas perdre son âme. Les gens du pays l’ont remonté leur pays. En le laissant se défaire, il est perdu. Moi je te dis que ce pays est capable de nourrir toute la population. Maintenant, il est abandonné. Mais il n’y a pas de temps qui ne revienne pas. Gouverner, c’est faire de la prospective, c’est voir dans le futur et le futur est peut-être demain. Et demain peut être il y aura urgence. L’urgence, il faut la gérer. Il faut remonter ce pays. Ce pays est abandonné. Si tu regardes les Catalans, quand tu regardes un peu les Italiens, quand tu regardes même dans le nord de l’Europe, ils remontent les murailles. Pourquoi les remontent-ils ? Pour nous faire plaisir ? Pour faire plaisir aux touristes ? Non, C’est parce que c’est le patrimoine. 

Ici, c’était un pays où l’on produisait des pois chiches, où l’on faisait des lentilles qui n’avaient pas besoin de poudre de Perlinpinpin pour être cuites. C’était naturel. Aujourd’hui, c’est à l’abandon. 

On dit les « restanques », ce sont des murailles de soutènement mais lorsqu’il n’y a plus de murailles, l’eau qui tombe s’en va à la pente ! Et elle emporte la terre. J’ai vécu une expérience en Tunisie. La Tunisie, contrairement au Maroc ou à l’Algérie, n’a pas de murailles. Ils ne savent pas ce que c’est. Mais les orages qu’il y a emportent tout. On va y faire une expérience. Ils sont allés voir les Chiliens pour voir un peu comment l’on faisait les murailles. Mais je leur ai dit : « Pas besoin d’aller au Chili ! Venez en Provence ! »
Parler Rhodanien de la région d’Avignon, M. Bouvier étant de Morières même s’il vit depuis longtemps au Beaucet.
« Es » se prononce [i].
La 4ème personne es verbes du 1er groupe, comme le participe présent, se font en « èm », contrairement à la quasi-totalité du pays d’oc, où l’on trouve « am ». remontèm, en leissènt, anèm.
Le [v] devant yod disparaît : cantaviam/cantavian se prononce [kãtaiã], ce trait se retrouve ailleurs, dans la région de Montpellier par exemple..
Prénom Nom : Roger Bouvier
Année de naissance : -
Profession :
Parcours :
Entretien de : JP.Belmon
Date de collectage : 2017-03-08
Lieu : Le Beaucet
Centre d'Etudes de la parole d'Oc - 8 bis, avenue Jules FERRY - 13100 AIX EN PROVENCE - Tél : 04.42.93.45.12 - Email : cepdoc@free.fr - mentions légales