CEPD'OC

Centre d'Etudes de la Parole D'OC

12 - Mr PROREL :  Enfant abandonné recherche sa mère

E bè, un espitalin, es aqueu que son estats abandonats a la naissença, principalament. Voilà. Alors, los parents depausavan l’enfant. Per exemple, ieu, siáu estat depausat a Briançon.E ma maire, diso aquò en patois, ma maire a partit en Còrsa au bot de doi mes.A restat doi mes a Briançon.Ma maire, ai retrobat aquò quand siáu sortit dau servici militaire, qu’ai fenit mon servici.Siáu rintrat a Gap, ai quitat la ferma.Aquí aviáu fach dos ans de servici, ai partit a 21 ans.Au bot de dos ans, ai chassat de travalh.Siáu vengut far un torn aicí en Champcella, a la maison qu’èro estat eilevat, ailamont.Quand siáu arribat aicí, m’an dich :

«  Vai a l’Argentiera, te far embauchar. » A l’Argentiera, l’usina Pechiney. J’y suis pas allé, nous étions deux, enfants de l’hospice. Eram dos enfants de l’ospici. Siam davalats a Gap. Avèm passat una setmana. Trobaviam ren coma « boulot ».Era puèi la guerra après.

M’avián dich qu’èro naissut a Gap. Après me siáu rensenhat, èra pas a Gap. Après l’ai trobat, qu’èra a Biançon. Voilà. Es un sos-inspectur qu’èra au burèu, que m’aviá durbit lo dorsier de çò que se passava.

- E l’avètz trobada vòstra maire ?

- Es aquí qu’ai trobat ma maire.

- E l’avètz vista ?

- Non ! L’ai pas vist lo meme jorn.

- Non mai un pauc pus tard ?

- Après l’ai vist pus tard. Siáu partit. Siáu anat a Marselha. Un inspectur de la « secrèta » qu’èra de Sant-Crespin m’a dich :

- Moi je vais vous la trouver. Vòu vos la trovar dins uech jorns.  M’a donat uech jorns. E m’a trobat ma maire. Siáu anat ailai e me siáu presentat. Me siáu mes son mantel, èra gaire mai pus grand que ieu, sa carta de poliça. Ai sonat chez ma maire.

Elle me demande :

-Qui est là ? 

- Police !

Alòr li ai fach coma aquò :

- Il est pas, il a pas habité quelqu’un … de temps en temps, comme ça ? 

- Non, non, non ! Pensez-vous !

Elle me dit. Elle m’a dit que non, quoi !

- E li avètz pas dich : Siáu vòstre enfant que m’avètz abandonat a Briançon ?

- J’ai rien dit !

- E v’avètz jamai regretat aquò, de pas li aguer parlat ?

- O ai regretat un jorn mais ai agut una « marchança » pasque quand ma femma èra secretària de mairie e ieu ajonch, èro ben ambé lo maire d’encuei de Sant-Crespin.Siáu arribat un sèra, voliáu d’imprimats.Alòr aviáu la motò a n-aquel moment, leis ai davalats.

E li fau coma aquò, rintra una filha e li fau :

- Et votre papa, ça va ?

- Mon père est mort il y a 8 jours.

Venián de l’enterrar a Sant-Crespin i a uech jorns ! N’ai ren sabut. Ai tot arrestat ! Siáu plus anat veire ma maire, ni ren dau tot ! Damatgi !  

 E bè, un espitalin, es aquéu que soun estats abandounats à la neissènço, principalamen. Lous parents depausavon lous enfants pèr eisemple ieu siéu estat depausat à Briançoun e ma maire a partit en Corsa au bout de doui mes. A restat doui mes a Briançoun. Ma maire, ai retroubat’cò quand siéu sourtit dóu servíci militaire. Qu’ai fenit moun servíci, Alor siéu rintrat à Gap, ai quitat la fermo. Aqui aviéu fach dous ans de servíci, ai partit a vint-un an. Au bout de dous ans, alor ai chassat de travai. Siéu vengut faire un tour en Champcella, à la maison qu’èro estat eilevat eilamount, e quand siéu arribat eici m’an dich :

«  Vai à l’Argentiero, te fa embaucha. » À l’Argentiero, l’usino Pechiney. J’y suis pas allé, je suis parti, nous étions deux enfants de l’hospice, eran dous enfants de l’ouspíci. Sian davalats a Gap, sian restat uno semano troubavian rèn coumo boulot Èro pi la guerro après. Aqui. m’avien dich qu’èrou neissut à Gap. Après, me siéu rensegnat, èro pas à Gap. Après l’ai troubat qu’èro à Briançoun. Voilà. Èro un sous-ispectur qu’èro au burèu que m’avié durbit lou doursié de ço que que se passavo.

E l’avès troubado vostro maire ?

Es aqui qu’ai troubat ma maire.

E l’avès visto ?

Noun, l’ai pas vist lou meme jour.

Noun mai un pau pus tard.

Après l’ai vist plus tard. Siéu partit. Siéu ana à Marsiho. Un ispectur de la « secrèto » qu’èro de Sant Crespin m’a dich : « Moi, je vais vous la trouver ». Vòu vous la trouba dins vuech jourt. M’a dounat vuech jourt. E m’a troubat ma maire. Siéu anat ilai e me siéu presentat. Me siéu mes soun mantèl èro gaire mai pus grand que iéu, sa carto de pouliço. Ai sounat chez ma maire. Elle me demande : « Qui est là ?

Police » Alor li ai fach coum’acò : Il est pas, il a pas habité quelqu’un … de temps en temps, comme ça ? 

Non, non, non ! Pensez-vous ! Elle me dit. Elle m’a dit que non, quoi !

E v’avès pas dich siéu vostre enfant qu’avès abandounat a Briançoun ?

J’ai rien dit.

E l’avès jamai regretat acò, de pas li agué parlat ?

O ai regretat un jourt mais ai agu uno « marchanço »pasque, quand ma femo èro secretàri de mairie e ieu ajounch, èrou bèn amé lou maire d’encuèi de Sant Crespin. Siéu arribat un sero, vouliéu d’imprimats. Alor aviéu uno motò à n’aquel moument. Alor leis ai davalat. E li fau coumo acò, rintro uno fiho e li fau :

- Et votre papa, ça va ?

- Mon père est mort il y a 8 jours.

Venien de l’entarra à Sant Crespin i’a vuech jour. N’ai rèn sabut. Ai tout arrestat ! Siéu pus anat vèire ma maire ni rèn dóu tout ! Damagi !

Et bien un espitalin, c’est celui qui a été abandonné à la naissance. Les parents déposaient les enfants ; par exemple moi j’ai été déposé à Briançon et ma mère est partie en Corse au bout de deux mois. Elle est restée deux mois à Briançon.

Ma mère, j’ai retrouvé ça quand je suis sorti du service militaire. Quand j’ai eu fini mon service, je suis rentré à Gap, j’ai quitté la ferme. Je venais de faire deux ans de service militaire, j’étais parti à vingt et un ans. Au bout de deux ans, alors, j’ai cherché du travail. Je suis venu faire un tour à Champcella. A la maison qui a été bâtie tout là haut. Et quand je suis arrivé ici on m’a dit : « Va à Largentière te faire embaucher à l’usine Péchiney. J’y suis pas allé, je suis parti, nous étions deux enfants de l’hospice. Nous sommes descendus à Gap, nous sommes restés une semaine, nous ne trouvions rien comme boulot. On m’avait dit que j’étais né à Gap. Après je me suis renseigné ce n’était pas à Gap. J’ai trouvé que c’était à Briançon. C’était un sous-inspecteur qui était au bureau qui m’avait ouvert le dossier de ce qui s’était passé :

Et vous l’avez trouvée votre mère?

C’est là que je l’ai retrouvée.

Et vous l’avez vue ?

Non, je ne l’ai pas vue le même jour.

Non mais un peu plus tard.

Après, je l’ai vue un peu plus tard. Je suis parti. Je suis allé à Marseille. Un inspecteur de la secrète qui était de Saint Crépin m’a dit : « Moi, je vais vous la trouver ». Je vais vous la retrouver dans les huit jours. Il m’a donné huit jours. Et il m’a retrouvé ma mère. J’y suis allé et je me suis présenté. J’avais mis son manteau, il n’était guère plus grand que moi, sa carte de police. J’ai sonné chez ma mère. Elle me demande : « Qui est là ?

Police » Alors j’ai fait comme ça: Il est pas, il a pas habité quelqu’un … de temps en temps, comme ça ? 

Non, non, non ! Pensez-vous ! Elle me dit. Elle m’a dit que non, quoi !

Et vous lui avez dit que vous étiez son enfant qu’elle avait abandonné à Briançon?

J’ai rien dit.

Et vous n’avez jamais regretté de ne pas lui avoir parlé?

Oui, j’ai regretté un jour mais j’ai eu une malchance parce que, lorsque ma femme était secrétaire de mairie et moi adjoint, j’étais au mieux avec le maire actuel de St Crépin. Je suis arrivé un soir, je voulais des imprimés. A ce moment-là, j’avais une moto. Je les ai descendus. A ce moment rentre une fille et je lui fais ::

Et votre papa, ça va ?

Mon père est mort il y a 8 jours.

On venait de l’enterrer à St Crépin il y a huit jours. Je n’avais rien su. J’ai tout arrêté. Je ne suis plus allé voir ma mère ni rien du tout. Dommage !

Lexique particulier :

Fenir

Chassar pour chercher, rechercher (ne pas confondre avec chaçar)

Maison

Ilai / alai

Prononciation particulière :

Aquò / ‘quò

Pièi / pi

Dos / doi

Ailamont / eilamont - Aicí / eicí - Naissut / neissut

L’Argentiera

Jorn / jort

Marchança / malchance avec un rhotacisme

Imprimats : noter la prononciation du pluriel

Quand / jort / grand / moment : noter la prononciation des finales

Noter les conjugaisons : eram, trobavam, avian (pas avián)

Prénom Nom : - PROREL
Année de naissance : -
Profession : Agriculteur
Parcours :
Entretien de : André Abbe
Date de collectage : 2017-03-08
Lieu : Champcella
Centre d'Etudes de la parole d'Oc - 8 bis, avenue Jules FERRY - 13100 AIX EN PROVENCE - Tél : 04.42.93.45.12 - Email : cepdoc@free.fr - mentions légales