CEPD'OC

Centre d'Etudes de la Parole D'OC

08 - MARCHAND NICE (boutique de Mr SECONDO) Vieux Nice :  Un vieux paysan de l’observatoire (quartier de Nice) achète une veste. Il ne réalise pas qu’il est filmé.

- Aquela va… i a que li mancha a racorcir.
- Voèi ma sota li malhas, es gròs. Quant es que vale ’quela d’aquí
- Vau vi dire sus lo còp. Es pas cara. 420 vi fa.
- E ?
- 420.
- 420 ?
- voèi, quaranta-doi.
- Quaranta-doi francs ?
- Non, pas quaranta-doi francs. Quatre cent-vint francs
- Quaranta-doi mila ? anciens ?
- Non, novèus. Ah, quaranta-doi mila anciens… E aqui avètz caud. E pi son lònguis pi avètz de pòchas vètz. Aquí avètz la fermeture éclair e avètz i botons, capissètz es pus practica per vos.
- Li botons
- E aquí veètz auretz caud. E aquí per la pluèia. Vètz coma es fach. E alora li bralhas que...en fustanha. I'a trenta ans que li avètz. Aquelei bralhas! Quant i’a que li avètz aquelei bralhas ?
- Sarà trenta ans
- Arca petan ! Où!Se venètz que cada trenta ans mi vèire bè sabètz…
- Non vòli dire, sarà trenta ans que li ai, ara mèti i pantalons…veni sovent au…li ai jamai mes per trabalhar.
- De dont siàs ? De dont siàs vos ?
- E ?
- De dont siàs ?
- L’Observatoire !
L’Observatoire siàs! Cresii qu’eravatz de Gairaut.
- Sarà bòna ?
- Escotetz, s’avètz quaucaren a mi dire passatz e mi diètz de tot !
- Allez, levatz-mi quaucaren.
- Vi lèvi li botons!
- Allez !
- Un compte rond ! Fèm rond ! Quaranta !
- Es pas parrier, è ! N’aviáu marchandat una trenta cinq mila
- Depende de cenque vi donan. Aquò es fach en França, vètz aquí. Es pas fach en China...Made in France. Es pas facha dai chinés !
- Levatz-mi quaucaren. Zo !
Quaranta ! Quaranta ! Vi ai levat li vint francs !
- Allez vai, pilhi, vai !
- Podètz la pilhar…fètz gaffe, aquí li son li maringuins !
- Li maringuins eisista pas. Li ai pas conoissut !
- ieu manco!
- Poutant
, li siáu stat a la guerra de 14. Aviáu ja vuech ans quora an declarat. Mai n’ai pus vist d’aquò ieu…N’ai sentut parlar.
- Ieu finda. Mon paure père n’en parlava dai maringuins !
- Une, deux
- Òu, vos avètz pas li mans de quauqu’un qu’a fach de burèu, èn ? avètz pas li mans d’un qu’a escrich en li burèus. Lo magau a marchat.
- An trabalhat aqueli mans…aüra n’en podo pus. Ai vuetanta cinc, òu !
- Siatz estat semenat de bòna grana alora ! E siatz cubert per sortir. Perqué lo vi metèz pas ?
- Sòrti ’mbé la pluèia. Que vòs que fagui. Per pilhar lo carri…
- Volètz pas lo vi metre sobre ?
Non ! I’a lo pan, i’a li comicions…pòrti coma aquò
- Bòna !

- Aquela va…i’a que li mancha a racourci.
- Voèi ma souta li maia, es gros. Quant es que vale ‘quela d’aqui
- Vau vi dire sus lou còup. Es pas cara. 420 vi fa.
- E ?
- 420.
- 420 ?
- Vouèi, quaranta-doui.
- Quaranta-doui francs ?
- Noun, pas quaranta-doui francs. Quatre cènt-vint franc
- Quaranta-doui mila ? anciens ?
- Noun, nouvèu. Ah, quaranta-doui mila anciens…E aqui avès caut. E pi soun longui pi avès de pocha vès . Aqui avès la fermeture éclair e avès i boutoun, capissès, es pus pratica per vous.
- Li boutoun.
- E aqui veès aurés caut. E aqui pèr la pluèia. Vès couma es fach. E alour li braia que...en fustagna. i'a trenta ans que li avès. Aqueli braias. Quant i’a que li avès aquéli braia ?
- Sarà trenta ans
-Arca petan ! Où, se venès que cada trenta an mi ve bè sabès…
- Noun vouòli dire, sarà trenta an que li ai, ara mèti i pantalon…vèni souvent au…li ai jamai mes per trabaià.
- De doun siès ? De doun siès vous ?
- E ?
- De doun siès ?
- L’Observatoire.
L’Observatoire. sièsCresii qu’eravas de Gairaut.
- Sarà bouona ?
- Escotès, s’avès quaucarèn a mi dire passas e mi diès de tout !
- Allez, levas-mi quaucarèn.
- Vi lèvi li boutoun!
- Allez !
- Un coumte rount ! Fèn rount ! Quaranta !
- Es pas parrier, è ! N’aviéu marchandà una trenta-cinq mila
- Depende de cenque vi dounon. Acò es fach en França, vès aqui. Es pas fach en China...Made in France. Es pas facha dai chinés !
- Levas-mi quaucarèn. Zóu !
- Quaranta ! Quaranta ! Vi ai levat li vint franc !
- Allez vai, pihi, vai !
- Poudès la pihà…fès gaffa, aqui li soun li marenguin ! Li marenguin li soun aqui!
- Li marenguin eisista pas. Li ai pas counouissut !
- ieu mancou.
Poutant, li siéu stat à la guerra de 14. Aviéu ja vuech an quoura an declarat. Mai n’ai pus vist d’acò ieu…N’ai sentut parlà.
- Ieu finda. Mon paure père n’en parlava dai maringuin !
- Une, deux
- Hòu, vous avès pas li man de quaucun qu’a fach de burèu, où, diès ? avès pas li man d’un qu’a escrich en li burèu. - Lou magau a marchat.
- An trabaiat aquéli man…aüra n’en pouòdou pus. Ai vuetanta cinc, hòu !
- Sias estat semenat de bouona grana aloura ! E sias cubert pèr sourti. Perqué lou vi metès pas ?
- Souòrti emé la pluèia. Que vos que fagui. Per pihà lou carri…
- Voulès pas lou vi metre soubre ?
- Noun ! I’a lou pan, i’a li coumissioun…pouòrti couma acò
- Bouana !

- Celle là va bien. Il n’y a que les manches à raccourcir
- Oui mais dessous avec le pull, ça fait gros. Combien vaut-elle celle là ?
- Je vous le dis de suite. Elle n’est pas chère. 420 ça vous fait
- Et ?
- 420.
- 420 ?
- Oui, quarante-deux
- Quarante-deux francs ?
- Non, pas quarante-deux francs. Quatre cent-vint francs
- Quarante-deux mille ? anciens ?
- Non, nouveaux. Ah, quarante-deux mille anciens… E là vous avez chaud. Et puis il est long et vous avez des poches, vous voyez. Vous avez la fermeture éclair et vous avez les boutons. C’est plus pratique pour vous, vous comprenez !
- Les boutons
- Et là, vous voyez, vous aurez chaud. Et là, pour la pluie. - Regardez comme c’est fait. Alors, les pantalons que vous portez, ça fait trente ans que vous les avez ? ça fait combien de temps que vous les avez, ces pantalons ?
- Trente ans
- Porca petan ! Si vous ne venez me voir que tous les trente ans, vous savez…
- Non je veux dire que ça fait trente ans que je les ai, mais je ne les mets pas tout le temps. Je ne les ai jamais mis pour travailler.
- Vous êtes d’où ?
- L’Observatoire !
- Je croyais que vous étiez de Gairaut.
- Elle sera bonne ?
- Ecoutez, si vous avez quelque chose à me dire vous passez et vous me dites de tout!!
- Allez, levez-moi quelque chose.
- Je vous lève les boutons ! Allez, faisons un compte rond : quarante !
- Scaparia ! J’en avais marchandée une à trente-cinq mille
- Cela dépend de ce qu’on vous donne. Celle-là est faite en France, voyez-là ! Ce n’est pas fabriqué en Chine. Made in France. Ce n’est pas fait par les Chinois.
- Levez-moi quelque chose, zou!
- Quarante ! Quarante ! Je vous ai enlevé les vint francs !
- Allez, je la prends!
- Vous pouvez la prendre …Faites attention s’il y a les contrôleurs de l’octroi
- Les contrôleurs ça n’existe plus. Je ne les ai pas connus..Poutant, j’y étais pendant la guerre de 14. J’avais huit ans quand ils l’ont déclarée. Mais je n’en ai jamais vu…j’en ai entendu parler.
- Moi aussi, mon pauvre père en parlait de l’octroi!
- Une, deux
- Vous n’avez pas les mains de quelqu’un qui a travaillé à écrire dans les bureaux. La pioche a fonctionné !
- Elles ont travaillé ces mains, maintenant, elles ne peuvent plus. J’ai quatre vingt-cinq ans.
- Vous avez été semé avec de la bonne graine. Vous êtes couvert pour sortir ? Pourquoi ne mettez-vous pas la veste ?
- Je sors avec la pluie. Que voulez-vous que je fasse…pour prendre le car
- Vous ne voulez pas la mettre ?
- Non, j’ai le pain et les commissions. Je porte comme ça!
- Très bien !

Prénom Nom : X
Année de naissance : 1906
Profession : Paysan
Parcours :
Entretien de : André ABBE
Date de collectage : 2017-03-08
Lieu : Nice
Centre d'Etudes de la parole d'Oc - 8 bis, avenue Jules FERRY - 13100 AIX EN PROVENCE - Tél : 04.42.93.45.12 - Email : cepdoc@free.fr - mentions légales