CEPD'OC

Centre d'Etudes de la Parole D'OC

04 - Christian RINAUDO :  Le bassin minier de Gardanne Fuveau

Aquí siam dins leis euves, un endrech que fa partida de la comuna de Greasca, e es un vièlh endrech monte l'aguèt d'esplechas de carbon, fins qu'au siècle dètz-e-noven.

Après s'es tot acabat e a restat un pauc quauquei potz come un pauc plus luenh lo potz dau tubet, arrestat à la debuta dau siècle vinten, pas mai, après tot aquò es estat acabat.

Aquí siam pròche un endrech que rèsta plus qu'una chaminèia d’una anciana machina a vapor que servissiá per sortir lo carbon d'un potz, aquí que l’aviá un potz drech perqué, avans lei potz drechs avián lei descendariás que descendián a quaranta-tres degrés, dins la vena de carbon.

Lei gènts an travalhat mai fau dire que l’auronde la carboniera de Provènça a pas estat lo meme que dins l'ubac.

A l'ubac an pas travalhat come nautres. Aicí, an travalhat lòngtèmps, lòngtèmps, mai que dins lei carbonieras de l'ubac, perqué an atacat de rasclar leis afloraments a l'epòca de la Tena. Fau dire a pauc près sèt cents ans avant J-C.

- E n’i a encara

- Ara n’i a encara de carbon, mai es un pauc mau-eisat per lo sortir, e puèi come siam dins un contèxte de mercat internacionau, e bensai es un pauc car, mai ne’n reparlarem un autre còp cu saup, bensai dins quauqueis annadas n’aurem encar besonh perqué n'en rèsta de carbon.

Quand lei Piemontés son arribats, perqué i’aviá fòrça Piemontés aicí, lei Piemontés son lei promiers que son arribats. E aprés son arribats lei Grècs, son arribats entre 1904 e 1909, mai fau dire que aicí lei gènts an poscut crompar de terras, e avián totei son morcèu, e l'esplecha provençala, en mai, aicí, dins lo canton èra mitat s'es pas lei tres quarts de carboniers païsans.

Aqui sian dins leis éuve, un endré que fa partido de la coumuno de Greasco, e es un vièi endré mounte l'aguè d'esplecho de carboun, fin qu'au siècle dès-e-nouven.

Après s'es tout acaba, a resta un pau quàuquei pous coume un pau plus luen lou pous dóu tubet, qu’a arresta à la debuto dóu siècle vinten, pas mai, après tout acò es esta acaba.

Aqui sian proche un endré que rèsto plus qu'uno chaminèio d’uno anciano machino à vapour que servissié pèr sourti lou carboun d'un pous, aqui, que l’avié un pous dre perqué, avans lei pous dre l’avié lei descendarié que descendien à quaranto-tres degré, dins la veno de carboun.

Lei gènt an travaia mai fau dire que l’auroun de la carbouniero de Prouvènço a pas esta lou meme que dins l'uba.

A l'uba an pas travaia coume nautre. Eici an travaia long-tèms, long-tèms, mai que dins lei carbouniero de l'uba, perqué an ataca de rascla leis aflouramen à l'epoco de la Teno. Fau dire à pau près sèt cènts an avans J-C.

- E n’i’a encaro ?

- Aro n’i’a encaro de carboun, mai es un pau mau-eisa pèr lou sourti, e puèi coumo sian dins un countèste de marcat internaciounau, e bessai es un pau car, mai n'en reparlaren bessai un autre cop, qu saup, bessai dins quàuqueis annado n’auren enca besoun perqué n'en rèsto de carboun.

Quand lei Piemountés soun arriba, perqué i’avié fouaço Piemountés eici, lei Piemountés soun lei proumié que soun arriba pièi après soun arriba lei Grè, soun arriba entre 1904 e 1909, mai fau dire que eici lei gènt an pouscu croumpa de terro, e avien tóutei soun moussèu, e l'esplecho prouvençalo, en mai, eici, dins lou cantoun èro mita s'es pas lei tres quart de carbounié païsan.


Ici, nous sommes dans les chênes verts, un endroit qui fait partie de la commune de Gréasque. C’est un endroit ancien où l’on a exploité le charbon jusqu’au XIXème siècle. Après tout s’est arrêté. Il restait bien quelques puits comme un peu plus loin le puits du « Tubet » qui s’est arrêté au début du XXIème siècle mais après, tout a été arrêté.

Ici nous sommes près d’un endroit où il ne reste plus qu’une cheminée d’une machine à vapeur qui servait à sortir le charbon du puits, un puits droit parce qu’avant les puits droits, il y avait des descenderies qui descendaient à 43 degrés dans la veine de charbon.

Les gens ont travaillé mais il faut dire que le destin des mines de Provence n’a pas été le même que dans le nord

Dans le nord, ils n’ont pas travaillé comme nous. Ici, on a travaillé longtemps, plus longtemps que dans les mines du nord parce qu’on a commencé à racler les affleurements à l’époque de la Tène. Il faut dire à peu près 700 ans avant J-C.

- Et il y en a encore ?

- Il y a encore du charbon mais c’est un peu difficile pour le sortir et comme nous sommes dans un contexte de marché international, c’est peut être un peu cher mais on en reparlera une autre fois, qui sait, peut-être dans quelques années en aurons-nous encore besoin parce qu’il en reste, du charbon !

Quand les Piémontais sont arrivés – parce qu’il y avait beaucoup de Piémontais ici – Les Piémontais sont les premiers qui sont arrivés.

Après, les Grecs sont arrivés, entre 1904 et 1909 mais il faut dire qu’ici, les gens ont pu acheter des terres, ils possédaient tous leurs morceaux avec la mine en plus. Ici c’était pour moitié pour ne pas dire trois quarts des mineurs paysans.

Dialecte maritime
Prénom Nom : Christian RINAUDO
Année de naissance :
Profession : Ingénieur retraité des houillères de Provence
Parcours : Fils de mineur-paysan d’origine italienne, il a travaillé aux mines de Gardanne comme ingénieur jusqu’à leur fermeture.
Entretien de : Jean-Pierre Belmon
Date de collectage : 2017-03-08
Lieu : Gréasque
Centre d'Etudes de la parole d'Oc - 8 bis, avenue Jules FERRY - 13100 AIX EN PROVENCE - Tél : 04.42.93.45.12 - Email : cepdoc@free.fr - mentions légales