CEPD'OC

Centre d'Etudes de la Parole D'OC

04 - Claude BARSOTTI :  Le calen – les trobaires marselhès – Le journalisme – mesclum – l’écriture
Fau dire una cava, èra la generalitat a Marselha. Ieu vieu mon cas ! Contrarament a çò que si ditz, lei fremas trabalhavan. L’òme e la frema, perqué senon, i’arribavan pas. A jónher lei dos bots. Aquò vòu dire que lei pichòts èran relativament libres dins la carriera. Libres perqué ? Libres perqué d’abòrd aviás pas la circulacien d’autò qu’as ara. Mi sovèni, au Baloard Nacionau onte restavi - pas luenh de Carle Camprós qu’èra a la carriera Clovis Hugues a la Bèla de Mai – aquí per exemple lo ser, l’estiu tot lo monde descendiá la cadiera e lei gènts charravan. L’aviá pas la televisien. L’aviá pas tot aquò. L’aviá la radiò, es tot. La radiò que, diguem, èra escotada subre tot per leis infòs. 

E aquí lei nistons descendián, jogavan entre elei e tant partián, sensa que lei maires se n’avisèsson, a dos kilomètres d’aquí. Per exemple dau Baloard Nacionau montavan au cementèri vièlh.onte li a ara l’universitat de Provènça. Aquò èra de terrens vagues. De terrens onte podiás jogar e li èra enca de tombas me ramenti. Parli deis annadas 40-50. Ieu èri nistonet e fasiáu coma aquò. Anaviam dins lei vièlhs esgóts, lei vièlhs cadaraus onte auriam poscut se perdre.dedins. E tot lo monde s’en sortiá. E aquí fasiam çò que si sonava lo « bahú »Volent a dire la banda de la Bèla de Mai ò dau Baloard Nacionau contra aquela de la Vileta. Si mandaviam de pèiras . Jamai degun es estat nafrat, èn ! 
Fau dire uno cavo, èro la generalita à Marsiho, iéu, viéu moun cas, countraramen à ço que si dis, lei fremo travaiavon, l’ome e la fremo perqué senoun, i’arribavon pas, à jougne lei dous bout. Acò vòu dire que lei pichot èron relativamen libre dins la carriero, libre perqué d’abord aviés pas la circulacien d’autò qu’as aro. Mi souveni iéu, au balouard naciounau ounte restàvi – pas luen de Carle Camproux qu’èro à la carriero Clovis Hugues à la Bello de Mai – aqui pèr eisèmple, lou ser l’estiéu tout lou mounde descendié la cadiero e lei gènt charravon. L’avié pas la televisien. L’avié pas tout acò. L’avié la radiò es tout. La radiò que, diguen, èro escoutado subre tout pèr leis infò. 

E aqui lei nistoun descendien, jougavon entre élei e tant partien sènso que lei maire se n’avisèsson à dous kiloumètre d’aqui. Pèr eisèmple dóu balouard naciounau, mountavon au cementèri vièi ounte i’a aro l’universita de Prouvènço. Acò èro de terren vague. De terren ounte poudiés jouga e li’èro encaro de toumbo me raménti. Pàrli deis annado 40-50. Iéu èri nistounet e fasiéu coumo acò. Anaviam dins lei vièis esgout, lei vièi cadarau ounte aurian pouscu se perdre dedins. E tout lou mounde s’en sourtié. E aqui fasian ço que si sounavo lou « bahu »voulènt à dire la bando dóu Balouard Naciounau countro aquelo de la Vileto. Si mandavian de pèiro. Jamai degun es esta nafra, èn !
Il faut dire une chose, c’était  la généralité à Marseille. Je vois mon cas ! Contrairement à ce qui se dit, les femmes travaillaient. L’homme et la femme parce que sinon, ils n’arrivaient pas à joindre les deux bouts. Cela veut dire que les enfants étaient relativement libres dans la rue. Libres pourquoi ? Libres d’abord parce qu’il n’y avait pas la circulation automobile qu’il y a aujourd’hui. Je me souviens du boulevard National où j’habitais – pas loin de Charles Camproux qui était à la rue Clovis Hugues à la Belle de Mai - Là par exemple, les soirs d’été, tout le monde descendait sa chaise et les gens parlaient. Il n’y avait pas la télévision, il n’y avait pas tout ça. Il y avait la radio, c’est tout. La radio qui, disons-le, était écoutée surtout pour les infos. 

Et là les enfants descendaient, jouaient entre eux et autant, ils partaient à deux kilomètres de là sans que leurs mères ne s’en rendent compte. .Par exemple, depuis le boulevard National, ils montaient au vieux cimetière où il y a maintenant l’Université de Provence. C’était des terrains vagues. Des terrains où tu pouvais jouer. Je me rappelle qu’il y avait encore des tombes. Je parle des années 40-50. J’étais petit et je faisais ainsi. Nous allions dans les anciens égouts, les vieux tombeaux où nous aurions pu nous perdre. .Et tout le monde en ressortait. Et là, nous faisions ce que nous appelions le « bahu ». C'est-à-dire la bande de la Belle de Mai ou du Boulevard National contre celle de la Villette. On se lançait des pierres. Jamais personne n’a été blessé.
Dialecte marseillais
Prénom Nom : Claude BARSOTTI
Année de naissance : 1934
Profession : Retraité de la marine puis journaliste
Parcours :
Après avoir navigué, Claude Barsotti s’est occupé de Mesclun, la page en occitan du journal La Marseillaise. Membre du « Calen » de Marseille, auteur de plusieurs romans (La terra deis autrei, Lo proscrich de la Mitija..), il est une figure emblématique du mouvement occitan.

Entretien de : Thierry Offre et Jean Pierre Belmon
Date de collectage : 2017-03-08
Lieu : Marseille St Loup
Centre d'Etudes de la parole d'Oc - 8 bis, avenue Jules FERRY - 13100 AIX EN PROVENCE - Tél : 04.42.93.45.12 - Email : cepdoc@free.fr - mentions légales