CEPD'OC

Centre d'Etudes de la Parole D'OC

07 - Lucien DURAND :  Mistral et Maillane.

Pasqué bòn, siáu de Malhana e a Malhana i a totjorn agut un movament, au mens per lo 25 de març, per lei fèstas de Mistral. Bòn ! Reçaupiam fòrça chatas coifadas en arlatenca, tot aquò es de movaments. Disiam : « i a fòrça grands capèus » tanben. E i aguèt... Per lo 25 de març fasiam l’après-dinnar una Felibrejada, me rapèle. Pasqué lei Malhanencs èran pas tròp, anavan pas tròp a la messa ni ren, mai per la Felibrejada, anavan quand meme escotar un pauc parlar provençau e ma maire me menava a la felibrejada. Ère joinet a l’epòca, aquò me marquèt. 

E puèi après, bòn, me rendeguère còmpte que per lei fèstas de Mistral i aviá quand meme de tamborinaires. Alòr, n’i aviá quauqueis uns de Malhana, puèi ne’n veniá de Sant-Romieg, n’en vesiáu un pauc d’alentorn. Aquí ai agut l’ur qu’un Malhanenc me diguèt : « Se voliás aprene lo galobet tamborin, me n’en cargariáu ». Profitère. Èra Artaud que signava Francés Mamai, n’avètz totei entendut parlar de segur a son epòca. Es coma aquò que comencère a jogar dau tamborin. 

E puèi après, partits d’aqui avèm montat una societat de tamborinaires, aviam remontat « lei Cardelins ». Aquí m’espandirai pas tròp, mai sabètz coma es dins lei vilatges, i’a de moments que i a de causas que…e i aguèt una scission fin finala, e reprenguère la direccion d’una autra associacion…tot aquò ambé de joines qu’aviáu format. De joines que venián au mas ailabàs, arribavan quand ieu arribave de trabalhar, davalave dau tractor e montaviam aprendre a jogar. Avèm montat la « Masseto maianenco »

Pasqué bon, siéu de Maiano e à Maiano i’a toujour agu un mouvamen, au mens pèr lou 25 de mars, pèr li festo de Mistral. Bon ! Reçaupian forço chato couifado en arlatenco, tout acò es de mouvamen. Disian : « i’a forço grand capèu » tambèn. E i’aguè... Pèr lou 25 de mars fasian l’après-dina uno Felibrejado, me rapelle. Pasqué li Maianen èron pas trop, anavon pas trop à la messo ni rèn, mai pèr la Felibrejado, anavon quand meme escouta un pau parla prouvençau e ma maire me menavo à la felibrejado. Ère jouinet à l’epoco, acò me marquè. 

E pièi après, bon, me rendiguère compte que pèr li festo de Mistral i’avié quand meme de tambourinaire. Alor n’i avié quàuquis un de Maiano, pièi n’en venié de Sant-Roumié, n’en vesiéu un pau d’alentour. Aqui ai agu l’ur qu’un Maianen me diguè : « Se vouliés aprene lou galoubet tambourin, me n’en cargariéu ». Proufitère. Èro Artaud que signavo Francés Mamai, n’avès tóuti entendu parla de segur à soun epoco. Es coume acò que coumencère à jouga dóu tambourin. 

E pièi après, parti d’aqui avèn mounta uno soucieta de tambourinaire, avian remounta « li Cardelin ». Aqui m’espandirai pas trop, mai sabès coume es dins li vilage, i’a de moumen que i’a de causo que…e i’aguè uno scissioun fin finalo, e reprenguère la direicioun d’uno autro assouciacioun…tout acò amé de jouine qu’aviéu fourma. De jouine que venien au mas eilabas, arribavon quand iéu arribave de travaia, davalave dóu tratour e mountavian aprendre à jouga. Avèn mounta la « Masseto maianenco »

Parce que, bon, je suis de Maillane et à Maillane il y a toujours eu un mouvement, au moins pour le 25 mars les fêtes de Mistral. Bon ! Nous recevions de nombreuses filles coiffées en arlésiennes, tout ça faisait du mouvement. Nous disions : « Il y a beaucoup de grands chapeaux ».L’après-midi du 25 mars, il y avait une Félibrée. Car les Maillanais, s’ils n’allaient pas trop à la messe, pour la félibrée, ils venaient tout de même écouter un peu parler provençal. Ma mère me conduisait à la Félibrée. J’étais petit à l’époque mais cela me marqua.

Puis je me rendis compte que pour les fêtes mistraliennes, il y avait des tambourinaires. Il y en avait quelques uns de Maillane, puis il en venait de Saint Rémy et j’en voyais un peu des alentours. C’est là que j’ai eu la chance qu’un Maillanais me dise : « Si tu voulais apprendre le galoubet-tambourin, je m’en chargerais ». J’en profitai. C’était Artaud qui signait « Francés Mamaï», vous en avez tous entendu parler à l’époque. C’est comme cela que je commençais à jouer du tambourin.

Et après, en partant de là, nous avons monté une société de tambourinaires, « Li Cardelin ». Je ne m’étendrai pas, mais vous savez comment cela se passe dans les villages, à des moments il y a des choses…bon. Finalement il y eut une scission et j’ai repris la direction d’une autre association…tout ça avec des jeunes que j’avais formés. Des jeunes qui venaient jusqu’au mas. Ils arrivaient lorsque je rentrais du travail, je descendais du tracteur et nous montions pour apprendre à jouer. Nous avons monté la « Masseto maianenco »

Le parler de Mistral. Rhôdanien avec les finales de la première personne en e.
Prénom Nom : Lucien DURAND
Année de naissance : -
Profession : Marchand de biens à la retraite
Parcours :
Agriculteur à Maillane puis ouvrier à Martigues, il se lance dans l’immobilier au moment de la création du complexe de Fos. Installé aux Martigues, c’est le fondateur de la Capouliero. Majoral du Félibrige.

Entretien de : Jean Pierre BELMON
Date de collectage : 2017-03-08
Lieu : Maillane
Centre d'Etudes de la parole d'Oc - 8 bis, avenue Jules FERRY - 13100 AIX EN PROVENCE - Tél : 04.42.93.45.12 - Email : cepdoc@free.fr - mentions légales