CEPD'OC

Centre d'Etudes de la Parole D'OC

40 - Mado Gilles :  Mado Gilles a toujours pensé qu’elle ne comprenait rien, qu’elle était un « âne »… jusqu’à la mort de son mari ! Aujourd’hui elle fait de la peinture et compose des poèmes. « Òme mòrt, capèu nòu. »
- Ai totjorn dich qu’èri un ai. Meme ai fach de tableaux e m’aver fach coma tu, interrojat, après m’a fach un : « Madò ditz qu’es un ai. Mais es una ama… » coma si ditz ?... fòrça bèu ! Totjorn… Non, Siáu un ai perqué siáu anat a l’escòla mais l’a ren que rintrava e l’a ren que sortiá. Vès ! çò que fa que… per ieu èri pas degordida, mai après èri degordida per tot faire, per anar a la campanha, per lo polalhier, tot çò que vòs, anar netejar lei bèstias. Aviáu totjorn l’ideia de faire ’quò, ’quò, ’quò, mai pas, pas… sabiáu pas… Siáu maridada, mai avans de mi maridar anavi en jornada, faire… aidar lei gènts per tot, autant per la vinha, coma per lei cebas, lei garròtas, lei… Quand fasiá freg, ti dieu pas çò qu’ai agantat coma angeluras au pè ; e faliá pas fòrça si plànher, eh ! Faliá… Quand… Nos pagavan pas fòrça, e tot çò que nos donavan, lo donavi a ma maire, ben segur. Se mi donavan un pichon sou, lo donavi aussi, eh ! Perqué a l’ostau mancaviam de ren, mai… èra pas… ragost coma totei lei païsans, mais tuiam lo pòrc, e que… mei frèras fasián lei… tot çò que fau, ’quita… una jornada formidabla aquò.
- E tot lo monde parlava provençau ?
- Avián pas lo drech, a aquela epòca, perqué nos parents sabián pas fòrça parlar français, donc, l’ai comprés tard après, perqué i a… vaquí perqué nos defendián de parlar provençau, per que nos parlem… poguèsse… parlar français, escriure lo français, que sabiam pas. Perqué avans, dins un temps, èra tot en provençau. Veniá lo mètge a la maison, parlava provençau, coumprenes. Alor, nautre, arriviam pas a… Siam anats a l’escòla, m’as coumprés, faliá parlar français aussi. Puèi, coma ieu siáu anat a la pichòta escòla, que l’aviá una suer que nos gardava e que mei parents abitavan la rue, coma fau dire ’quita ?
- La carriera.
-La carriera monte passavan. De còps mi laissavan a l’ospice, que disián l’ospice avans, e la suer après mi menava. Aviam totjorn un pichon panier monte aviá un tròç de pain, un morcèu de chocolat, e puèi un uòu. E la suer nos fasiá coire l’uòu, e puèi nos fasiá una petita sopeta, quand meme, ò de letras, ò de… Çò que fa que passava coma ’quò. E quand siáu rintrada a l’escòla, ai fòrça sofrit. Perqué ? Perqué sabiáu pas tròp parlar, aviáu crenta. La mestressa me… se portaves de qué, de garròtas, de ci-de la… Mai anavi en jornada. Nautres, lo pauc que fasiam, èra per nautres. Mais, se portaves quauqua ren a la mestressa ères ben vista. En plus que siágue ieu un pauc… vòli pas dire couillon mais presque ; « ai ». E ben, ti metiá au fons e demerda-ti !
- Qué se passava quand un pichon parlava provençau a l’escòla ?
- Oh ! Li picavan sus lei dets. Faliá, fauguèt pas que parlèri. N’a que… Surtot a Molin redon parlavan fòrça, fòrça provençau, mai qu’ara. E, pecaire… E sovent ploravan, eh ! Sabián pas parlar français, alòr parlar français, parles français…
- Ai toujour di qu’èri un ai. Meme ai fa de tableaux e m’avé fa coumo tu, interrouja, après m’a fa un : « Madò dis qu’es un ai. Mais es uno amo… » coumo si dis ?... fouoço bèu ! Toujou… Noun, siéu un ai perqué siéu ana à l’escolo mais l’a rèn que rintravo e l’a rèn que sortié. Vès ! ce que fa que… pèr iéu èri pas degourdido, mai après èri degourdido pèr tout faire, pèr ana à la campagno, pèr lou poulaié, tout ce que vouos, ana neteja lei bèsti. Aviéu toujour l’ideio de faire ‘cò, ‘cò, ‘cò, mai pas, pas… sabiéu pas… Siéu maridado, mai avans de mi marida anàvi en jornado, faire…, eida lei gènt pèr tout, autant pèr la vigno, coumo pèr lei cebo, lei garroto, lei… Quand fahié fre, ti diéu pas ce qu’ai aganta coumo angeluro au pèd ; e foulié pas fouoço si plagne, eh ! Foulié… Quand…. Nous pagavon pas fouoço, e tout ce que nous dounavon, lou dounàvi à ma maire, bèn segu. Se mi dounavon un pichoun sou, lou dounàvi aussi, eh ! Perqué à l’oustau mancavian de rèn, mai…èro pas… ragout coumo tóutei lei peïsan, mais  tuian lou pouorc, e que… mei frèro fahian lei… tout ço que fau, ’quito…uno jornado formidablo acò.
- E tout lou mounde parlavo prouvençau ?
- Avien pas lou dre, à aquelo epoco, perqué nos parènt sabion pas fouoço parla français, dounc, l’ai coumprés tard après, perqué i’a… vaqui perqué nous defendian de parla prouvençau, per que nous parlen… pouguèsse… parla français, escriéure lou français, que sabian pas. Perqué avans, dins un tèms, èro tout en prouvençau. Venié lou mège à la maison, parlavo prouvençau, coumprenes. Alor nautre, arriviam pas à… Sian ana à l’escolo, mai à l’escolo, m’as coumprés, foulié parla français aussi. Puèi, coumo iéu siéu ana à la pichoto escolo, que l’avié uno suer que nous gardavo e que mei parènt abitavon la rue, coumo fau dire ’quito ?
- La carriero.
- La carriero mounte passavon. De cop mi leissavon à l’ospice, que dihien l’ospice avans, e la suer après mi menavo. Avien toujour un pichoun panié mounte avié un tros de pain, un moucèu de chocolat, e puèi un uòu. E la suer nous fahié coueire l’uòu,  e puèi nous fahié uno petito soupeto, quand meme, o de letro, o de… Ce que fa que passavo coumo ’cò. E quand siéu rintrado à l’escolo, ai fouoço soufri. Perqué ? Perqué sabiéu pas tròup parla, aviéu crento. La mestresso me… se pourtaves de qué, de garroto, de ci-de la… Mai iéu anàvi en jornado. Nautre, lou pau que fahien, èro pèr nautre. Mais, se pourtaves quaucarèn à la mestresso ères bèn visto. En plus que siegue iéu un pau… vòli pas dire couillon mais presque ;  « ai ». E bè, ti metié au fons e demerdo-ti !
- Qué se passavo quand un pichoun parlavo prouvençau à l’escolo ?
- Ouh ! Li picavon sus lei det. Falié, fauguè pas que parlèri. N’a que… Surtout à Moulin redoun parlavon fouoço, fouoço prouvençau, mai qu’aro. E pecaire… E souvènt plouravon, eh ! Sabien pas parla français, alor parla français, parles français…
J’ai toujours dit que j’étais un âne. J’ai même fait des tableaux et je me suis fait comme toi interroger, ensuite on a dit : « Mado dit qu’elle est un âne. Mais, c’est une âme… » comment dit-on ?… C’est très beau ! Toujours…Non, je suis un âne parce que je suis allée à l’école mais il n’y a rien qui rentrait et il n’y a rien qui sortait. Vois-tu ! ce qui fait que… Pour moi je n’étais pas dégourdie, mais après j’étais dégourdie pour tout faire, pour aller à la campagne, pour le poulailler, tout ce que tu veux, aller nettoyer les bêtes. J’avais toujours l’idée de faire ça, ça, ça, mais pas… je ne savais pas… Je suis mariée, mais avant de me marier j’allais à la journée, faire… aider les gens pour tout, autant pour la vigne, comme pour les oignons, les carottes, les… Quand il faisait froid, je ne te dis pas ce que j’ai attrapé comme engelures aux pieds ; et il ne fallait pas beaucoup se plaindre, eh ! Il fallait… Quand… On ne nous payait pas beaucoup, et tout ce que l’on nous donnait, je le donnais à ma mère, bien sûr. Si on me donnait un petit sou, je le donnais aussi, eh ! Parce qu’à la maison nous ne manquions de rien, mais… ce n’était pas… ragoût comme tous les paysans, mais nous tuions le cochon, et que… mes frères faisaient les… tout ce qu’il faut, là… C’était une journée formidable.
Et tout le monde parlait provençal ?
On n’avait pas le droit à cette époque, parce que nos parents ne savaient pas bien parler français, donc, je l’ai compris bien plus tard, parce qu’il y a… voilà pourquoi on nous défendait de parler provençal, pour que nous parlions… que l’on puisse… ( ?) parler français, écrire le français, car nous ne savions pas. Parce qu’avant, dans le temps, tout était en provençal. Le médecin venait à la maison, il parlait provençal, tu comprends. Alors, nous, nous n’arrivions pas à… Nous sommes allés à l’école, mais à l’école, tu m’as compris, il fallait parler français aussi. Puis, comme je suis allée à la petite école, il y avait une sœur qui nous gardait et mes parents habitaient la rue (en français dans le texte), comment faut-il dire là ?
La rue.
La rue où ils passaient. Parfois ils me laissaient à l’hospice, car on disait l’hospice avant, et la sœur ensuite nous emmenait. Nous avions toujours un petit panier où il y avait un morceau de pain, un morceau de chocolat, et puis un œuf. Et la sœur nous faisait cuire l’œuf, et puis elle nous faisait une petite soupe, quand même, ou des lettres, ou des… Ce qui fait que cela se passait comme ça. Et quand je suis rentrée à l’école, j’ai beaucoup souffert. Pourquoi ? Parce que je ne savais pas trop parler, j’avais honte. La maîtresse me… si tu apportais quelque chose, des carottes, ceci-cela… Mais moi j’allais à la journée. Nous, le peu que nous gagnions, c’était pour nous. Mais, si tu apportais quelque chose à la maîtresse tu étais bien vue. En plus que j’étais un peu… je ne veux pas dire couillon, mais presque ; âne. Et bien, elle te mettait au fond e démerde-toi !
Que se passait-il lorsqu’un enfant parlait provençal à l’école ?
Oh ! On lui tapait sur les doigts. Il ne fallait pas qu’il parle ( ?) Il y en a qui… Surtout à Moulin redon, on parlait beaucoup, beaucoup, provençal, plus qu’aujourd’hui. Et hélas… ils pleuraient souvent, eh ! Ils ne savaient pas parler français, alors parler français, tu parles français…

Le parler de Mado Gilles est celui d’Auriol, c’est du provençal maritime. On trouve les premières personnes des verbes en « i » (èri, dounavi, parlèri…), diéu/dieu pour dise, fa là où on a fai en rhodanien, les articles lei, dei, ei, les pronoms personnels mi, ti, si, la diphtongaison des « o » (vouos, fouoço, pouorc, coueire, la suer…), la chûte de certains [z] intervovaliques (fahien pour fasien/fasián, fahié pour fasié/fasiá), on entend un [o] prétonique là où le provençal en général, et l’ensemble de la langue d’oc d’ailleurs, réalise un [u] (sortié, jornado, ospice, au fons pour sourtié/sortiá, journado/jornada, ouspice/ospice, au founs/au fons).
On trouve aussi des formes atypiques de conjugaisons qui ne s’expliquent pas par le parler local (tuian/tuiam, arrivian/arriviam  pour tuavian/tuaviam, arrivavian/arrivaviam ; fahian, defendian pour fahien/fasián, defendian/defendián ; fahien pour fahian/fasiam. 
Prénom Nom : Mado Gilles
Année de naissance : 28 septembre 1929
Profession : Peintre et poète
Parcours :

Mado a été ouvrière agricole, puis employée à l’autoroute. Aujourd’hui elle peint et écrit des poèmes.


Entretien de : Marie-Françoise Lamotte
Date de collectage : 2017-10-11
Lieu : Auriol
Centre d'Etudes de la parole d'Oc - 8 bis, avenue Jules FERRY - 13100 AIX EN PROVENCE - Tél : 04.42.93.45.12 - Email : cepdoc@free.fr - mentions légales