CEPD'OC

Centre d'Etudes de la Parole D'OC

39 - Vendée provençale : 
Joseph Petit de Graveson explique pourquoi quelques villages du nord des Bouches du Rhône sont très marqués par le royalisme.

JMR : Josèp Petit, siam aicí a Graveson, siam a vòstre mas de Belaud ; e se siam venguts veire lo Gravesonenc, siam tanben venguts veire l’istorian. D’abòrd que Graveson se capita èstre dins la « Vendèia provençala ». Mai dequé vòu dire aquò, « la Vendèia provençala » ?

JP : Bèn, es un pauc per faire lo pendent ambé la Vendèia dei Chouans, ailà, la Vendée de Bretagne ò di Charentes, ailà. Es un ròde onte lei gènts avián lei memeis idèias. E segur es un pauc una rason politica que li fai donar aqueu nom. […]

JMR : Dau costat dau rèi.

JP : A ! totjorn. E dau costat legitimista. Èra pas dau costat orleanista, a l’epòca, a la debuta, après lei causas an ben chanjat. Eh ! lei causas. Tant que i a agut lo representant legitime de la royauté de droit divin coma se ditz, lo Còmte de Chambòrd, lei gènts li fasián allégeance. Mai puèi, quand moriguèt, bèn, passèt ais Orléans, e leis orleanistas avián totjorn la taca negra dau régicide que li penjava au nas, e a durat de tèmps pasque i a un molon de gènts aicí, subre tot dau costat protestant, qu’avián votat la mòrt dau rèi, de convencionaus, de deputats a l’Assemblada. Èran totjorn tenguts un pauc de costat, i aviá totjorn una fractura. N’i a que disián que veniá de mai pus aut encara, que veniá de la guerra de religions. Pòu arrivar que i’ague quauquei sequèlas dei guèrras de religions, mai aviá passat de tèmps entre la revocacion de l’Edit de Nantes de Loïs XIV enjusqu’a nòstreis ans, enjusqu’a la Revolucion i a quand meme un parèu de centenas d’annadas, e lei causas s’èran un pauc apasimadas. Mai es la Revolucion, la granda Revolucion de quatre vint-nòu qu’a trencat, qu’a fach dos partits, lei roges ambé lei blancs. Es estat ansin. E coma Gravesonencs, Graveson, Malhana, Barbentana, tout aqueu costat d’Avinhon, lei pròches d’Avinhon e d’Arle, son restats dau costat dei legitimistas. […] E puèi, a cha pauc s’es abolit, s’es avanit, a disparegut.

JMR : Pasmens la garroia entre legitimistas e orleanistas a benlèu durat pron de tèmps. Me siáu laissat dire qu’a Ronhonàs, per exemple, i aviá doas carretas.

JP : E tanben a Graveson, i a agut un passatge que i aviá doas carretas. Mai aquò tèn puslèu a la politica locala. Quand lo mèra, lei mèras de la Republica son arrivats au poder, per lo sistèma dau seccionament dei burèus de vòtes, i a agut doas carretas, i a agut doas tendéncias, lei roges avián pres Sant Alòi e lei blancs fasián Sant Ròc. Aquò a durat, e a Ronhonàs es encara ansin ; enfin sot tota resèrva. A Castèu-Reinard, es puslèu lei roges mai, la Magdalena e tot aquò. S’es copat en dos. Es de rasons politicas qu’an fach aquò. Es la politica, es pas l’économie. […] Enjusqu’ara, ara lei causas an chanjat.

JMR : Parlem pas d’ara. Mai i a encara quauqueis annadas…

JP : Enjusca dins leis annadas quaranta, l’après-guèrra de 40. Aquí dins leis annadas cinquanta, es la disparicion dei païsans, e la disparicion, fau dire aussi, dau catolicisme, qu’a fòrça demenit, tot aquò a fòrça chanjat la dòna. […] I aviá de pichòts mesilhons, i a de mesilhons que son restats de gaucha. Mai son restats de gaucha, mai s’esplica. Nòvas, i a una fòrta immigracion, a la debuta dau siècle vinten, i a agut una fòrta immigracion d’italiens, que soun venguts, de gènts que partián dau fascisme, qu’an aduch un pau d’idèias un pauc mai de gaucha. De ròdes coma dins leis Aupilhas, alòr aquò se compren, pasque lei montanhas, meme leis Aupilhas es totjorn un ròde onte lei gènts son pas tan vists, se pòdon escondre. I a agut de protestants, i a agut de mesilhons de protestants, a Moriés, Maussana, tot lo versant de bas deis Aupilhas, èra un pauc protestant. D’abòrd i aviá de temples. I aviá… Aicí, n’i aviá ges, a Graveson, Malhana, Barbentana, èra fòrça catolique. De l’autre costat, ailà, dau costat deis Aupilhas dau bas, I aviá de temples Moriés, Maussana, e tot aquò, e meme benlèu a Sant Romieg, me rapèle pas se n’i aviá un. […] Mai enfin leis Aupilhas an totjorn estat un noyau, coma se ditz, un mesilhons de resisténcia. Enjusqu’a Jean Moulin, a perdurat, s’escondon. […] Se n’es passat, se racònta pas tot dins lei libres d’histoire, tot aquò s’edulcòra, coma se ditz, mai la realitat, n’i a de molons que i an laissat la tèsta. A Graveson i a agut benlèu una trentena de décapités. Aquò se saup pas, mai n’i a agut. A Marselha, ò a Aurenja, ò dins Graveson, que leis an tuat, i a agut de massacres, n’i a agut de causas. Aquò s’es tapat.

JMR : Dau tèmps de la Revolucion ?

JP : Ah, òc !

JMR : E puèi dins la terror blanca i a agut…

JP : I a agut lo revirament. Coma totjorn, i a lo posc e lo resposc, e lo balancier. La terreur blanche i a agut de l’autre costat, an fa lei massacres de Tarascon, la preson de Tarascon, lei massacres dau Fòrt Sant-Joan a Marselha, se n’es tuat mai de molons. Tot aquò fasián ges… fasián pas tròp de sentiment. Òc, crese qu’es aquò la granda fractura. Es pas la fractura sociala, aquò, es la fractura politica. Pasque meme dins lei memei familhas se fasián copar la tèsta, entre cosins ò entre frèras, meme, pòu arrivar. Ah, òc ! es esta terribla la Revolucion.

JMR : Per seis idèias ?

JP : Per seis idèias ! Alòr, benlèu per seis interès, fau dire aussi. Aquò… Mai lo mai es leis idèias, l’idéologie. L’idéologie poussée à l’extrème, coma se diz en francés. Lei gènts s’encanhavan, s’enverinavan, venián niais. I a que de relegir, as que de relegir lei Memòri e raconte de Mistral. Encara, lo renja ben, Mistral, ditz pas tot. Mai es estat terrible, terrible. […] Quand lo Còmte de Chambòrd es mòrt, ai encara lei portraits, ambé totei lei bustes, e tot aquò. Mai èra un culte aquò. Lei gènts… I aviá un culte per la légitimité, per lo rèi. Pas totei ; segur, pas totei… mai la majoritat dei gènts èra d’aqueu costat.

JMR : L’estacament au rèi e l’estacament a la religion.

JP : Lei dos. Anava ensèms, anava ensèms. Tant que i a agut lo legitimisme. Lo legitimisme èra puslèu l’ordre moral, tot aquò. Èra puslèu costat religiós. Puèi, la religion teniá un grand ròle. Eriam pròche d’Avinhon, nosautres, e d’Arle, de grandei vilas catolicas, ambé de processions ; lei manifestacions, coma se ditz, romaines, lo culte romain, lo rite èra quauqua ren d’extraordinari. […] Lo mai que i a agut es quand lo Papa, Léon XIII a fach lo raliment, qu’a fach publicar per… coma li disiás ? a Monseigneur, lo barbut, de l’Argeria, coma es que li disián ? Lavigerie. Lo cardinau Lavigerie, quand faguèt lo toast republican a Argier ; colhon, lei gènts comprenián plus ren. E òc, pardí, an dich : Mai coma es aquò, ara fau acceptar la Republica ? Ara qu’avèm tot fach. Pasque n’i a de molons, coma ieu, coma d’autres, que sei grands, que son rèire-grand, i an laissat la vida. I a agut de martirs dins Graveson, n’i a dos que son estats beatifiats, lei frèras Raoux, que soun estats decapitats a París. N’i a agut de troubles ambé de chanjaments. E ben, quand i aguèt lo raliments, bota ! i son anats de reculon. […]

JMR : Mai coma fasián lei gravesonencs per festejar la fèsta nacionala ?

JP : Ah ! ben, la fasián pas de gaité de cœur coma t’ai dich. D’abòrd la velha de la fèsta nacionala, lo 13 de julhet, èra la sant Enric. Alòr, festejavan, la drecha, lei legitimistas ò leis orleanistas, festejavan sant Enric, lo rèi, lo prétendant, e lo lendeman, lo 14 de julhet lei roges fasián sa fèsta. Alòr lo mai que i aviá es que faliá sonar lei campanas, per festejar lo 14 de julhet ò sant Enric. Alòr se disputavan lo clochier. Èra Cloche Merle. Mai d’aqueu temps auriá pas faugut dire ’quò. […] Chascun avián sei petoliers e chascun tirava lo cabedèu de son costat.

JMR : Jóusè Petit, sian eici à Gravesoun, sian à voste mas de Belaud ; e se sian vengu vèire lou Gravesounen, sian tambèn vengu vèire l’istourian. D’abord que Gravesoun se capito èstre dins la « Vendèio Prouvençalo ». Mai dequé vòu dire acò, la « Vendèio prouvençalo » ?

JP : Bè, es un pau pèr faire lou pendènt amé la Vendèio di Chouans, eila, la Vendée de Bretagne o di Charentes, eila. Es un rode mounte li gènt avien li múmis idèio. E segur, es un pau uno resoun poulitico que ié fai douna aquéu noum. […]

JMR : Dóu coustat dóu rèi.

JP : Ah ! toujour. E dóu coustat legitimisto. Èro pas dóu coustat ourleanisto, à l’epoco, à la debuto, après li causo an bèn chanja. Eh ! li causo. Tant que i’a agu lou representènt legitime de la royauté de droit divin coume se dis, lou Comte de Chambord, li gènt ié fasien allégeance. Mai pièi, quand mouriguè, bè, passè is Orléans, e lis Ourleanisto avien toujour la taco negro dóu regicide que ié penjavo au nas, e a dura de tèms pasque i’a un mouloun de gènt eici, subre tout dóu coustat proutestant, qu’avien vouta la mort dóu rèi, de counvenciounau o de deputa de l’Assemblado. Èron toujour tengu un pau de coustat, i’avié toujour uno fraturo. N’i’a que disien que venié de mai pus aut encaro, que venié de la guerro de religioun. Pòu arriva que i’ague quàuqui sequello di guerro de religioun, mai avié passa de tèms entre la revoucacioun de l’Edit de Nantes de Louis XIV enjusqu’à nòstis an, enjusqu’à la Revoulucioun i’a agu quand mume un parèu de centeno d’annado, e li causo s’èron un pau apasimado. Mai ei la Revoulucioun, la grando Revoulucioun de quatre vint-nòu qu’a trenca, qu’a fa dous partit, li rouge amé li blanc. Es esta ansin. E coume Gravesounen, Gravesoun, Maiano, Barbentano, tout aquéu coustat d’Avignoun, li proche d’Avignoun e d’Arle, soun resta dóu coustat di legitimisto. […] E pièi, à cha pau s’èi abouli, s’èi avani, a dispareigu.

JMR : Pamens la garrouio entre legitimisto e Ourleanisto a belèu dura proun de tèms. Me siéu leissa dire qu’à Rougnouna, pèr eisèmple, i’avié dos carreto.

JP : E tambèn eici à Gravesoun, i’a agu un passage que i’avié dos carreto. Mai acò tèn pulèu à la poulitico loucalo. Quand lou mèro, li mèro de la Republico soun arriva au poudé, pèr lou sistèmo dóu seiciounamen di burèu de vote, i’a agu dos carreto, i’a agu dos tendènci, li rouge avien pres Sant Aloi e li blanc fasien Sant Ro. Acò a dura e à Rougnouna es encaro ansin ; enfin, sout touto reservo. À Castèu-Reinard, ei pulèu li rouge mai, la Madaleno e tout acò. S’ei coupa en dous. Ei de resoun poulitico qu’an fa acò. Ei la poulitico, ei pas l’économie. […] Enjusqu’aro, aro li causo an chanja.

JMR : Parlen pas d’aro. Mai i’a encaro quàuquis annado…

JP : Enjusco dins lis annado quaranto, l’après-guerro de 40. Aqui dins lis annado cinquanto, ei la disparicioun di païsan, e la dispareicioun, fau dire, aussi, dóu catoulicisme, qu’a forço demeni, tout acò a forço chanja la dono. […] I’avié de pichot meseioun, i’a de meseioun que soun resta de gaucho. Mai soun resta de gaucho, mai s’esplico. Novo, i’a uno forto imigracioun, à la debuto dóu siècle vinten, i’a agu uno forto imigracioun d’Italiens, que soun vengu, de gènt que partien dóu fascisme, qu’an adu un pau d’idèio un pau mai de gaucho. De rode coume dins lis Aupiho, alor acò se coumpren, pasque li mountagno, mume lis Aupiho es toujour un rode mounte li gènt soun pas tant vist, se podon escoundre. I’a agu de proutestant, i’a agu de meseioun de proutestant, à Mouriés, Maussano, tout lou versant de bas dis Aupiho, èro un pau proutestant. D’abord i’avié de temple. I’avié… Eici, n’i’avié ges à Gravesoun, Maiano, Barbentano, èro forço catoulique. De l’autre coustat, eila, dóu coustat dis Aupiho dóu bas, i’avié de temples. Mouriés, Maussano, e tout acò, e mume belèu à Sant Roumié, me rapèle pas se n’i’avié un. […] Mai enfin, lis Aupiho an toujour esta un noyau, coume se dis, un meseioun de resistènço. Enjusqu’à Jean Moulin, a perdura, s’escoundon. […] Se n’èi passa, se raconto pas tout dins li libre d’histoire, tout acò s’edulcoro, coume se dis, mai la realita, n’i’a de mouloun que i’an leissa la tèsto. À Gravesoun i’a agu belèu uno trenteno de décapités. Acò se saup pas, mai n’i’a agu. À Marsiho, o à Aurenjo, o dins Gravesoun, que lis an tua, i’a agu de massacre, n’i’a agu de causo. Acò s’ei tapa.

JMR : Dóu tèms de la Revoulucioun ?

JP : Ah, o !

JMR : E pièi dins la terrour blanco i’a agu…

JP : I’a agu lou reviramen. Coume toujour, i’a lou pousc e lou respousc, e lou balancié. La terreur blanche i’a agu de l’autre coustat, an fa li massacre de Tarascoun, la presoun de Tarascoun, li massacre dóu Fort Sant-Jan à Marsiho, se n’èi tua mai de mouloun. Tout acò fasien ges… fasien pas trop de sentimen. O, crese qu’es acò la grando fraturo. Es pas la fraturo soucialo, acò, ei la fraturo poulitico. Pasqué mume dins li múmi famiho se fasien coupa la tèsto, entre cousin o entre frèro, mume, pòu arriva. Ah, o ! es esta terriblo la Revoulucioun.

JMR : Pèr sis idèio ?

JP : Pèr sis idèio ! Alor, belèu pèr sis interès, fau dire aussi. Acò… Mai lou mai es lis idèio, l’idéologie. L’idéologie poussée à l’extrème, coume se dis en francés. Li gènt s’encagnavon, s’enverinavon, venien niais. I’a que de relegi, as que de relegi li Memòri e raconte de Mistra. Encaro, lou renjo bèn, Mistral, dis pas tout. Mai es esta terrible, terrible. […] Quand lou Comte de Chambord ei mort, ai encaro li portraits, emé tóuti li buste, e tout acò. Mai èro un culte acò. Li gènt… I’avié un culte pèr légitimité, pèr lou rèi. Pas tóuti ; segur, pas tóuti… mai la majourita di gènt èro d’aquéu coustat. 

JMR : L’estacamen au rèi e l’estacamen à la religioun.

JP : Li dous. Anavo ensèn, anavo ensèn. Tant que i’a agu lou legitimisme. Lou legitimisme èro pulèu l’ordre moral, tout acò. Èro pulèu coustat religious. Pièi, la religioun tenié un grand role. Erian proche d’Avignoun, nous-autre, e d’Arle, de gràndi vilo catoulico, amé de proucessioun ; li manifestacioun, coume se dis, romaines, lou culte romain, lou rite èro quauco rèn d’estra-ourdinàri. […] Lou mai que i’a agu ei quand lou Papo, Léon XIII a fa lou ralimen, qu’a fa publica pèr… coume ié disiés ? à Monseigneur, lou barbut, aquéu de l’Argerìo, coume èi que ié disien ? Lavigerie. Lou cardinau Lavigerie, quand faguè lou toast republican à Argié ; couioun, li gènt coumprenien plus rèn. E o, pardi, an di : Mai coume èi acò, aro fau aceta la Republico ? Aro qu’avèn tout fa. Pasque n’i’a de mouloun, coume iéu, coume d’autre, que si grand, que soun rèire-grand, i’an leissa la vido. I’a agu de martire dins Gravesoun, n’i’a dous que soun esta beatifia, li frèro Raoux, que soun esta decapita à Paris. N’i’a ’gu de troubles amé de chanjamen. E bèn, quand i’aguè lou ralimen, bouto ! ié soun ana de reculoun. […]

JMR : Mai coume fasien li Gravesounen pèr festeja la fèsto naciounalo, pèr eisemple ?

JP : Ah ! bèn, la fasien pas de gaieté de cœur coume t’ai di. D’abord la vueio de la fèsto naciounalo, lou 13 de juliet, èro la sant Enri. Alor, festejavon, la drecho, li legitimisto o lis ourleanisto, festejavon sant Enri, lou rèi, lou prétendant, e lou lendeman, lou 14 de juliet li rouge fasien sa fèsto. Alor lou mai que i’avié ei que falié souna li campano, pèr festeja lou 14 de juliet o la sant Enri. Alor se disputavon lou clouchié. Èro Cloche Merle. Mai d’aquéu tèms aurié pas faugu dire ’cò. […] Chascun avien si petoulié e chascun tiravo lou cabedèu de soun coustat.

JMR : Joseph Petit, nous sommes ici à Graveson, à votre mas de Belaud ; et si nous sommes venus voir le Gravesonais, nous sommes également venus voir l’historien. Graveson se trouve être dans la « Vendée provençale ». Mais qu’est-ce que la « Vendée provençale » ?

JP : Eh, bien ! c’est un peu pour faire le pendant avec la Vendée des Chouans, là-bas, la Vendée de Bretagne ou des Charentes. C’est un endroit où les gens avaient les mêmes idées. Bien-sûr, c’est un peu une raison politique qui fait qu’on lui donne ce nom.

JMR : Du côté du roi.

JP : Ah ! toujours. Et du côté légitimiste. Ce n’était pas du côté orléaniste, à l’époque, au début, après les choses ont bien changé. Eh ! les choses. Tant qu’il y a eu le représentant légitime de la royauté de droit divin comme on dit, le Comte de Chambord, les gens lui faisaient allégeance. Mais ensuite, lorsqu’il mourut, eh, bien ! cela passa aux Orléans, et les orléanistes avaient toujours la tache noire du régicide qui leur pendait au nez, et cela a duré longtemps car il y a un tas de gens ici, surtout du côté protestant, qui avaient voté la mort du roi, des conventionnels ou des députés à l’Assemblée. Ils étaient toujours tenus un peu de côté, il y avait toujours une fracture. Certains disaient que cela venait de bien plus haut encore, que cela venait des guerres de religions. Il se peut qu’il y ait quelques séquelles des guerres de religions, mais du temps était passé entre la révocation de l’Edit de Nantes de Louis XIV jusqu’à ces années-là, jusqu’à la Révolution. Il y a tout de même une paire de centaines d’années, et les choses s’étaient un peu apaisées. Mais c’est la Révolution, la grande Révolution de 89 qui a tranché, qui a fait deux partis, les rouges et les blancs. C’est ainsi. Et comme les Gravesonnais, Graveson, Maillane, Barbentane, tout ce côté d’Avignon, les alentours d’Avignon et d’Arles, sont restés du côté des légitimistes. Et puis, peu à peu cela a disparu.

JMR : Pourtant la querelle entre légitimistes et orléanistes a peut-être duré longtemps. Je me suis laissé dire qu’à Rognonas, par exemple, il y avait deux charrettes.

JP : Et même ici à Graveson, il y a eu une période où il y avait deux charrettes. Mais cela tient plutôt à la politique locale. Quand le maire, les maires de la République sont arrivés au pouvoir, grâce au système du sectionnement des bureaux de vote, il y a eu deux charrettes, il y a eu deux tendances, les rouges avaient pris Saint Eloi et les blancs faisaient Sant Roch. Cela a duré et à Rognonas c’est toujours comme ça ; enfin, sous toute réserve. À Chateaurenard, c’est plutôt les rouges aussi, la Madeleine et le reste. On a coupé (la population) en deux. Ce sont des raisons politiques qui ont fait cela. C’est la politique, ce n’est pas l’économie. Jusqu’à maintenant, maintenant les choses ont changé.

JMR : Ne parlons pas d’aujourd’hui. Mais il y a encore quelques années…

JP : Jusque dans les années 40, l’après-guerre de 40. Là, dans les années 50, c’est la disparition des paysans, et la disparition, il faut dire aussi, du catholicisme, qui a beaucoup diminué, tout cela a beaucoup changé la donne. Il y avait de petits noyaux, il y a des noyaux qui sont restés à gauche. Mais s’ils sont restés à gauche, cela s’explique. Noves, il y a une forte immigration, au début du vingtième siècle, il y a eu une forte immigration d’Italiens, qui sont venus, des gents qui fuyaient le fascisme, qui ont apporté quelques idées un peu plus à gauche. Des lieux comme dans les Alpilles, alors cela se comprend, parce que les montagnes, même les Alpilles, sont toujours des endroits où les gens sont moins vus, ils peuvent se cacher. Il y a eu des protestants, il y a eu des noyaux de protestants, à Mouriès, à Maussane, tout le versant sud des Alpilles, était un peu protestant. D’abord il y avait des temples. Il y avait… Ici, il n’y en avait point, à Graveson, Maillane, Barbentane, c’était très catholique. De l’autre côté, là-bas, du côté des Alpilles méridionales, il y avait des temples. Mouriès, Maussane, et tout ça, et même peut-être à Saint Rémy, je ne me souviens pas s’il y en avait un. Mais enfin les Alpilles ont toujours été un noyau, comme on dit, un noyau de résistance. Jusqu’à Jean Moulin, cela a perduré, on se cache. Il s’en est passé, on ne raconte pas tout dans les livres d’histoire, tout cela est édulcoré, comme l’on dit, mais dans la réalité, nombreux sont ceux qui y ont laissé leurs têtes. À Graveson il y a eu peut-être une trentaine de décapités. Cela ne se sait pas, mais il y en a eu. À Marseille, ou à Orange, ou dans Graveson, qui ont été tués, il y a eu des massacres, il y en a eu des choses. Cela a été caché.

JMR : Pendant la Révolution ?

JP : Oui !

JMR : Et puis durant la terreur blanche il y a eu…

JP : Il y a eu le retournement. Comme toujours, il y a le flux et le reflux, et le balancier. La terreur blanche il y a eu de l’autre côté. On a fait les massacres de Tarascon, la prison de Tarascon, les massacres du Fort Saint Jean à Marseille, on en a encore tué des tas. Personne ne faisait… ils ne faisaient pas de sentiment. Oui, je crois que c’est cela la grande fracture. Ce n’est pas la fracture sociale, ça, c’est la fracture politique. Car jusque dans les familles on se faisait couper la tête, entre cousins ou entre frères, même, cela a pu arriver. Ah ! oui ! elle a été terrible la Révolution.

JMR : Pour leurs idées ?

JP : Pour leurs idées ! Alors, pour leurs intérêts, il faut dire aussi. Ça… Surtout ce sont les idées, l’idéologie. L’idéologie poussée à l’extrême, comme l’on dit en français. Les gens s’entêtaient, ils s’envenimaient, ils devenaient fous. Il suffit de relire Mémoires et récits de Mistral. Et encore, Mistral atténue bien la réalité, il ne dit pas tout. Mais cela a été terrible, terrible. Quand le Comte de Chambord est mort, j’ai encore les portraits, avec tous les bustes, et tout le reste. Mais c’était un culte. Les gens… Il y avait un culte pour la légitimité, pour le roi. Pas tous, bien-sûr, pas tous… mais la majorité des gens était de ce côté-là.

JMR : L’attachement au roi et l’attachement à la religion.

JP : Les deux. Cela allait ensemble. Tant qu’il y a eu le légitimisme. Le légitimisme c’était plutôt l’ordre moral, tout ça. C’était plutôt côté religieux. Puis, la religion tenait un grand rôle. Nous étions près d’Avignon, nous, et d’Arles, de grandes villes catholiques, avec des processions ; les manifestations, comme l’on dit, romaines, le culte romain, le rite était quelque chose d’extraordinaire. Le choc le plus fort c’est quand le Pape Léon XIII a fait le ralliement, qu’il a fait publier par… comment l’appelais-tu ? Monseigneur, le barbu, d’Algérie, comment s’appelait-il ? Lavigerie. Le cardinal Lavigerie, quand il fit le toast républicain à Alger ; les gens ne comprenaient plus rien. Eh, oui ! pardi, ils se sont dits : Mais que se passe-t-il ? Il faut maintenant accepter la République ? Maintenant que nous avons tout fait. Car il y en a beaucoup, comme moi, comme d’autres, dont les grands parents, l’arrière grand-père, y ont laissé leurs vies. Il y a eu des martyrs dans Graveson, il y en a deux qui ont été béatifiés, les frères Raoux, qui ont été décapités à Paris. Il y en a eu des troubles et des changements. Eh bien, quand il y eut le ralliement, certes ! ils y sont allés à reculons. 

JMR : Mais comment faisaient les Gravesonnais pour fêter la fête nationale, par exemple ?

JP : Ah ! Eh, bien ils ne l’a faisaient pas de gaieté de cœur comme je t’ai dit. D’abord la veille de la fête nationale, le 13 juillet, c’était la saint Henri. Alors, on fêtait, la droite, les légitimistes ou les orléanistes, on fêtait saint Henri, le roi, le prétendant, et le lendemain, le 14 juillet les rouges faisaient leur fête. Alors, le problème était qu’il fallait faire sonner les cloches, pour fêter le 14 juillet ou saint Henri. Alors ils se disputaient le clocher. C’était Cloche Merle. Mais en ce temps-là il n’aurait pas fallu dire cela. Chacun avait son territoire et chacun faisait sa pelote de son côté.

Le parler de Joseph Petit est celui des anciens cantons de Chateaurenard et de Tarascon, entre le Rhône, la Durance et les Alpilles. Il réunit les caractéristiques du rhodanien : Le « j » et le « g » devant « e » et « i » se prononcent dz et le « ch », ts. Le « a » final tonique des participes passés et des infinitifs, par exemple, (-at, ar) se prononce entre le a et le è. (canta/cantat, cantar, lo(u) co(u)stat). Placé devant la semi-consonne « i » (iod), les « l, r, v » s’amuïssent (aviéu/aviáu, aviés/aviás, parlavian/parlaviam se prononcent aiéu, aiés, parlaian). (Lo(u) lié/liech, en liò/luòc se prononcent ié, en iò). (Parlarié/parlariá, finirias/finiriatz se prononcent parlaié, finiiè). Le « r » intervocalique simple est fortement mouillé, il est très proche du « l » (mouriguè/moriguèt, encaro/a, disparicio(u)n). La troisième personne du verbe èstre est toujour réalisée ei, èi (position accentuée) » (s’es copat en dos/s’ei coupa en dous, es la politica/ei la poulitico, se n’es tuat/se n’èi tua). La quatrième personne du présent des verbes du premier groupe, comme la participe présent se font en « èn/èm, ènt » (representan/representam, representant donnent representèn(t)).
Prénom Nom : Joseph Petit
Année de naissance : 1930
Profession : Agriculteur à la retraite. Historien.
Parcours :
Militant syndical agricole, auteur de nombreux articles sur l’histoire locale, notamment de Graveson – Le Temps retrouvé aux éditions équinoxe, 1914-1918, Graveson et la Grande Guerre et
d’un essai de toponymie locale, Esclargimen sus la toupounimìo gravesounenco. Membre de l’Académie du Vaucluse. Guide conférencier de la Caisse Nationale des Monuments Historiques et des Sites. En tant qu’archiviste communal il a procédé au classement des archives municipales. Fondateur et premier président du C.R.E.D.D’O.

Entretien de : Jean-Marie Ramier
Date de collectage : 2017-06-01
Lieu : Graveson
Centre d'Etudes de la parole d'Oc - 8 bis, avenue Jules FERRY - 13100 AIX EN PROVENCE - Tél : 04.42.93.45.12 - Email : cepdoc@free.fr - mentions légales