CEPD'OC

Centre d'Etudes de la Parole D'OC

06 - Hélène CALAMEL :  Le travail de l’argile
Òc. Bòrd que Bedoin es lo païs deis olas, siáu tombada dins l’ola de la potariá. D’abòrd mon paire èra terralhier, mon grand paire, eu, non, fasiá puslèu lei tuièus, lei tèstas de chaminèia, tot aquò. Leis aujòus tanben fasián de terralha, fasián de bricas, fasián de tuièus, fasián tot aquò. 

Èra una terra grisa, una argila pura.

- E i aviá un biais particulier de la travalhar ?

- ’Quò èra très long. D’abòrd l’anava cavar, après i’aviá de tombarèus que l’adusián davant l’ostau sus l’iera. Aquí la fasián secar, mon paire li passava un rodelet dessús per l’aclapar un pauc, levava lei calhaus, lei busquetas, tot çò que i aviá. Après lo metiá dins un nai. I aviá un nai. Après lo remplissiá d’aiga, lo borrolaviam. Dise borrolaviam perqué ieu tanben i’anave un pauc borrolar, fasiáu pas tròp d’òbra, ambé de planchas, òm borrolava. E ’quò passava en un tamís a la sortida e anava dins dos autrei nais qu’èran un pauc plus bas e aquela podra, aquela barbotina se secava au solèu. Au bot de quauquei jorns mon paire ambé una longa cana fasiá de regas. Aqueli regas anavan faire que après fasia de morcèus, de blòcs. Alòr aquò èra d’argèli pura prèsta a travalhar. Mai faliá car même la pastar, la passar a n’aquela machina ’quí per pas que i ague de bulas d’èr dedins perqué siegue ben sopla.
Vo. Bord que Bedouin es lou païs dis oulo, siéu toumbado dins l’oulo de la poutarié. D’abord moun paire èro tarraié, moun grand paire, éu, noun, fasié pulèu li tuièu, li tèsto de chaminèio, tout acò. Lis aujòu tambèn fasien de tarraio, fasien de brico, fasien de tuièu, fasien tout acò. Ero uno terro griso, uno argilo puro.

- E i’avié un biais particulié de la travaia ?

- ’Cò èro très long. D’abord l’anavo cava, après i’avié de toumbarèu que l’adusien davans l’oustau sus l’iero. Aquí la fasien seca, moun paire ié passavo un roudelet dessus pèr l’aclapa un pau, levavo li caiau, li busqueto, tout ço que i’avié. Après lou metié dins un nai. I’avié un nai. Après lou remplissié d’aigo, lou bourroulavian. Dise bourroulavian perqué iéu tamben i’anave un pau bourroula, fasiéu pas trop d’obro, amé de plancho, on bourroulavo. E ’cò passavo en un tamis à la sourtido e anavo dins dous àutri nai qu’èron un pau plus bas e aquelo poudro, aquelo barboutino se secavo au soulèu. Au bout de quàuqui jour moun paire amé uno longo cano fasié de rego. Aquéli rego anavon faire que après fasié de moussèu, de blot. Alor acò èro d’argèli puro prèsto à travaia. Mai falié car même la pasta, la passa à-n-aquelo machino ’qui pèr pas que i’ague de bulo d’èr dedins perqué siegue bèn souplo..
Oui. Puisque Bedoin est le pays des marmites, je suis tombée dans la marmite de la poterie. D’abord mon père était potier, mon grand père, lui, non, il faisait plutôt des tuyaux, des têtes de cheminées, tout ça. Les ancêtres aussi travaillaient la terre, ils faisaient des briques, des tuyaux… C’était une terre grise, une argile pure.

- Il y avait une façon particulière de la travailler ?

- C’était très long. D’abord on allait la creuser. Il y avait ensuite des tombereaux qui la transportaient sur l’aire devant la maison. Là, on la faisait sécher. Mon père passait un petit rouleau dessus pour l’écraser un peu, il enlevait les cailloux, les brindilles, tout ce qu’il y avait. Après on la mettait dans un bassin. On le remplissait d’eau et on mélangeait. Je dis qu’on mélangeait parce que moi aussi, je mélangeais un peu. Je ne faisais pas trop de travail. Avec des planches, on mélangeait. Puis à la sortie, cela passait dans un tamis et ça allait dans deux autres bassins un peu plus bas. Cette poudre, cette barbotine séchait au soleil. Au bout de quelques jours, mon père avec une longue canne traçait des lignes. Ces lignes allaient générer des morceaux, des blocs. Tout cela, c’était de l’argile pure prête à travailler. Mais il fallait tout de même la  travailler, la passer dans cette machine pour pas qu’il n’y ait pas de bulle d’air à l’intérieur afin qu’elle soit bien souple.
Parler rhodanien de la région du Ventoux
Prénom Nom : - CALAMEL
Année de naissance : -
Profession : Femme au foyer
Parcours : Issue d’une dynastie de potiers, mariée à un agriculteur félibre de Mazan.
Entretien de : Jean Pierre Belmon
Date de collectage : 2017-03-08
Lieu : Bédoin
Centre d'Etudes de la parole d'Oc - 8 bis, avenue Jules FERRY - 13100 AIX EN PROVENCE - Tél : 04.42.93.45.12 - Email : cepdoc@free.fr - mentions légales