CEPD'OC

Centre d'Etudes de la Parole D'OC

Pierre Leschiera, le berger de Castellar, parle de son métier. : 
Pèire Leschiera, trobaretz sa jassa amondaut, un long bornèu de plastic negre, es aquí.

- Aquí, bòn, lo vilatge es a tres cent-seissanta-cinc mètres d’altituda, e montam en cima fint a tretze cent-setanto-uech peraquí. Alora se tenèm aquí de l’automna, l’invèrn e lo printemps, sus lo quartié de Castellar, enfin, un pauc pus aut, un pauc pus bas, se cala de nèu. E après, l’estiu, s’en anem en montanha auta dins lo Mercantor. Passam aquí da Suspèr e pui montam au còl de Broïs e fahèm tirar. En doi jorns montam à pèn aquí.

- Pèire, coma se fai que siguèsses vengut t’aplantar ’qui coma pastre ?

- Vaquí, bè, perqué la familha es d’aquí, quoi, ieu siáu naissut aquí, i èra pas d’autre endrech per se tenir, quoi. E pi, la familha avia quarque camps per aquí, enfin quarques campanhas, quarques marridas faishas, m’enfin, per i bèstias fa pas ’n tròp marrit travalh.

- Adonc, as poscut acampar pron de terras per faire pasturar ?

- Bè, en proprietat, enfin, de familha, pas pron, ma lei gènt dau Castellar m’an ben ajuat, e coma aquò ambé lei camps dei autrei que m’an laissat de convencion de pâturage. Per aquí, au viro dau vilatge, lei faishas dambé d’oliviers, tot aquò, se vendon mai de quinze mila francs, cent cinquanta francs lo mètre carrat. Alora, es pas un jove que vòu faire lo païsan, ò que siágue un pastre, ò un cabrier, ò per menar d’oliviers ò faire de legumes ò una autra causa, que pòu s’installar, es pas possible. Es tròp car. Aquí, au Castellar sèm doi agriculteurs ò païsans. Doi joves, nautres, dambé lei feas, e après, l’autre es installat aquí a costat dau cimentèri, aquí, que fa de legumes, que va vénder directament, aquí, au mercat a Menton. Ma, d’un autre costat, que la vila siágue a costat coma aquò es un avantatge, perqué, bòn, per vénder que siágue lei legumes, aquelei que fan de fromages, tot aquò, bòn bè, te ven ben per vénder…

- I a pas ges de crisi sus la venda ?

- Per nautres, bòn… Nautres, bòn, vendèm quarques bèstias coma aquò ai particuliers, ma nautres fasèm d’anhèus per la carn, quoi, laitam pas, fasèm pas de fromai… e… Enfin, bòn ! Cada un lo sen travalh, ma enfin la carn es un bòn travalh e fau pas se plànher quoi, bòn segur, cada un a lei sieu problèmas, ma la carn de fee, es una carn que se vende ben, quoi !

- E siatz ajudats per lei municipes ?

- Aquò, alora, es un problèma. Enfin, aquí e dins d’autrei luècs, ma aquí, òc aquí, lo mera ambé lei conselhiers m’an dich que l’agricultura… L’agriculture, c’est fini ! Voilà, ambé de rasonaments coma aquò, podèm pas anar luènh. E pi, d’un autre costat, bòn, de joves, n’i a plus que vòlon s’estar aquí en campanha. Avèm un païs, es tròp dificile per travalhar. Eh !
Pèire Leschiera, troubarés sa jasso amoundaut, un loung bournèu de plasti negre, es aqui.

- Aqui, bon, lou vilage es à tres cènt-seshanto-cinque mètre d’altitudo, e mountan en cimo fint à treze cènt-setanta-uech peraqui. Alóura se tenèn aqui de l’autouno, l’invèrne e lou printèms, sus lou quartié de Castela, enfin, un pauque pus aut, un pauque pus bas, se cala de nèu. E après, l’estiéu s’en anèn en mountàgna àuta dins lou Mercantour. Passan aqui da Suspèr e pui mountan au col de Brouis e fahèn tira. En doui jour mountan à pèn aqui.

- Pèire, coume se fai que siguèsses vengu t’aplanta aqui coume pastre ?
- Vaqui, bè, perqué la famiho es d’aqui, quoi, iéu siéu d’aqui, siéu naishu aqui, i’èra pas d’autre endré pèr se teni quoi. E pi, la famiho avìa quarque camp pèr aqui, enfin quarque campagne, quarque marrido faisho, m’enfin, pèr i bèsti fa pas ’n tròup marrit travai.

- Adounc as pouscu acampa proun de terro pèr faire pastura ?

- Bè, en prouprieta, enfin, de famiho, pas prou, ma lei gènt dóu Castela m’an bèn ajua, e coumo acò amé li campe dei àutri que m’an leissa de counvencioun de pâturage. Pèr aqui, au vírou dóu vilage, lei faisho damé d’óulivìe, tout acò, se vèndon mai quinze mila franc, cènt-cinquanto franc lou mètre carrat. Alóura, es pas un jouve que vouò faire lou païsan, o que siegue un pastre, o un cabrié, o pèr mena d’óulivìe o faire de legume o uno autro causo, que pòu s’estala, es pas poussible. Es tròup car. Aqui, au Castela sèn doui agriculteurs o païsan. Doui jouve, nautre, damé li feha, e après, l’autre es estala aqui à coustat dóu cimentèri, aqui, que fa de legume, que va vènde direitamen aqui au mercat à Mentoun. Ma, d’en autre coustat, que la vilo siegue à coustat coumo acò es un avantage, perqué, bon, pèr vènde, que siegue li legume, aquélei que fan de froumage, tout acò, bon bè, te vèn bèn pèr vènde…

- I’a pas gis de crisi sus la vèndo ?

- Pèr nautre, bon… Nautre, bon, vendèn quarque bèstie coumo acò i particulié, ma nautre fasèn d’agnèu pèr la carn, quoi, laitan pas, fasèn pas de froumai… e… Enfin, bon ! Cadahun lou sen travai, ma enfin la carne es un bon travai e fau pas se plagne quoi, bon segu, cadahun a li siéu proublèmo, ma la carne de fehe, es uno carne que se vènde bèn quoi !

- E sias ajuda pèr li municipe ?

- Acò, alóura, es un proublèmo. Enfin, aqui e dins d’àutri luegue, ma aqui, o aqui, lou mero amé li counseié m’an diche que l’agriculturo… L’agriculture, c’est fini ! Voilà, amé de resounamen coumo acò, poudèn pas ana luegne. E pi, d’en autre coustat, bon, de jouve n’i’a plus que volon s’esta aqui en campagno. Avèn un païs, es tròup dificile pèr travaia. Eh !
Pierre Leschiera, vous trouverez sa bergerie là-haut, un long tunnel de plastique noir, c’est là.

- Là, le village est à 365 mètres d’altitude, et on monte jusqu’à 1378 mètres à peu près. Alors nous restons là l’automne, l’hiver et le printemps, sur les pâtures de Castellar, un peu plus haut, un peu plus bas, s’il tombe de la neige Et ensuite, l’été, nous partons en haute montagne dins le Mercantour. Nous passons par Sospel et puis nous montons au col de ruis et au-delà. En deux jours nous y montons à pied.

- Pierre, comment se fait-il que tu sois venu t’installer ici comme berger ?

- Voilà, ma famille est d’ici, moi je suis d’ici, je suis né ici, il n’y avait pas d’autre endroit pour s’installer. Et puis, ma famille avait quatre champs par ici, enfin quelques « campagnes », quelques pauvres champs en terrasse, mais enfin, pour les bêtes c’est bien suffisant.

- Ainsi, tu as pu trouver suffisamment de terre pour faire paître ?
- Eh bien, en propriété familiale pas assez, mais les gens de Castellar m’ont bien aidé, et comme ça avec les champs des autres qui m’ont laissé des conventions de pâturage. Par là, autour du village, les champs en terrasses plantés d’oliviers se vendent 15000 francs, 150 francs le mètre carré. Alors, ce n’est pas un jeune qui veut être paysan, ou berger, ou chevrier, ou pour cultiver des oliviers, ou des légumes, ou autre chose, qui peut s’installer, ce n’est pas possible. C’est trop cher. Ici, à Castellar, nous sommes deux agriculteurs, ou paysans. Deux jeunes, nous avec les moutons, et après, l’autre est installé à côté du cimetière, il fait des légumes qu’il va vendre directement au marché à Menton. Mais, d’un autre côté, que la ville soit toute proche, c’est un avantage, car pour vendre, que ce soit les légumes, ceux qui font des fromages, tout ça, eh bien, c’est commode pour vendre.

- Il n’y a pas de crise pour la vente ?

- Pour nous, nous vendons quelques bêtes comme ça aux particuliers, mais nous, nous faisons des agneaux pour la boucherie, nous n’allaitons pas, nous ne faisons pas de fromage… et… Enfin, chacun ses problèmes, mais la viande c’est un bon travail et il ne faut pas se plaindre. Bien sûr, chacun a ses problèmes, mais la viande ovine, c’est une viande qui se vend bien !

- Et vous êtes aidés pas les communes ?

- Alors là, c’est un problème. Ici comme ailleurs, mais ici, le maire et les conseillers municipaux m’ont dit que l’agriculture… « L’agriculture, c’est fini ! » Voilà, avec un raisonnement pareil on ne peut pas aller loin. Et puis, d’un autre côté, des jeunes il n’y en a plus qui veulent rester ici à la campagne. Nous avons un pays, c’est trop difficile pour travailler. Eh !
Le parler de Castellar est à mi-chemin entre niçois et mentonnais, avec des formes presque ligures (cada un/cadahun, óulivìe, lo(u) sen/lei sieu). Dans la langue de P. Leschiera on a aussi des formes provençales (lei/li/i)avec des finales irrégulières (o/a et même e). Deux hypothèses pour expliquer cela : Nous avons affaire à un berger, et ceux-ci ont souvent une langue mêlée qui témoigne de leurs déplacements. Puis, P. Leschiera est revenu à la terre après un parcours militant et occitaniste qui l’a mis en contact de personnes parlant des formes variées de la langue.
Prénom Nom : Pierre Leschiera
Année de naissance : 1958
Profession : Berger
Parcours : Assassiné le 17 août 1991, à 6 heures du matin, sur le chemin de sa bergerie, de deux coups de fusil, alors qu’il était à moto.
Entretien de : Frédéric Soulié
Date de collectage : 2017-03-08
Lieu : Castellar
Centre d'Etudes de la parole d'Oc - 8 bis, avenue Jules FERRY - 13100 AIX EN PROVENCE - Tél : 04.42.93.45.12 - Email : cepdoc@free.fr - mentions légales