CEPD'OC

Centre d'Etudes de la Parole D'OC

Mathieu Poitevin : 
Matieu Peitavin, ensenhaire d’occitan e de cinemà dins Vauclusa, es de saludar : traça sa rega segura dins l’escriure occitan en contunhant de publicar de pròsa en provençau maugrat lei dificultats qu’avèm de conquistar un lectorat dins la situacion d’ara e sensa parlar de la question tilhosa de la grafia dins aquesta partida d’Occitània. Contunha ansin ribon-ribanha e verai que son pas espés leis escriveires de sa generacion d’aguer relevat l’escomessa.

Après son matagòt modèrne, nos prepausa ara tres novèlas dins son recuelh Esperit de sau, tres tèxtes per dire promier, l’enfança trebolanta e mirgalhada de tot plen de tendrum dins sa relacion au paire amb benlèu de sovenirs sieus e tanben dos autrei tèxts que parlan dau mitan obrier dei saliniers e per acabar de l’enanar de la vidassa d’una vièlha frema. Dins lo promier tèxt, Una mariòta, se sentís coma una votz, una auça tornada dau passat, relacion privilegiada e que fai gaug entre lo pichon e son paire pastissier. Es totjorn estranh de legir de tèxts sus aquesta bofiga de l’enfança que sabèm ben qu’un autor amb la distància dau temps e au travèrs dau prisma de sa maduresa balharà au racònte quauqua ren a l’òsca de son sentir d’adulte que tremudarà en partida la realitat e lo sentit viscuts: cu se soven d’un biais precís de ce que trotava dins sa clòsca quora aviá quatre o cinc ans? La pensada dei pichòts es sovent ninòia, d’enfantolitges coma se ditz, de còps irracionala, e aquò se sentís pron dins la novèla que carreja d’esmai a bèl èime . A pas la carga critica dau remirable Libre de Catòia ont Bodon, en parlant tanben a la promiera persona en nom d’un enfant, aviá mes en scèna lo regard d’un pichon eissit dau mond deis enfarinats d’Avairon, nos balhant un libre fòrt a prepaus d’aquelei que son fòrabandits sus la talvera d’una societat. Coma dins l’òbra de Joan Bodon, es a la promiera persona que se fai la narracion a travèrs dau regard d’un enfant. L’a tanben la simplicitat de la frasa corta que pica just e fai miranda per un racònte que ditz l’intim d’un autre biais: verai que l’esmai i es pas lo meme. Dins leis annadas 70, sortiguèt, après lo libre de Bodon, los Papagais de JM Pèire que contava, amb una carga descabestrada, l’adolescéncia ferida e sa revòuta canina, aquí mai, un tèxt de la frasa corta e amolada coma un cotèu de saunar, una novèla que balhava lo còp de gràcia au mond dei papagais, valent a dire deis adultes...
Dins M. Peitavin, segur qu’es pas tan violent, lo mond a virat, s’es bensai pas abaucat mai siam pus dins lei bassacadas deis annadas 70 : Matieu Peitavin, lei vertolhons de sa narracion nos menan puslèu devèrs ce que se debana dins l’esmarrador dei carnavèlas d’un enfant, Tomàs Tomaset, per lo melhor e per lo pièger.
Matiéu Peitavin, ensignaire d’óucitan e de cinema dins Vaucluso, es de saluda : traço sa rego seguro dins l’escriéure óucitan en countuniant de publica de proso en prouvençau mau-grat lei dificulta qu’avèn de counquista un leitourat dins la situacioun d’aro e sènso parla de la questioun tihouso de la grafìo dins aquesto partido d’Óucitànio. Countùnio ansin riboun-ribagno e verai que soun pas espés leis escrivèire de sa generacioun d’agué releva l’escoumesso.

Après soun matagot mouderne, nous prepauso aro tres nouvello dins soun recuei Esperit de sau, tres tèste pèr dire proumié, l’enfanço treboulanto e mirgaiado de tout plen de tendrun dins sa relacien au paire emé belèu de souveni siéu e tambèn dous àutrei tèste que parlon dóu mitan oubrié dei salinié e pèr acaba de l’enana de la vidasso d’uno vièio fremo. Dins lou proumié tèste, Una mariòta, se sentis coumo uno voues, uno ausso tournado dóu passat, relacien priviliegiado e que fai gau  entre lou pichoun e soun paire pastissié. Es toujour estrang de legi de tèste sus aquelo boufigo de l’enfanço que sabèn bèn qu’un autour emé la distànci dóu tèms e au travès dóu prisme de sa madureso baiara au raconte quaucarèn à l’osco de soun sentit s’adulte que tremudara en partido la realita e lou sentit viscu : qu se souvèn d’un biais precis de ce que troutavo dins sa closco quouro avié quatre o cinq an ? La pensado dei pichot es souvènt ninoio, d’enfantoulige coumo se dis, de cop irraciounalo, e acò se sentis proun dins la nouvello que carrejo d’esmai à bèl èime. A pas la cargo critico dóu remirable Libre de Catòia ounte Boudou, en parlant tambèn à la proumiero persouno en noum d’un enfant, avié mes en scèno lou regard d’un pichoun eissi dóu mounde deis enfarinat d’Aveiroun, nous baiant un libre fort a prepaus d’aquélei que soun foro-bandi sus la talvero d’uno soucieta. Coumo dins l’obro de Jan Boudou, es à la proumiero persouno que se fai la narracien à travès dóu regard d’un enfant. L’a tambèn la simplicita de la fraso courto que pico just e fai mirando pèr un raconte que dis l’intime d’un autre biais : verai que l’esmai es pas lou meme. Dins leis annado 70, sourtiguè, après lou libre de Boudou, Los Papagais de JM Pèire que countavo, em’uno cargo descabestrado, l’adoulescènci ferido e sa revòuto canino, aqui mai, un tèste de la fraso courto e amoulado coume un coutèu de sauna, uno nouvello que baiavo lou cop de gràci au mounde dei papagai, valènt-à-dire deis adulte…

Dins M. Peitavin, segur qu’es pas tant vióulènt, lou mounde a vira, s’es bessai abauca mai sian pus dins lei bassacado deis annado 70 : Matiéu Peitavin, lei vertouioun de sa narracien nous menon pulèu devers ce que se debano dins l’esmarradou dei carnavello d’un enfant, Toumas Toumaset, pèr lou meiour e pèr lou piege.
Mathieu Poitevin, enseignant d’occitan et de cinéma en Vaucluse, doit être salué : il trace son sillon avec détermination dans l’écriture occitane en continuant à publier de la prose en provençal malgré les difficultés que nous avons à conquérir un lectorat dans la situation actuelle et sans parler de la question embarrassante de la graphie dans cette partie de l’Occitanie. Il continue malgré tout et il est vrai qu’ils ne sont pas nombreux les écrivains de sa génération à avoir relevé le défi.

Après son « matagot » moderne, il nous propose maintenant trois nouvelles dans son recueil Esperit de sau, trois textes pour dire d’abord, l’enfance troublante et diaprée d’un flot de tendresse dans sa relation au père avec peut-être des souvenirs personnels, ainsi que deux autres textes sur cette bulle de l’enfance, car on sait bien qu’un auteur avec la distance du temps et au travers du prisme de sa maturité donnera au récit quelque chose à la mesure de sa sensibilité d’adulte qui transformera en partie la réalité et le ressenti vécus. Qui se souvient d’une façon précise de ce qui trottait dans sa tête lorsqu’il avait quatre ou cinq ans ? La pensée de l’enfant est souvent naïve, des enfantillages comme l’on dit, parfois irrationnelle, et cela se sent bien dans la nouvelle qui déborde d’émotion. Elle n’a pas la charge critique de l’admirable Libre de Catòia où Jean Boudou, en parlant également à la première personne au nom d’un enfant, avait mis en scène le regard d’un gamin issu du monde des « enfarinés » de l’Aveyron, et nous donnait un livre fort à propos de ceux qui sont rejetés à la marge d’une société. Comme dans l’œuvre de Jean Boudou, c’est à la première personne que se fait la narration à travers le regard d’un enfant. Il y a aussi la simplicité de la phrase courte qui frappe juste et fait merveille pour un récit qui dit l’intime d’une autre façon. Il est vrai que l’émotion n’est pas la même. Dans les années 70, parut, après le livre de Boudou, Los Papagais de J.M. Pieyre qui racontait avec une charge déchainée l’adolescence blessée et sa révolte hargneuse, là aussi, un texte à la phrase courte e affutée comme un couteau à égorger, une nouvelle qui donnait le coup de grâce au monde des perroquets, c'est-à-dire des adultes…

Chez M. Poitevin, ce n’est bien sûr pas si violent, le monde a changé, il ne s’est peut-être pas apaisé mais nous ne sommes plus dans les remous des années 70 : Les tourbillons de la narration de Mathieu Poitevin nous mènent plutôt vers ce qui se passe dans le labyrinthe du cerveau d’un enfant, Thomas Thomaset, pour le meilleur et pour le pire.
Prénom Nom : Mathieu Poitevin
Année de naissance :
Profession : Enseignant d’occitan et de cinéma
Parcours :
Entretien de : Thierry Offre
Date de collectage : 2017-04-05
Lieu :
Centre d'Etudes de la parole d'Oc - 8 bis, avenue Jules FERRY - 13100 AIX EN PROVENCE - Tél : 04.42.93.45.12 - Email : cepdoc@free.fr - mentions légales